L’effet papillon – Chapitre 29

22 novembre 2018

– Jimin, dépêche-toi, ça commence dans cinq minutes !

Le garçon abandonna son poste d’observation Il rejoignit Lalisa, dans la petite salle de cinéma. Le garçon était content de s’asseoir quelques minutes. Le couple avait passé la journée à se balader dans Osaka avant de décider de visiter l’aquarium. Après avoir vu une multitude de poissons et autres animaux marins, ils décidèrent d’aller voir un film d’une quinzaine de minutes sur les dauphins.

La salle était presque vide, seulement des personnes âgées et un petit groupe d’enfants, probablement en sortie scolaire, qui occupaient les premières rangées. Lalisa et Jimin s’installèrent dans le fond puis activèrent le casque audio pour la traduction. Jimin fut soudain surpris d’entendre de l’anglais dans ses oreilles. Il essaya de changer de nouveau la langue et se retrouva soudainement avec du russe. Dépité, il retira le casque, décidant qu’il se passerait du commentaire.

Le noir se fit dans la pièce, le film allait commencer lorsqu’il sentit Lalisa lui tapoter l’épaule. Il se retourna et vit la jeune fille tendre une de ses oreillettes. Il prit l’objet et l’inséra dans son oreille. Ce partage obligea les deux amis à se rapprocher. Un rapprochement qui perturba Jimin plus qu’il n’aurait dû. Il tenta de se concentrer sur l’écran mais le cycle de vie des dauphins, bien que très instructif, n’arrivait pas à capter son attention. Il entendait la respiration lente de Lalisa à côté de lui et n’arrêtait pas de se dire qu’au moindre mouvement, sa joue risquait de toucher celle de la jeune fille.

Le film se termina enfin et les spectateurs quittèrent la salle. Ils se retrouvèrent soudain seuls, dans cette pièce plongée dans une semi obscurité. Jimin sentit son pouls commencer à s’accélérer. Il sentit un poids sur son épaule. Il se paralysa brusquement, ne sachant pas comment interpréter la chose.

Il comprit qu’il s’agissait de la tête de Lalisa mais se demanda pourquoi elle agissait soudainement avec lui de cette façon. Ils avaient passé une excellente journée à rire et à découvrir la ville. La jeune femme semblait retrouver la joie de vivre qui avait fait craqué Jimin lors de leur première rencontre. Cependant, cette proximité était-elle simplement une preuve de sa confiance et son amitié ?

Il décida de prendre son courage à deux mains. Lentement, il tourna la tête sur sa droite. Le visage de Lalisa était caché par ses longs cheveux.

– Lalisa ? Chuchota Jimin.

Aucune réponse. Il se demanda soudainement si tout allait bien pour son amie. Il se demanda si la tristesse n’était pas revenue. Après tout, depuis son agression, la jeune femme oscillait encore entre des moments de déprime et de joie. Même si la journée était jusqu’ici parfaite, il y avait peut-être eu quelque chose qui l’avait mis mal. Etait-ce pour cela qu’elle ne lui répondait pas et qu’elle semblait se cacher ?

Jimin, comme toujours, n’aimait pas la voir broyer du noir. Il appela une nouvelle fois la jeune femme qui ne répondait toujours pas. Doucement, il approcha sa main du visage de Lalisa, puis dégagea les cheveux qui la cachaient. Il s’attendait à ce que la jeune femme lui râla après mais elle ne fit rien. Et il comprit rapidement pourquoi. Elle s’était endormie.

Jimin se mit à rire, réalisant qu’il s’était fait un film. Lalisa s’était simplement endormie, la bouche ouverte et visiblement, l’épaule de Jimin avait l’air d’être confortable. Il fouilla dans sa poche et sortit son téléphone portable. Il la prit en photo mais le flash sembla la réveiller. Il tenta de le ranger l’objet du crime mais ne fût pas assez rapide.

– Efface cette photo. Demanda Lalisa en saisissant le poignet de Jimin qui visionnait justement le cliché.
– Non.
– Tu veux en faire quoi ? Te moquer de moi avec tes amis ? Je sais que je fais une tête bizarre lorsque je dors. S’il te plait, efface-la.
– Je te promets, je la montrerais à personne.
– Efface-la ! Cria presque la jeune femme.
– D’accord !

Jimin cessa de sourire et appuya sur l’icône supprimer. Une fois la photo effacée, Lalisa lâcha finalement le poignet de Jimin. Elle quitta ensuite la salle de projection sans attendre le garçon.

Il mit quelques minutes à retrouver la jeune femme. Elle avait avancé dans le parcours de la visite. Il la retrouva dans un tunnel en verre qui permettait d’être complètement immergé au milieu des poissons. Elle suivait un ban de poissons passer au-dessus d’elle. Le spectacle était magnifique mais il manquait quelque chose pour Jimin : le sourire de Lalisa. Depuis le matin, elle avait les yeux pétillants et le sourire aux lèvres. Jimin aurait voulu dire quelque chose mais ignorait ce qu’il avait fait ou dit pour énerver la jeune fille. Plutôt que de dire une bêtise, il décida de garder le silence et se mit lui aussi à regarder les poissons.

– Je n’aurais pas dû m’énerver contre toi, fit soudainement Lalisa après plusieurs minutes de silence. Je ne veux pas qu’on prenne des photos de moi, à mon insu. Je ne t’ai pas dit mais ce gars, le soi-disant photographe…

Lalisa s’arrêta dans son explication. C’était tellement difficile pour elle de repenser à ce garçon. Pourquoi continuait-il de lui gâcher la vie alors qu’il était en prison ? Arriverait-elle un jour à l’oublier ?

– Je croyais qu’il était en prison ? Tu m’as dit qu’il avait été arrêté.
– C’est vrai. Mais lors de mon dernier passage au commissariat, j’ai aussi appris qu’il filmait ses victimes lorsqu’elles se changeaient.
– Quoi ? Mais quelle ordure ! J’espère qu’il va pourrir en prison un moment.
– Bref, savoir que j’avais été filmé à mon insu, ça m’a fait un choc.
– J’imagine.
– Cette photo que tu as prise, ça m’a fait penser à ça et… Enfin, je suis désolée de m’énerver pour des détails.
– Ce ne sont pas des détails. Excuse-moi d’avoir pris cette photo. Je suis le premier à me plaindre des photos volées par les saesengs et j’ai agi de la même manière avec toi.


Ha-Neul marchait à travers les couloirs de l’hôtel, traînant sa petite valise derrière elle. Elle s’arrêta finalement à la chambre 320. Elle sonna une fois, deux fois mais personne ne lui ouvrit. Elle finit par appeler Jungkook pour savoir s’il était absenté de sa chambre mais le garçon ne décrocha pas. Elle essaya une nouvelle fois mais toujours pas de réponse. Elle avait pourtant prévenu son petit ami de son heure d’arrivée.

Elle lui en voulait de l’avoir oublié, elle se retrouvait seule dans cet hôtel. Elle décida d’appeler Lalisa pour savoir si elle pouvait attendre dans sa chambre mais cette dernière lui expliqua qu’elle était à l’aquarium d’Osaka. La jeune femme ne voulait pas se faire remarquer à trainer dans les couloirs, elle décida donc de descendre et d’attendre Jungkook dans le hall. Elle prit la direction de l’ascenseur et ne vit pas Taehyung qui sortait justement de sa chambre. La collision entraina la jeune femme au sol.

– Pardon, je… Ha-Neul ! Je ne t’avais pas vu !
– J’ai remarqué… fit la jeune femme en se frottant l’oeil.
– Que fais-tu là ? Lui demanda le garçon en lui tendant la main pour l’aider à se relever.
– Je cherche Jungkook, il n’est pas dans sa chambre.
– Il doit être au onsen de l’hôtel. Il m’a proposé de l’accompagner tout à l’heure. Il ne savait pas quoi faire en attendant ton arrivée.
– Il ne devrait pas tarder à revenir. Je vais l’attendre en bas.

La jeune femme continuait à se frotter l’oeil. Visiblement, en se cognant dans le garçon, elle avait pris un coup de coude. La douleur s’estompa mais elle ressentit toujours une gène. Elle continua de se frotter mais cela ne servit à rien à part rendre son oeil encore plus rouge.

– Tout va bien ? S’inquiéta le chanteur.
– C’est rien, je dois avoir une poussière dans l’oeil.
– Fais voir !

Elle n’eut pas le temps de dire que cela n’était pas nécessaire que Taehyung se rapprocha d’elle. Adossée au mur du couloir, elle sentit la main du garçon se poser sur son menton et faire basculer sa tête vers l’arrière. Il s’approcha davantage d’elle, cherchant à voir s’il y avait quelque chose dans l’oeil de la jeune femme. Ha-Neul pouvait sentir le souffle de Taehyung sur elle. Cette soudaine proximité l’a mis mal à l’aise contrairement au garçon.

– Tu as un cil. Attends, je vais…

Taehyung passa délicatement son doigt sur l’oeil de la jeune femme, retirant ce corps étranger. Ha-Neul papillona des yeux, réalisant qu’elle n’avait plus de gène tandis que Taehyung lui sourit, content d’avoir pu l’aider. Alors qu’elle allait le remercier et partir, Ha-Neul entendit soudainement la voix de Jungkook crier à l’autre bout du couloir puis quelques secondes plus tard, Taehyung se retrouva au sol.

– Nathan, maintenant Taehyung ! Je ne te suffis plus ? Cria-t-il à Ha-Neul. Et toi ! Continua-t-il en attrapant Taehyung par son col de chemise. Je pensais qu’on était ami, tu oses me piquer ma copine ?
– Mais pas du tout, lui répondit le garçon. Je ne m’intéresse pas du tout à Ha-Neul.
– Alors pourquoi tu étais prêt à l’embrasser ?
– OK, on est en plein quiproquo !

Taehyung repoussa d’un coup sec, la main de Jungkook et se releva. Il épousseta ses vêtements sans se préoccuper de Jungkook qui continuait de le fixer avec des yeux de tueurs. Une fois propre, il regarda son ami et lui adressa un grand sourire.

– Je ne faisais que retirer un cil dans son œil. Arrête donc d’imaginer des choses ! Bon, je vous laisse, j’ai rendez-vous pour une séance de spa. Je ne veux pas être en retard.

Sur ces mots, il passa entre Jungkook et Ha-Neul, pour se rendre au bout du couloir et monter dans l’ascenseur. La jeune femme se jeta dans les bras de Jungkook à peine ce dernier avait posé un pied dans la cabine . D’abord pour l’empêcher de poursuivre Taehyung et surtout pour lui prouver qu’il ne devait pas douter de son amour pour lui. Ils restèrent enlacés un moment jusqu’à ce que Jungkook retrouva son calme complet.


Après la visite de l’aquarium, Lalisa et Jimin s’arrêtèrent à la boutique. Ils déambulèrent dans les rayons à la recherche de souvenirs. Jimin voulait acheter un tas d’objets mais Lalisa l’en dissuada arguant qu’il n’avait pas besoin de trois peluches, ni de tous ces crayons à l’effigie de l’aquarium. Au final, elle arriva à le convaincre de ne rien acheter et au contraire, de la laisser lui offrir quelque chose. Après tout, il avait payé son voyage, son hôtel et même l’entrée de l’aquarium. Elle pouvait bien lui offrir une petite babiole. Au bout de quelques minutes de recherche, Jimin trouva le cadeau idéal.

– Je veux ça ! Dit-il en désignant les portes clés.
– Le bleu ou le rouge ?
– Les deux.
– J’ai dit un objet. Tu joues pas le jeu !
– Je n’en veux qu’un, le second est pour toi. Allez, ce sera sympa d’avoir tous les deux le même porte clé.
– Bon d’accord ! Abdiqua finalement la jeune femme en prenant les deux souvenirs.

Jimin sautilla, content d’avoir réussi à obtenir ce qu’il voulait. Le couple se dirigea à la caisse. La boutique était quasi déserte et la caissière sembla ravie d’avoir des visiteurs à qui parler. Elle les salua en japonais puis voyant que le couple cherchait ses mots pour lui répondre, la caissière bascula à l’anglais.

– Avez-vous apprécié la visite ?
– Oui, c’était excellent, lui répondit Lalisa
– Cela fera 2400 yens. Faut-il un paquet cadeau ?
– Non merci c’est pour nous.
– Je comprends, ces produits sont très populaires chez les couples en ce moment.
– Ah vraiment ? Demanda la thaïlandaise en réglant ses achats.

La caissière les remercia une nouvelle fois de leur visite. Jimin et Lalisa quittèrent finalement l’aquarium. Ils se retrouvèrent à l’extérieur, s’approchant de la route, cherchant un taxi. Jimin utilisa alors son application mobile pour commander un véhicule puis remarqua que Lalisa semblait préoccupé.

– Pourquoi tu fais cette tête ?
– C’est la caissière, elle m’a dit un truc.
– Quoi donc ? Moi et l’anglais, tu sais que ça fait deux. J’ai rien compris à ce qu’elle disait mais elle avait l’air sympa.
– Elle a cru qu’on était un couple…
– Vraiment ? Fit Jimin le sourire en coin.
– Ouais, à cause des portes clés. C’est ridicule.

Lalisa trouvait l’allusion impensable et commença même à en rire. Jimin se sentit soudain blessé en voyant la réaction de son amie. Son sourire disparut et un voile de tristesse le saisit soudain. Il se figea, fixant Lalisa sans pouvoir dire quoi que ce soit. Cette dernière, trop occupée à se moquer de cette supposition ne remarqua le changement d’attitude de Jimin.

– C’est n’importe quoi. Comme si on pouvait sortir ensemble. Non mais vraiment… Toi et moi…

Elle se mit à rire à gorge déployée. Jimin, à l’inverse, semblait de plus en plus triste. Elle se retourna et s’arrêta soudain de rire en voyant le visage fermé de Jimin. Elle se demandait pourquoi le garçon ne plaisantait pas avec elle. Il avait l’air en état de choc. Elle se rapprocha de lui et tenta de lui prendre la main.

– Jimin, tu…

Elle n’eut pas le temps de parler davantage. Le garçon poussa violemment la main de Lalisa. Surprise de cette réaction, elle recula d’un pas. Elle se demandait bien pourquoi il réagissait de manière si excessive avec elle. Et sans qu’elle ne comprenne pourquoi, Jimin se mit à lui hurler dessus.

– Pourquoi tu ris ? En quoi c’est si stupide de nous imaginer ensemble ? Je ne suis pas assez bien pour toi ?
– Non, c’est pas ça, bredouilla Lalisa.
– Alors quoi ? S’écria Jimin.

Lalisa resta bouche bée devant Jimin en colère. Elle ne sut que répondre. Bien sûr que ce n’était pas stupide. Elle n’avait juste jamais envisagé la chose. Jimin et elle avaient réussi à se créer une complicité unique, elle n’avait jamais connu cela avec ses petits amis. Elle n’avait jamais envisagé que leur relation amicale puisse évoluer de manière amoureuse. Jimin espérait-il plus que son amitié ? Avait-elle envoyé des signes indiquant qu’elle voulait plus ? Elle était tellement en confiance avec lui, avait-elle laissé penser que quelque chose était envisageable avec elle ?

Le chanteur continuait de la fixer, attendant une explication que Lalisa était incapable de donner. La gorge nouée, elle recula d’un pas, cherchant à s’éloigner de Jimin qu’elle avait l’impression de découvrir sous un autre jour.

– Jimin, murmura la jeune femme en reculant encore d’un pas.
– C’est si difficile pour toi de t’imaginer en couple avec moi ? Insista le garçon

La vision de Lalisa se brouilla tout à coup. Elle réalisa qu’elle commençait à pleurer. Devant l’instance de Jimin, les mots restaient bloqués dans sa gorge. Elle aurait voulu lui dire ce qu’elle ressentait pour lui, le rassurer mais c’était tout bonnement impossible. Son cerveau essayait de faire des connexions mais cela n’aboutissait pas. Elle aurait voulu dire sincèrement ce qu’elle ressentait pour lui mais elle n’arrivait pas à identifier ses sentiments. Elle l’aimait beaucoup, elle n’en doutait pas mais comment qualifier cette affection ?

Elle n’aimait pas être pressée de la sorte. La colère de Jimin se transforma alors en inquiétude. La jeune femme put le lire sur le visage de celui quel considérait jusqu’ici comme son ami. Attristée, elle continua à prendre de la distance avec lui. Alors qu’elle reculait de nouveau, son pied glissa sur le bord du trottoir. Soudainement, elle sentit qu’elle tombait sur la chaussée. Le temps sembla s’arrêter. Elle entendit simplement un klaxon et Jimin qui se mit à crier son nom.

L’effet papillon – Chapitre 28

20 novembre 2018

Ha-Neul monta rapidement les marches de l’immeuble et arriva enfin devant la porte de l’appartement de Nathan. Elle était inquiète pour son ami. Il était rare qu’il lui demanda de l’aider et surtout au dernier moment. Ses messages étaient pleins de mystères. Elle avait séché son cours, chose qu’elle ne faisait jamais, pour en savoir plus. Arrivée au bon étage, elle reprit son souffle, après avoir gravi les marches aussi vite. Elle se demandait dans quels problèmes Nathan s’était mis puis sonna enfin. La porte s’ouvrit à la volée, elle s’apprêtait à saluer le garçon mais ce dernier sortit de l’appartement et referma promptement la porte derrière lui.

– Je t’expliquerais tout mais pour le moment, contente-toi de sourire.
– Quoi ? S’exclama l’étudiante.

Elle voulut demander plus d’explications mais la porte s’ouvrit de nouveau. Surprise, elle suivit les ordres de son ami et aperçut sur le pas de la porte un couple d’une cinquantaine d’années, peut-être plus. Ils ressemblaient beaucoup à Nathan et la jeune femme eut la confirmation de leur lien de parenté une seconde plus tard.

– Papa, maman, voici Ha-Neul. Ma petite amie.

Ha-Neul, un sourire crispé aux lèvres, se retourna soudain vers Nathan pour explication. Elle lui lança des regards insistants, cherchant a obtenir des réponses mais ce dernier se contenta de poser sa main sur la hanche de la jeune femme et la rapprocher de lui. Elle ne sut pas dans quel pétrin elle s’était mise lorsqu’elle vit le regard heureux des parents de son ami. Elle entendit ces derniers lui dire bonjour mais ne réussit pas à leur répondre, trop surprise de la situation. La mère de Nathan n’arrêtait pas de sourire, tellement heureuse de rencontrer sa belle-fille. Le père du garçon se montrait beaucoup moins expressif mais Ha-Neul sentit sur elle son regard jugeant. Elle ne le connaissait pas mais le trouvait déjà très antipathique.

Finalement, tout le monde entra dans l’appartement. Les parents de Nathan retournèrent au salon. Nathan leur annonça qu’il devait parler une minute avec Ha-Neul et entraina la jeune femme dans sa chambre. Elle s’assied sur le lit et, finalement, retrouva l’usage de la parole.

– Non mais ça ne va pas la tête ! S’écria la jeune étudiante en se levant brusquement.
– Chut ! Fit Nathan en la réinstallant sur son lit.
– Comment ça, je suis ta petite amie ? Demanda Ha-Neul presque en chuchotant.

Le garçon prit place à ses côtés et sortit de sa poche son portable. Il lui montra un cliché où figuraient Alex, Ha-Neul et lui-même. L’étudiante regarda la photo sans comprendre en quoi cette image était la raison de son mensonge.

– Je ne sais pas comment je me suis débrouillé, expliqua Nathan, j’ai publié par erreur cette photo sur Facebook. C’est le seul réseau social que mes parents fréquentent. Je n’y poste jamais rien, ça me sert surtout à communiquer avec les membres de ma famille.
– D’accord mais pourquoi tes parents sont là ? Demanda Ha-Neul qui ne comprenait pas où il voulait en venir. Et pourquoi tu prétends qu’on sort ensemble ?
– A cause de la légende.
– My love, my friend and I, lut la jeune femme en faisait défiler l’image sur l’écran.
– Alex, toi et moi, expliqua Nathan. Sauf que ma mère a pensé que my love, c’était toi.
– Je vois mais… ils sont venus du Texas à cause d’une simple photo ?
– Depuis que j’ai 16 ans, ma mère essaie de me caser. A chaque fois qu’une de ses amies connaissait une fille de mon âge, elle essayait d’organiser un rencard. Pour lui faire plaisir, j’ai essayé de sortir avec certaines d’entre elles. Cela n’a jamais marché, ça m’a juste conforté dans le fait que je préférais les garçons.
– Tu devrais leur dire la vérité, proposa la coréenne.
– Je le ferai mais après avoir terminé la fac. J’ai travaillé dur pour entrer ici, je ne peux pas me permettre de tout perdre maintenant. Lorsque je serai diplômé, je leur dirai tout.

Les deux amis restèrent quelques instants assis l’un à côté de l’autre. La voix joyeuse de la mère de Nathan s’entendait jusqu’ici. Le garçon tourna la tête vers la porte fermée, et souffla.

Ha-Neul savait très bien les difficultés que Nathan traversait depuis son adolescence. Originaire du Texas, l’un des états les plus conservateurs des Etats-Unis, Nathan avait dû cacher ses préférences amoureuses pour éviter les ennuis.

Il avait raconté, à Alex et elle, l’histoire d’un élève de son lycée qui s’était fait lyncher par l’équipe de foot, en tout impunité, juste parce qu’il y avait des rumeurs sur son orientation sexuelle. Nathan savait qu’il préférait les garçons depuis l’âge de 13 ans mais le niait pour éviter le harcèlement.

Il le cachait également pour ne pas subir les foudres de son père qui aurait été capable de l’envoyer en camp militaire ou pire, pour “le faire devenir un vrai homme”. Il était même parfois sorti avec des filles, sans jamais dépasser l’étape du bisou, pour donner le change.

Il avait attendu d’être à Los Angeles, loin de chez lui, pour enfin s’affirmer. Il avait enchaîné les conquêtes lors de sa première année d’université avant de rencontrer Alex. Depuis qu’il vivait en Californie, Nathan était enfin lui-même.

– Et Alex, il est d’accord avec ça ? Il est où d’ailleurs ?
– Je ne sais pas. Il a quitté l’appart quand je l’ai présenté comme mon colocataire. J’ai essayé de l’appeler mais il refuse mes appels. Je comprends qu’il soit fâché mais je ne pouvais pas dire la vérité ! S’il te plait Ha-Neul, joue le jeu. Juste quelques heures, histoire de faire plaisir à ma mère.
– Nathan, je dois prendre l’avion dans quelques heures.
– Je t’en supplie ! Je te promets, ça te prendra qu’une heure, maxi deux !

Ha-Neul était prise entre deux feux : d’un côté elle voulait l’aider mais de l’autre, elle n’avait pas le temps. Elle devait prendre l’avion ce soir et n’avait pas terminé ses bagages. A vrai dire, il ne lui faudrait pas trois heures pour boucler sa valise. Elle était tellement impatiente de retrouver Jungkook qu’elle ne voulait qu’aucun imprévu ne puisse la mettre en retard.

Mais c’était Nathan, celui qui avait réussi, avec Alex, à lui faire admettre ses sentiments pour Jungkook. Il méritait qu’elle lui accorda du temps. Il avait passé des heures à la consoler il y a plusieurs mois lorsqu’elle avait laissé filer Jungkook. Jouer la petite amie parfaite était un pieux mensonge. Elle pouvait bien faire cela pour lui.


22 novembre 2018

Lalisa dormit presque tout le long du vol, elle se réveilla en pleine forme quelques minutes seulement avant d’atterrir. D’abord inquiète de l’absence de Ha-Neul, elle finit par trouver le sommeil après avoir reçu un message de son amie l’informant qu’elle la rejoindrait dans quelques heures.

Elle quitta enfin l’aéroport vers cinq heures du matin et rejoignit son hôtel en taxi. Elle ne s’attendait pas à être logée dans un si bel endroit mais après tout, elle aurait dû s’y attendre, sachant qu’elle était dans le même hôtel que Jimin. La jeune femme s’en voulait encore d’abuser du jeune homme. Il avait payé son billet d’avion et lui offrait également une chambre dans cet hôtel. Il disait que la voir sourire suffisait à le rembourser, elle trouvait que cela était peu cher payé.

Cela ne faisait pas trois mois qu’ils se connaissaient, et pourtant, Jimin en savait plus sur elle que la plupart des personnes qu’elle considérait comme des amis à l’université. La jeune femme s’était souvent moqué de Ha-Neul et de Jungkoook, de leur relation en ligne. Aujourd’hui, elle entretenait quasiment la même relation avec Jimin, les sentiments amoureux en moins.

La jeune femme prit possession de sa chambre, posant sa valise dans un coin. Elle se laissa tomber sur l’immense lit qui était au centre de la pièce. Elle entendit des gargouillis dans son ventre. Elle aurait bien pris un bon petit déjeuner. Elle s’approcha du téléphone pour appeler la réception, elle trouva les tarifs des services proposés par l’hôtel sur la table de chevet. Elle manqua de faire une syncope en découvrant combien l’hôtel demandait pour un simple sandwich. Cela lui coupa la faim pour un moment.

Finalement, après avoir envoyé un message indiquant à Jimin qu’elle était arrivée, elle fila dans la salle de bains. Après avoir profité d’un bon bain moussant, elle s’apprêtait à actionner le sèche-cheveux lorsque quelqu’un sonna à sa porte. Elle ne s’attendait pas à voir Jimin si tôt. Il était plutôt du genre à dormir, lorsqu’il en avait la possibilité. Elle pensait qu’il l’a rejoindrait bien plus tard.

– Jimin, tu es drôlement matinal.
– Euh… Ouais… Lalisa, ton peignoir…, fit le chanteur en désignant du doigt la poitrine de la jeune femme.

Il détourna le regard tandis que la jeune femme remarqua que la ceinture de son peignoir était desserrée, révélant ses sous-vêtements. Elle referma à la vite son peignoir, gênée de s’exhiber de la sorte. Elle sentit ses joues s’empourprer. Elle fila ensuite s’habiller plus convenablement. Elle claqua la porte de la salle de bains tandis que Jimin se moquait gentiment d’elle.

– Quoi ? C’était pas pour moi cette tenue sexy ?

Jimin se mit à rire, ravi d’avoir pu mettre Lalisa dans l’embarras. Vêtue d’un jean et d’un pull extra large, les cheveux encore mouillés, la jeune femme réapparut devant lui quelques secondes plus tard. Elle avait encore son visage rouge de honte, Jimin l’a trouva soudainement encore plus attirante que sur le pas de la porte. Il resta à la regarder, interloqué. Soudainement, ce fût lui le plus embarrassé.

– Pourquoi tu me fixes comme ça ?
– Pour rien, bredouilla Jimin en secouant la tête, cherchant à faire disparaître l’attirance qu’il avait de plus en plus pour son amie.
– Vas-y moques toi, s’exclama la jeune femme en grimaçant en apercevant son reflet dans le miroir. Je sais que je ne ressemble à rien.
– Arrête ! Ce n’est pas vrai !
– Je ne suis ni maquillée ni coiffée, se plaignit la jeune femme en observant son visage.
– Tu es très bien comme ça.
– Tu dis ça pour me faire plaisir, lui répondit Lalisa qui ne le croyait pas.
– Lalisa, tu es très jolie. Je le pense vraiment. Même au naturel tu es magnifique.
– Jimin-ah, je t’ai déjà dit d’arrêter d’être si gentil.

La jeune femme s’arrêta net dans sa phrase en s’aperçevant qu’elle était seulement à quelques centimètres du garçon. Elle vit alors la main du garçon sur son avant-bras. Depuis quand était-elle posée là ? Jimin lâcha soudain son amie en se rendant compte de l’intimité qu’il venait de créer. Il se racla la gorge et chercha un prétexte pour vite changer de sujet.

– Tu disais dans ton message que tu avais faim, ça te dirait de sortir manger un truc ?
– Tu as le droit de sortir ? Demanda Lalisa. Je veux dire, tu n’as pas de répétitions ou des trucs à faire avec…
– Si mais je peux annuler pour toi.
– Quoi ? Mais non ! S’écria la jeune femme. Tu ne peux pas te…
– Relax, je plaisante, fit Jimin en souriant.

Elle lui frappa le bras, n’aimant pas qu’il se moqua encore un fois d’elle. Lui proposer de manger avait redonné faim à Lalisa. Elle était pressée de goûter à la nourriture japonaise. Tout sourire, elle se dépêcha d’attraper sa veste pour vite partir à la recherche d’un bon restaurant.

– Ou pas, chuchota le chanteur en regardant son amie.

Jimin sentit soudain son estomac se nouer. Lalisa prenait ses compliments pour de l’humour et de la gentillesse. Pourquoi pensait-elle toujours qu’il n’était pas sérieux lorsqu’il lui disait qu’elle était magnifique ? Ce n’était pas la première fois qu’elle refusait ses compliments. A chaque fois, elle pensait qu’il disait ces choses juste pour lui remonter le moral. Certes, c’était un peu le cas au début mais plus maintenant. Il la trouvait très mignonne qu’elle soit apprêtée à l’extrême ou non. Il suffisait qu’elle lui sourit pour que son cœur s’emballe.

Visiblement, Lalisa ne semblait pas attiré par lui. Elle l’aimait bien, elle avait confiance en lui mais ne voyait en lui qu’un ami. Jimin comprit qu’il se retrouvait bloqué dans la friendzone. Il était encore plus difficile pour lui d’en sortir aujourd’hui. Depuis son agression, la jeune femme n’avait pas envie de se lancer dans une relation amoureuse. Jimin se contenta de la regarder se préparer, tentant d’étouffer ce sentiment qui risquerait de briser leur relation.

L’effet papillon – Chapitre 27

16 novembre 2018

Lalisa avait la boule au ventre. Elle n’aimait pas se retrouver une nouvelle fois ici. Elle patientait dans cette entrée de commissariat depuis moins de cinq minutes, n’arrivant pas à calmer son stress. Elle n’arrêtait pas de bouger son pied, faisant claquer sur le le carrelage sale et écaillé, son talon. Un raclement de gorge lui fit lever la tête, elle vit l’officier à l’accueil la fixer. Elle stoppa net ce bruit qu’il jugeait agaçant.

Trois semaines s’étaient écoulées depuis qu’elle avait déposé plainte. L’affaire suivit son cours, elle n’avait eu aucune nouvelle jusqu’à aujourd’hui. Elle avait repris son train train habituel à l’université et depuis quelques jours, elle arrivait à dormir une nuit complète, sans être réveillée par des cauchemars.

Ce matin, lorsqu’elle écouta le message vocal du lieutenant Gardner, toutes les images de son agression lui revinrent à l’esprit. La policière lui demandait de passer au commissariat en fin de journée. Bien que le ton de la jeune femme se voulait rassurant, Lalisa savait très bien pourquoi elle l’invitait à venir au poste. Elle allait se retrouver face à son agresseur et cela l’angoissait. Le lieutenant Gardner l’avait prévenu qu’elle risquait d’être convoquée pour une confrontation. Dans ce genre de situation, le coupable nie souvent les faits et la confrontation permet de le faire avouer.

La jeune thaïlandaise entendit soudain une voix l’appeler. Elle se leva brusquement et reconnut la lieutenant Gardner qui lui adressa un sourire franc et chaleureux. Mise en confiance, elle suivit la jeune femme dans son bureau. Comme la dernière fois, elle trouva un lieu envahi de dossiers d’enquêtes en cours.

– Café ? Demanda la policière alors qu’elle invita Lalisa à s’asseoir sur le siège en face de son bureau.
– Non merci.

Lalisa était trop stressée pour boire quoi que ce soit. La policière s’installa dans son fauteuil et s’empara de sa tasse de café. Elle allait en boire une gorgée mais s’arrêta en voyant le visage déconfit de l’étudiante. Elle se rappela soudain du message qu’elle lui avait laissé, réalisant qu’elle avait été un peu rapide et n’avait donné aucune explication. Elle se souvint qu’on l’appelait justement pour une intervention à ce moment précis.

– J’ai dû t’inquiéter ce matin avec mon message.
– Oui, un peu…

Lalisa mentait très mal. Elle avait stressée toute la journée à l’idée de ce rendez-vous. Elle aurait voulu que Ha-Neul l’accompagna mais elle était de service à la supérette.

– Bon, allons-y, je suis prête pour cette confrontation ! S’exclama Lalisa pour se donner du courage.
– Ce ne serait pas nécessaire. Il a tout avoué.
– Vraiment ?

Lalisa se détendit brusquement, se laissa tomber sur le dossier de sa chaise. Le poids qu’elle avait porté toute la journée s’envola soudainement. Elle n’avait aucune envie de se retrouver face à cet homme qui avait abusé de sa crédulité et de son corps. Rassurée d’apprendre cela, elle releva la tête vers la policière soudainement.

– Pourquoi m’avez-vous convoqué ?

Le sourire bienveillant de la policière se transforma en sourire gêné. Lalisa n’aimait pas cela, se demandant quelle mauvaise nouvelle elle allait lui annoncer.

– Avec ta plainte, nous avons pu enquêter sur ce garçon qui se faisait passer pour photographe. Il utilisait les réseaux sociaux pour trouver ses victimes. J’ai fini par réussir à obtenir un mandat de perquisition pour son appartement. Nous avons fait des découvertes intéressantes là-bas.
– C’est-à-dire ?
– Tu n’es pas la seule victime. Il a abusé d’au moins 8 jeunes femmes.
– Et comment avez-vous….
– Nous avons retrouvé des vidéos.
– Hein ? Des vidéos ? Répéta la jeune femme qui sentit l’angoisse revenir.
– En plus de filmer ses agressions, il avait disposé des caméras cachés dans la chambre.

Lalisa réalisa soudain qu’elle s’était changée dans cette chambre. En plus d’être un violeur, cette ordure était un voyeur. Elle sentit la nausée arriver mais tenta de la gérer en respirant plusieurs fois. Elle sentit soudain une chaleur sur sa main. Elle en chercha la source et vit que l’officier de police avait posé sa main sur la sienne, pour la rassurer.

Lalisa, grâce à ta plainte, nous avons pu arrêter un dangereux criminel. Il est actuellement en détention préventive, en attendant son procès. Et crois-moi, je ne vais pas lâcher l’affaire. Je vais retrouver l’ensemble de ses victimes. Il n’est pas prêt de ressortir.


17 novembre 2018

La supérette était déserte à cette heure-ci. C’était normal pour un samedi soir mais la jeune femme savait qu’elle serait plus occupé dans quelques heures. Des fêtards affamés passeront comme d’habitude dans la boutique avant de rentrer chez eux. Lalisa profita du calme pour mettre en rayon quelques produits. Elle sortait de la réserve lorsqu’elle entendit son portable l’avertir de l’arrivée d’un message.

Elle sortit l’objet de sa poche et lut le message qu’elle avait reçu. Elle se demanda soudain s’il n’y avait pas eu erreur de destinataire en lisant une confirmation de réservation de vol d’avion. En voyant qu’il s’agissait d’un vol pour Osaka, elle se demanda soudainement si cela ne concernait pas plutôt sa colocataire. Elle allait justement lui demander des précisions lorsque la sonnerie annonçant l’arrivée d’un message de Jimin tinta. Elle faillit lâcher son portable en lisant le message de son ami.

Jimin :
Je t’ai réservé une place sur le même vol que Ha-Neul. Tu as reçu la confirmation ?

Lalisa :
Tu as fait quoi ?

Jimin :
Je t’ai acheté un billet d’avion. Viens passer quelques jours à Osaka, tu as besoin de te changer les idées.

La jeune femme grimaça devant son smartphone, ne sachant pas comment interprêté la nouvelle. Elle reposa dans la réserve le carton qu’elle s’apprêtait à rapporter en magasin. Elle devait mettre les choses au clair avec Jimin, elle n’aimait pas beaucoup qu’il décida à sa place.

Lalisa :
Je n’ai pas le temps ni les moyens de voyager !

Jimin :
Tu as un weekend de quatre jours avec Thanksgiving, non ? 😁
Et tu ne payes rien, c’est moi qui t’offres le billet.

Lalisa :
Non mais tu as vu le billet que tu as pris ? C’est une première classe !
Cela coûte une fortune. 😱

Jimin :
Je veux le meilleur pour toi. Tu le mérites.

Lalisa était prise entre deux feux. D’un côté, elle voulait partir quelques jours et de l’autre elle n’aimait pas profiter de la gentillesse et surtout du porte monnaie de son ami. Jimin avait raison, elle avait besoin de se changer les idées, surtout après tout le stress qu’elle subissait depuis un mois. Elle avait tenté d’éviter de penser à son agression en se concentrant sur ses études et en enchaînant les heures à la supérette. Cela fonctionnait peu et avait surtout réussi à s’épuiser.

Jimin :
Tu as besoin de changer d’air et j’ai très envie de passer du temps avec toi.
S’il te plait, accepte mon cadeau. 🙏

Lalisa :
Je n’aime pas être redevable.
Je ne pourrai jamais te rembourser ce billet.

Jimin :
Je sais très bien comment tu pourras me rembourser. 😚

Lalisa :
Pardon ? 🤬

Jimin :
Désolé, mauvais emoji !
Je voulais utiliser celui ci 😁

Lalisa :
Ouais…
Bien sûr…
🤬

Jimin :
Te voir sourire et entendre ton rire, ça vaut tout l’or du monde.

Lalisa :
😢
Arrêtes d’être si gentil…
Je vais finir par croire en tes belles paroles.


20 novembre 2018

Nathan 15h32 :
Je t’en supplies, dis oui ! C’est une question de vie ou de mort.

Ha-Neul était en plein cours d’économie. Elle délaissa son attention au monologue ennuyeux de son professeur pour répondre à cet énigmatique message.

Ha-Neul :
De vie ou de mort ?
Tu ne crois pas que tu exagères un peu là ?

Nathan :
Tu pourrais passer à mon appartement ?
Maintenant.

Ha-Neul :
Je suis en cours en ce moment.
Et ensuite, je dois vite rentrer à la résidence pour finir de préparer ma valise.

Nathan :
Ah oui, c’est vrai, tu vas rejoindre Jungkook pour le weekend.

Ha-Neul :
Cela ne peut pas attendre lundi ?
Alex ne peux pas t’aider ?

Ce weekend de Thanksgiving, c’était l’occasion pour la jeune femme de retrouver son petit ami. Ce dernier était actuellement au Japon, en pleine tournée. Elle attendait avec impatience de profiter de ces quatre jours avec lui. Elle savait qu’il serait très occupé, comme la dernière fois à New York mais les moments où ils pouvaient se voir étaient rares. Elle devait en profiter. Elle allait faire plus de 24 heures d’avion en quelques jours mais cela valait le coup.

La jeune femme aurait bien aider son ami mais elle manquait de temps aujourd’hui. Elle avait encore quelques détails à régler avant de se rendre à l’aéroport. Elle cherchait une manière polie de refuser de l’aider mais elle se sentit coupable. Nathan était toujours adorable avec elle. Elle regarda l’heure sur son téléphone puis se mit à réfléchir. Si elle partait maintenant, elle pourrait bien accorder une petite heure à son ami. Elle pourrait très bien demander à un camarade ses notes de cours pour rattraper. Elle était en plus très intriguée par ce message. Nathan n’était pas du genre à exagérer pour rien. Il devait vraiment avoir besoin d’elle.

Ha-Neul :
J’arrive.
Je serais chez toi dans 15 minutes.


La salle d’embarquement était quasiment vide, les passagers avaient presque tous pris place dans l’avion. Lalisa faisait elle aussi la queue mais ne pouvait s’empêcher de regarder derrière elle. Elle guettait l’arrivée de Ha-Neul. Son amie l’avait prévenue qu’elle risquerait d’être en retard

– Mademoiselle !

La thaïlandaise se retourna, réalisant qu’il n’y avait plus personne devant elle. Elle s’avança vers l’hôtesse en lui tendant son passeport et son billet d’avion. La jeune femme les vérifia rapidement puis l’invita à entrer. Lalisa s’avança dans le couloir. Elle entendit une porte se refermer derrière elle. Ha-Neul n’était plus simplement en retard, elle venait de rater son avion.


L’étudiante coréenne était à l’autre bout de Los Angeles. Elle était en plein dîner dans un restaurant chic en compagnie de Nathan et d’un couple d’une cinquantaine d’années. Elle regarda son téléphone une nouvelle fois et son cœur se serra lorsqu’elle comprit qu’elle venait de louper son vol.

Son weekend romantique tant attendu s’envolait. Elle sentit qu’elle n’allait pas pouvoir tenir son rôle plus longtemps. Elle se leva et quitta la table du restaurant prétextant devoir se rendre aux toilettes. Nathan la regarda partir en comprenant très bien ses raisons. Il la suivit quelques secondes plus tard, laissant ses parents seuls.

– Ha-Neul, tout va bien ? Demanda Nathan à travers la porte des toilettes pour femmes.

La porte resta close et Ha-Neul ne lui répondit pas. Inquiet, il hésita à entrer mais préféra attendre. Il ne voulait pas passer pour un pervers dans les toilettes des femmes. Il patienta donc à l’entrée. Une dizaine de minutes plus tard, la jeune femme finit par apparaitre devant lui. Elle avait les yeux rougis trahissant des larmes récentes.

Si la jeune femme était dans cet état, c’était de sa faute. Nathan ne savait pas quoi dire pour se faire pardonner. Il se contenta de la prendre dans ses bras et tenta de la réconforter du mieux qu’il pouvait.

– Je vais te trouver un vol pour Osaka, je te promets, dit le garçon.
– C’est impossible, je viens de vérifier. Tous les vols sont complets. Je ne sais pas comment je vais annoncer la nouvelle à Jungkook.

Nathan savait combien la jeune femme attendait de retrouver son petit ami. Il s’en voulait d’avoir fait capoter ses projets. Elle avait tellement été adorable d’accepter de l’aider sans poser de questions et à la dernière minute. Elle avait tout abandonné pour lui venir en aide. Il lui avait promis que cela ne prendrait qu’une heure ou deux et qu’elle réussirait à prendre son avion à temps. Il n’avait pas honoré sa promesse et s’en voulait d’avoir abusé de la gentillesse de son amie..

– Un problème, les amoureux ? Demanda soudainement une voix féminine.

Le couple se détacha l’un de l’autre, se tournant vers la personne responsable de cette interruption. Ha-Neul effaça du revers de son gilet une larme puis sentit les doigts de Nathan s’entrelacer dans les siens. Elle leva la tête pour reconnaître la femme avec qui elle avait passé la soirée : la mère de Nathan. Son fils lui ressemblait tellement, il ne faisait pas de doute qu’ils étaient apparentés.

– Ha-Neul doit se rendre au Japon. Il y a un problème avec Jungkook son petit…

Il s’arrêta soudain, sentant sa main littéralement broyée par son amie.

– Mon petit frère, continua la jeune femme.

Ha-Neul regarda son ami, réalisant qu’il était prêt à dire la vérité. Elle n’allait pas le laisser faire. Pas après la soirée qu’il venait de passer avec ses parents. Elle décida donc de reprendre le rôle qu’elle jouait depuis quelques heures. Le regard de son ami en disait long et remerciait Ha-Neul de sa sollicitude. Le garçon se retourna vers sa mère, déterminé à honorer sa promesse.

– Oh ! Fit la mère de famille. Rien de grave ?
– Justement, on ne sait pas trop, il est à l’hôpital d’Osaka, mentit Nathan. Ha-Neul voudrait le rejoindre mais il n’y a plus de places sur les vols commerciaux.
– Je suis sûre que ton père sera d’accord pour qu’on lui prête notre jet. Il vous aime beaucoup, ma petite Ha-Neul. La famille c’est ce qui est le plus précieux, ne vous inquiétez pas, vous allez vite retrouver votre frère.

Elle abandonna le couple et entra dans les toilettes pour femmes. Ha-Neul bredouilla quelques remerciements, se demandant si elle n’avait pas mal compris ce que proposait la mère de famille.

– Pourquoi as-tu dit que Jungkook était ton frère ?
– Quoi ? Tu veux lui avouer que j’ai un autre petit copain et que toi aussi ? Ta mère est adorable mais ton père… Tu as vu le scandale qu’il a fait lorsqu’il a vu ce couple gay se tenir la main ? J’imagine pas ce qu’il serait capable de te faire s’il apprenait la vérité.
– Merci, fit Nathan en souriant, gêné d’abuser de la situation
– Juste une précision, je suis pas sûre d’avoir bien compris. Tu as un jet privé ? En dînant ici, j’avais compris que ta famille avait les moyens mais je ne pensais que tu étais aussi riche.
– Ma famille est riche mais s’il te plait, gardes ça pour toi. N’en parles pas à Alex.
– Alex n’est pas au courant ?
– Ma famille et moi, ça a toujours été compliqué. Moins je les vois, mieux je me porte. Je tiens énormément à Alex, je ne veux pas qu’il change d’opinion à mon sujet. Il sait déjà que mon père est homophobe et fier de l’être. S’il apprend dans quelle famille de tordus j’ai grandi, il risque de penser que je suis comme eux.

L’effet papillon -Chapitre 26

29 septembre 2018

Ji-Kyung tenait dans ses bras ce petit être de quelques grammes. Ses larmes coulaient encore. Elle caressait du bout des doigts ce minuscule visage. Elle ne savait pas combien de temps elle resta ainsi. Un temps beaucoup trop court pour elle. C’était la première fois qu’elle portait sa fille et malheureusement la dernière.

– Madame Lim, fit soudain une voix douce.

La jeune femme releva la tête. Elle aperçut l’infirmière et lorsqu’elle comprit pourquoi elle était là, les larmes s’intensifièrent. Cependant, elle n’opposa pas de résistance lorsque cette dernière s’approcha. Elle embrassa une dernière fois son enfant et l’infirmière prit délicatement le petit corps inerte. A ce moment-là, elle aperçut que l’infirmière était accompagnée d’un médecin.

– Madame Lim Ji-Kyung. C’est l’heure. Les pompes funèbres attendent dans le couloir.
– Oui, d’accord, répondit la jeune femme qui était encore en état de choc.
– Je suis désolé de vous importuner mais nous devons mettre un prénom sur le certificat de décès.

La jeune femme essuya les larmes aux coins de ses yeux et tenta de se concentrer sur les mots du médecin. Elle ne sût pas quoi lui répondre. Namjoon et elle n’avaient pas encore réfléchi à cela. D’ailleurs, étant à l’étranger, il n’avait pas pu reconnaître cet enfant. La petite était donc administrativement parlant sans père et sans prénom.

Durant les 8 jours de vie de leur fille, ils s’appelaient plusieurs fois par jour. Au début, Ji-Kyung lui affirma qu’il ne devait pas abandonner la tournée. Elle savait qu’un retour brutal en Corée ferait éclater la vérité. Elle avait déjà dû mal à accepter d’avoir accouché trop, elle ne voulait pas en plus, gérer la traque des paparazzis et des saesangs. Et quelles seraient les conséquences pour Namjoon et le groupe ?

Même si leur fille était née à seulement 29 semaines, le pronostic vital était plutôt bon, en tout cas au début . Ses poumons étaient déjà formés et bien qu’elle soit sous aide respiratoire et sous sonde, elle allait plutôt bien pour une prématurée de son âge. Cependant, au bout de trois jours de vie, une infection se développa. La situation se dégrada et Ji-Kyung aurait aimé avoir Namjoon à ses côtés. Le plus difficile fut lorsqu’elle se retrouva seule dans son appartement, lorsqu’elle cessa d’être hospitalisée. Elle eut du mal à laisser son bébé dans ce service de néonatologie. Elle était autorisée à n’y passer qu’un temps limité et chaque jour, c’était un déchirement de la laisser.

– Madame Lim Ji-Kyung. Quel prénom devons-nous écrire ?


23 octobre 2018

Le couloir de l’agence n’était pas le lieu le plus sûr pour parler de Ah-Reum. Voyant que Namjoon avait besoin de se confier, Jungkook le suivit dans son studio. Cela était étrange pour le maknae de se retrouver là, lieu où leur dispute avait éclaté. Pourtant, aujourd’hui il comprenait mieux les agissements de ce dernier.

– Alors tu sais tout ? Demanda Namjoon.
-Ce que Jin a bien voulu me dire. Je suis désolé de t’avoir jugé un peu vite. Je ne savais pas que Ah-Reum était…
– Tu ne pouvais pas deviner, coupa son aîné.

Jungkook voulut dire une parole réconfortante mais ne savait pas trop quoi dire. Il n’avait pas l’habitude de cette situation ; la mort était heureusement un sujet qu’il côtoyait peu. Il resta silencieux dans le sofa tandis que Namjoon, assis à ses côtés, ne pouvait pas détacher ses yeux de cette paire de chaussures. Maintenant qu’il connaissait toute l’histoire, il comprit pourquoi Namjoon s’était tellement énervé lorsqu’il les avait touchés.

– C’est joli Ah-Reum, comme prénom, fit soudain Jungkook pour briser la glace.
– C’est une idée de Jin, expliqua le leader, le sourire en coin. Lorsque je lui ai montré sa photo, la première chose qu’il a dit c’est “elle va me faire de la concurrence, cette petite Ah-Reum” (Beauté en coréen).
– Venant de lui, pas étonnant.
– En fait, c’est Ji-Kyung qui a choisi. On attendait que je rentre en Corée pour lui choisir un prénom ensemble mais…
– Je suis désolé hyung.
– Tu te rends compte Jungkook que je n’ai jamais pu prendre ma fille dans mes bras ! Elle s’est battue pour sa vie durant 8 jours et moi j’étais à des milliers de kilomètres en train de m’amuser sur scène.
– Hyung, souffla le maknae qui ne savait pas quoi répondre.
– Je n’ai même pas été foutu d’assister à ses funérailles ! Ju-Kyung a raison de m’avoir laissé tomber. Je ne suis qu’un putain d’égoïste sans coeur !


24 octobre 2018

Ha-Neul patientait sur ce banc inconfortable et en plein courant d’air. Ce commissariat n’avait rien d’accueillant mais était-ce vraiment l’objectif de ce lieu ? Il aurait dû l’être un peu se mit à penser la jeune femme, surtout pour le type d’affaires qui l’avait conduite ici.

L’étudiante coréenne tourna la tête vers le couloir qu’avait emprunté Lalisa il y a presque une demi-heure. Ha-Neul n’arrivait pas à croire que cet agent à l’accueil avait presque refusé d’enregistrer sa plainte arguant qu’il n’y avait pas vraiment eu agression. Heureusement qu’une policière un peu plus attentive aux problèmes de violences faites aux femmes revenait justement de sa pause café. La gradée avait passé un joli savon à son collègue de l’accueil avant de se charger personnellement de prendre la plainte de Lalisa.

Ha-Neul se fichait du temps que cela prendrait, elle savait que la plainte de Lalisa serait prise et traitée de manière efficace avec cette policière. Elle avait accompagné sa compagne de chambre au commissariat mais on ne l’autorisa pas être présente pour son audition. Elle restait donc à attendre son amie, se reprochant de ne pas avoir agi plus tôt.

Ce soir-là, lorsque Lalisa rentra avec ce bleu au visage, elle aurait dû poser plus de questions. Certes l’étudiante thaïlandaise n’avait pas envie de parler mais Ha-Neul aurait dû insister. Si elle ne l’avait pas fait ce soir-là, elle aurait dû l’interroger le lendemain en apprenant qu’elle avait séché le travail. Elle ne voulait pas forcer les choses. Cependant, éviter de parler des problèmes ne les effaçaient pas. Ha-Neul le savait très bien. En voulant éviter les problèmes, elle s’en était créé des nouveaux. Éviter de parler de son harcèlement scolaire l’avait conduite à tenter de suicider. Éviter de parler de ses sentiments pour Jungkook avait failli détruire sa relation avec le garçon.

Sa colocataire avait passé ses derniers jours à se sentir coupable alors qu’elle était une victime. Ha-Neul pouvait remercier Jimin. Ce dernier avait réussi à faire parler Lalisa. Elle lui avait tout raconté et ce dernier avait réussi à la convaincre d’aller porter plainte. La jeune thaïlandaise décida de passer au commissariat dès le lendemain matin. Elle n’avait pas vraiment envie de raconter une troisième fois son histoire mais elle le devait. La seconde fois étant la veille, à Ha-Neul qui ne pouvait pas croire qu’on avait pu s’en prendre aussi lâchement à son amie, en la droguant pour ensuite tenter d’abuser d’elle.

Lalisa était surtout obligé de porter plainte. Elle savait que Jimin aurait débarqué à Los Angeles pour la traîner de force au commissariat si elle ne le faisait pas seule. Il en était capable, elle en était sûre.

Ha-Neul sentit alors son portable vibrer. Elle venait de recevoir un nouveau message de Jungkook. Avec tout ce qui arrivait à Lalisa, elle faillit oublier ce que son petit ami venait de lui apprendre. Ce dernier était encore chamboulé d’apprendre que Namjoon avait entretenu une relation secrète et avait perdu un enfant.

JK 10h33 :
Tu crois que notre couple explosera comme le leur ? 😥

La jeune femme arqua un sourcil. Elle était surprise que Jungkook soit si négatif. Dans leur couple, la personne qui s’inquiétait de leur avenir, en règle générale, c’était plutôt Ha-Neul. D’ailleurs, si elle avait freiné des quatre fers lorsqu’il avait tenté de confesser la première fois, c’était en grande partie à cause de cela. Aujourd’hui, elle tentait de rester positive et de profiter de l’instant présent.

Ha-Neul :
Cela n’arrivera pas.

JK :
Toi aussi, tu finiras par me reprocher d’être loin de toi.

Ha-Neul :
Tu veux qu’on se dispute par messages ? 😡 Arrêtes d’être si pessimiste !

JK :
Je ne suis pas pessimiste. 😠
Je prends juste conscience de certaines choses.

Ha-Neul :
Comme quoi ? 😲

JK :
L’amour ne suffit pas dans un couple. Namjoon et Ji-Kyung s’aimaient mais cela n’a pas suffit.

Ha-Neul :
Je ne suis pas Ji-Kyung et tu n’es pas Namjoon.

JK :
Leur relation ressemble quand même beaucoup à la nôtre.

Ha-Neul :
Je ne vois aucune ressemblance.

JK :
Tu plaisantes ? Je pourrais te faire toute une liste.

Ha-Neul :
Alors vas-y !

JK :
Pardon ?

Ha-Neul :
S’il y a tant de ressemblances, alors vas-y. Fais moi ta liste.
Je suis sûre que tu ne pourras pas trouver autant de similitudes entre nos deux couples.

La jeune femme savait très bien que Jungkook ne pourrait pas s’empêcher de relever le défi. Cela ne tarda pas, il tomba dans son piège en deux secondes. Ha-Neul se mit à sourire devant son téléphone bien décidé à trouver un contre argument à chaque point de son petit ami. Faire des listes de pour et de contre pour chaque décision importante qu’elle devait prendre avait fini par développer son sens de la répartie. Elle espéra qu’elle réussirait à redonner le sourire à Jungkook grâce à cela.

JK :
#1
On entretient une relation secrète.

Ha-Neul :
Faux.

JK :
Comment ça faux ?
Personne n’est au courant pour nous.

Ha-Neul :
Ton groupe est au courant.
Lalisa est au courant.

JK :
Bon ok…

Ha-Neul :
Alex et Nathan sont au courant.

JK :
D’accord, je retire ce point.

Ha-Neul :
😏

JK :
Tu m’énerves !
Tu veux toujours avoir raison.

Ha-Neul :
C’est pour ça que tu m’aimes ! 😘

JK :
Tu as raison, on ne ressemble pas à Nam et sa copine.

Ha-Neul trouvait que le garçon abandonnait vite cette petite joute verbale mais finalement ce n’était pas plus mal. Si cela lui permettait d’arrêter de broyer du noir, il valait mieux qu’il s’arrêta là. Pourtant, Jungkook avait encore besoin de parler de cette histoire lorsqu’elle découvrit la suite de son message.

JK :
De toute façon, je ne ferais pas les mêmes erreurs de Namjoon Hyung.

Ha-Neul :
Il n’a pas fait d’erreurs.
Il a fait des choix qu’il regrette.
Mais il ne faut pas le juger pour cela.

Ha-Neul ne se permettrait pas de juger le leader du groupe. Elle ne savait pas trop quoi penser du garçon. En réalité, elle le connaissait peu et leur unique rencontre avait été un peu tendue. La réaction de Namjoon lors du brunch à New York ainsi que les bribes de conversations que la jeune femme avait pu entendre confirmèrent ses craintes. A cette époque, elle crut qu’il lui reprochait son indécision à affirmer ses sentiments et sa sincérité avec Jungkook. A la lueur de l’existence de Ji-Kyung, elle comprenait aujourd’hui qu’il ne voulait pas que Jungkook et elle puissent un jour, souffrir autant que son propre couple.

JK :
Moi, j’aurais pas cherché.
J’aurais pris le premier avion pour te rejoindre si cela t’était arrivé.

Ha-Neul :
Avec des « si » et des « peut-être », on pourrait mettre un cachalot dans une boîte d’allumettes !

JK :
D’où tu la sors celle-là ? 🤔

Ha-Neul :
D’un film français avec Audrey Tautou. 😉
Mais c’est vrai qu’avec des si, on pourrait refaire le monde.
Et si Namjoon n’avait pas décidé d’aider Ji-Kyung avec son vélo ?
Et si finalement, il avait annoncé publiquement sa relation avec elle ?
Et toi ? Si tu n’avais pas choisi de devenir stagiaire à la Big Hit ?
Et si tu n’avais pas débuter avec le groupe ?
Et si tu n’avais pas reçu mon message ? Et si tu n’y avais pas répondu ?

JK :
OK, je vois où tu veux en venir.
Tu as raison.

Ha-Neul :
J’aime te l’entendre dire.. 😊

JK :
Il faut toujours que tu es le dernier mot, hein ?

Ha-Neul :
A ce petit jeu, tu te défends pas mal non plus.

JK :
Aujourd’hui, c’est moi qui aurait le dernier mot.
Je suis sûr que tu ne sauras pas quoi répondre à ça.

Ha-Neul :
Te voilà bien sûr de toi.
Je demande à lire ce fameux message. 😏

JK :
Raison n°51 : Etre mon rayon de soleil.

Ha-Neul voulut lui répondre mais rien ne lui vint en tête. Jungkook se montrait souvent romantique dans ces messages mais elle ne s’attendait pas à ce qu’il le fasse maintenant. Son coeur se réchauffa brusquement en lisant ces quelques mots. Elle en oublia presque qu’il s’était vanté quelques secondes plus tôt de la laisser sans voix. Et en effet, elle restait interloquée devant son écran.

Bien sûr elle était touchée par ses mots mais ce fût de donner une nouvelle raison qui la fit fondre. Elle ne pouvait oublier le premier message qu’elle avait reçu, ce fameux 24 décembre 2014 : Tu as sûrement des dizaines de raisons de vouloir mourir. J’ai des centaines de raisons de vouloir vivre. Si tu veux les connaître, il va falloir rester en vie.

Elle se souvenait de chaque raison qu’il avait donné depuis presque 4 ans. La raison numéro 50 remontait à plusieurs mois et pourtant, Ha-Neul s’en souvenait comme si c’était hier. C’est grâce à cela qu’ils avaient réussi à se reparler, à Noël dernier. Chaque raison était motivante ou bienveillante, toujours très amicale. Cette raison romantique, c’était nouveau et ce n’était pas pour déplaire à l’étudiante.

L’effet papillon – Chapitre 25

23 octobre 2018

– C’est trop tard ! J’ai tout raté avec Ju-Kyung et encore plus avec Ah-Reum ! Cria Namjoon.

Le garçon se leva brusquement et enfourcha son vélo. Il roula sur la piste cyclable et finit par disparaître du champ de vision de Jungkook. Ce dernier n’avait même pas tenté de le rattraper. Namjoon venait de lui révéler un énorme secret et lui, il se permettait de de juger ses choix. Le plus jeune avait parlé sur le coup de l’émotion, n’aimant pas voir le plus âgé aussi triste mais il regrettait d’être si impulsif.

Namjoon se sentait responsable de l’échec de sa relation, c’était certain. Jungkook se demandait pourquoi il disait la même chose pour sa fille. Après tout, elle n’était pas encore née, pourquoi disait-il qu’il avait tout raté ? Comment pouvait-il douter ainsi de ses compétences de père ? Etait-ce sa petite amie qui lui mettait des bâtons dans les roues ?

Jungkook avait l’impression qu’il lui manquait des éléments importants dans cette histoire et Namjoon avait déjà fait un effort incroyable pour lui raconter tout ça. Cependant, en voyant que son ami était si à fleur de peau lorsqu’il parlait de sa fille, il ne chercha pas à le rattraper pour le questionner davantage. Il lui avait déjà accordé sa confiance en lui révélant sa relation secrète et sa fille, ce n’était pas le moment pour creuser cette histoire.


24 octobre 2018

La nuit avait été plutôt courte pour Jungkook. Le garçon avait fini par rentrer seul à la résidence. Il attendit un moment le retour de Namjoon. Il ne voulut pas l’interroger mais s’assurer qu’il allait bien. Lorsqu’ils s’étaient quittés, le rappeur semblait vraiment triste, Jungkook n’avait pas l’habitude de voir son leader ainsi.

Il avait fini par s’endormir sur le canapé et c’est l’agitation dans la cuisine qui le réveilla. Jin était en train de cuisiner. Comme d’habitude, cela sentait très bon. Jungkook se leva et alla jeter un oeil aux fourneaux. Il arrivait au bon moment, la cuisson était presque terminée. Jin posa la cocotte sur la table tandis que le plus jeune apporta les couverts Les deux garçons mangèrent ensemble directement dans le plat.

– Namjoon hyung n’est pas rentré ?
– Non, il a dû rester à son studio, lui répondit Jin. Pourquoi ?
– On s’est disputés, expliqua Jungkook avant d’aspirer ses nouilles.
– T’inquiètes, Namjoon n’est pas rancunier. Je suis sûr qu’il t’en veux déjà plus.
– Je crois que j’y suis allé un peu fort, j’ai critiqué son implication avec Ah-Reum.

Jin faillit s’étouffer lorsqu’il entendit cela. Il toussa pendant un moment, cherchant à reprendre sa respiration. Jungkook lui servit un verre d’eau qu’il but dans son entièreté. Jin, remis de cette surprise, se retourna vers le plus jeune, il avait besoin d’éclaircissement.

– Tu lui as dis quoi exactement, à Namjoon ?
– Qu’il devait se battre pour sa fille ! Ce n’est pas parce qu’ils sont séparés qu’il ne peut pas jouer son rôle de père.
– Jungkook, c’est pas…
– Quoi ? Tu n’es pas d’accord avec moi à ce sujet ?
– Si mais… Balbutia Jin.
– Mais quoi ?

Le plus jeune planta son regard dans les yeux de Jin qui avaient l’air de savoir des choses importantes. Pourquoi tout le monde lui parlait-il de façon si énigmatique ? Il lui manquait des pièces du puzzle mais pourquoi refusait-on de lui donner ? Il était jeune mais pas stupide, il était prêt à changer d’avis, d’accepter d’avoir tort mais il fallait lui expliquer pourquoi. Namjoon n’avait pas eu la force de le lui dire, Jin pourrait-il l’éclairer à ce sujet ?

Pour répondre à cette question, Jin lui demanda de le suivre quelque part. Curieux, Jungkook accepta sur le champ. Il ne s’attendait pas que son ainé le conduise aussi loin. Ils avaient pris la voiture et il y avait du monde sur la route, c’était l’heure de pointe. Ils finirent par quitter la ville et Jin s’arrêta enfin après presque une heure de conduite. Il gara le véhicule sur un parking et prit la direction d’un grand bâtiment fleuri.

Jungkook comprit une fois devant qu’il s’agissait d’un cimetière. Ils entrèrent à l’intérieur du bâtiment et marchèrent à travers les allées. Il se demandait pourquoi Jin l’amenait ici mais n’osa pas poser de questions. Tout au long de leur trajet, Jin s’était montré silencieux et sérieux, c’était rare qu’il agisse ainsi. Ils arrivèrent dans un coin plus coloré que les autres. Jungkook regarda les différentes urnes posées dans les cases et vit des photos d’enfants. Son coeur se serra en comprenant qu’il était dans le coin des enfants et s’émut en pensant à toutes ses âmes innocentes parties si tôt. Finalement, Jin s’arrêta devant une urne en particulier.

L’aîné restait toujours silencieux et se recueillit un moment devant la tombe. Jungkook leva les yeux vers la plaque indiquant l’identité de l’enfant. Il resta interloqué en y lisant “Lim Ah-Reum 21 septembre 2018 – 29 septembre 2018”.

Ils restèrent un moment silencieux, tous les deux devant cette urne. Jungkook se sentait mal d’avoir jugé Namjoon sans connaître la vérité. Tout prenait maintenant un autre sens. Un tas de questions se bousculaient encore dans sa tête mais il savait que ce n’était pas le lieu pour interroger Jin. De toute façon, les mots ne pouvaient pas sortir, Il était en état de choc. Il n’arrivait pas à détacher son regard de cette plaque.

Finalement, ce fut Jin qui le sortit de sa torpeur. Il le saisit par le bras et l’entraîna à l’extérieur du bâtiment. Ils marchèrent en direction du parking toujours sans échanger un seul mot. Au bout d’un moment, Jungkook réalisa qu’il était assis sur un banc et que Jin revenait vers lui, deux canettes de soda à la main. Il prit place à ses côtés.

– Tu comprends maintenant ? Demanda Jin en lui remettant une canette. N’en veux pas Namjoon, il se sent déjà bien assez responsable.
– Je ne lui en veux pas, je suis juste… tellement triste pour lui. Il est en plein deuil et moi, je… commença Jungkook qui n’arrivait pas à finir sa phrase.

Jin tapota l’épaule du plus jeune pour lui apporter son soutien. De nouveau, le silence s’installa mais ce n’était pas pesant. Au contraire, Jungkook trouvait qu’un peu de tranquillité était nécessaire après cette ultime révélation. Son coeur se fendit en réalisant que son leader avait traversé ces épreuves seul. Le garçon réalisa que le décès de Ah-Reum eut lieu pendant leur tournée et que durant toute cette période, Namjoon n’avait jamais montré son chagrin.

– Jin hyung, est-ce que tu étais là quand elle, quand Ah-Reum est… Enfin Namjoon était-il tout seul quand… bredouilla Jungkook.

Le jeune garçon avait envie d’en savoir plus mais était-ce impoli de poser des questions ? Il n’avait pas envie de paraître morbide mais plus que de connaître les raisons de ce décès, il voulait savoir comment Namjoon avait géré la chose. En septembre, le groupe était aux Etats-Unis. Et comment avait-il fait pour ne pas voir que son leader n’allait pas bien ?

Jin regarda Jungkook. Ce dernier avait la tête baissée, il fixait sa canette qui était toujours fermée. L’aîné du groupe avait décidé de le conduire ici, pensant que des images parleraient plus que des mots. Il savait que Jungkook serait surpris mais ne pensait pas qu’il serait si bouleversé en apprenant la vérité. Il lui retira la boisson des mains pour attirer son attention mais Jungkook fixait toujours un point invisible.

– Pourquoi il dit qu’il a tout raté ? Demanda finalement le jeune garçon.

Jungkook releva brusquement la tête et fixa son aîné dans les yeux. Ce dernier aurait pu lui répondre mais se demanda s’il était le mieux placé pour cela. Déjà qu’il l’avait conduit ici alors que Namjoon lui avait fait promettre de n’en parler à personne. Jin n’arriva pas à soutenir le regard triste et perplexe de son ami. Il se leva et prit la direction de la voiture.

– Tu viens ? S’écria Jin à Jungkook qui n’avait pas bougé de son banc.
– Pas avant que tu me racontes tout ce que tu sais.
– On a des rendez-vous, on va être en retard.
– Je m’en fiche, répondit Jungkook. De toute façon, je ne pourrais rien faire aujourd’hui, pas après ce que je viens d’apprendre. Et il y a encore tellement de…
– Très bien, souffla Jin en ouvrant la portière. Je vais te raconter tout ce que je sais au sujet de Ah-Reum ! Monte dans cette voiture ! Namjoon a réussi à cacher toute cette histoire à l’agence, je n’ai pas envie de tout gâcher en restant là.

Jungkook rejoignit finalement Jin dans le véhicule. Il attacha sa ceinture tandis que son aîné démarra la voiture. A peine le parking quitté, il coupa la radio avant de souffler. Jungkook se demanda s’il ne s’était pas fait avoir mais Jin commença alors à tout lui raconter.

– Ah-Reum est née beaucoup trop tôt, à seulement 29 semaines. Au début de sa grossesse, tout allait bien pour Ju-Kyung. Je ne connais pas vraiment les raisons médicales mais depuis juillet, elle devait rester alitée le plus possible pour éviter que l’accouchement se déclenche. Mais apparemment, la petite était pressée de venir rejoindre ses parents.


21 septembre 2018

Un vacarme résonnait dans la chambre. Jin tentait de l’ignorer mais les coups sur la porte semblaient s’intensifier. Il finit par allumer sa lampe de chevet. Il regarda son portable et vit qu’il était seulement six heures du matin. Qui était le fou qui osait interrompre son précieux sommeil ? En colère, il ouvrit la porte et s’apprêtait à pester contre le malotru mais n’en eut pas le temps. Encore à moitié endormi, il mit une seconde à réaliser que Namjoon était en train de lui faire un câlin. Jin était déjà surpris de voir son leader aussi excité à sa porte, il était encore plus surpris de cette marque d’affection.

– Tu as bu ? Demanda Jin pour qui ce comportement était la seule explication.
– Non mais il faut ouvrir le champagne maintenant !

Namjoon entra dans la chambre, excité comme une puce. Jin ne comprenait rien mais referma tout de même la porte derrière son ami, il avait déjà fait assez bruit comme cela. Il allait finir par réveiller tout l’étage. Il se frottait les yeux lorsqu’il vit son ami commencer à fouiller dans son mini frigo à la recherche d’alcool.

– Namjoon, il est 6h22 ! Informa Jin en regardant son portable. J’espère que tu as une bonne raison.
– Ju-Kyung vient d’accoucher ! C’est une petite fille ! Jin-hyung, je suis papa !
– Hein ? S’écria Jin dont la nouvelle le réveilla complètement. Félicitations ! Mais attends, c’était prévu pour décembre. C’est quand même…
– Les médecins disent qu’elle va bien, fit Namjoon en sortant une mignonnette d’alcool. Il faut fêter ça !

Jin se douta que l’état de santé de la petite était plus préoccupant que ce que Namjoon voulait l’admettre mais ne voulut pas entacher le moral de son ami. Il ramena donc deux verres et ils vidèrent ensemble tout l’alcool disponible dans la chambre.


23 octobre 2018

Jungkook écoutait attentivement son ami, n’osant pas l’interrompre. La voiture avait quitté le quartier calme du cimetière et se retrouva désormais sur une voie rapide. Ils roulèrent ainsi un moment avant qu’un bouchon obligea Jin à ralentir le véhicule.

– Même si Ah-Reum était une grande prématurée, les médecins étaient plutôt encourageants sur son pronostic vital. C’est pour cette raison que Namjoon n’est pas rentré en Corée. Il voulait vraiment voir sa fille mais ça impliquait de dire la vérité à l’agence. On avait la tournée et puis il devait faire son discours aux Nations Unies quelques jours après.
– Et dire que je n’ai rien vu, fit Jungkook en regardant par la fenêtre.

Le jeune garçon était centré sur lui et son histoire avec Ha-Neul. Bien sûr que son histoire avec elle était importante. Pourtant, il se demanda s’il aurait pu remarquer que son leader était si malheureux s’il n’était pas aussi concentré sur sa propre personne. Namjoon était toujours présent lorsqu’il doutait ou qu’il n’avait pas le moral. Il se reprochait le fait de ne pas avoir été présent pour lui alors qu’il traversait ce douloureux moment.

– Personne n’a rien vu, dit Jin pour le réconforter. N’oublies pas que cela fait déjà deux ans qu’il cache Ji-Kyung à tout le monde.
– Sauf à toi.
– Parce qu’il a été obligé. Si je ne les avais pas surpris ce jour-là dans le parking, son secret n’aurait jamais été découvert.
– Tu te souviens, ce soir-là, après le discours aux Nations Unies. On a tous été mangés dans ce resto. Namjoon s’est absenté un moment et quand il est revenu, il avait les yeux rouges. Il a dit que c’était le stress du discours qui était redescendu mais…
– Il s’était probablement disputé avec Ji-Kyung. C’était très tendu entre eux à ce moment-là.
– Elle voulait qu’il rentre en Corée ?
– Oui. Il a toujours fait passer le groupe en premier. Ji-Kyung a toujours été compréhensive mais je crois que sa décision de continuer la tournée alors que l’état de santé de Ah-Reum se dégradait a été la goutte d’eau.
– Il n’y a jamais de décisions faciles.

La circulation se fluidifia quelques kilomètres plus tard. Ils arrivèrent finalement à l’agence juste à temps. Jin gara sa voiture et Jungkook le suivit dans l’ascenseur. Les deux garçons marchèrent à travers les couloirs et se rendirent au lieu de rendez-vous. Devant la porte, près d’une machine à café se tenait Namjoon. Alors que Jin rentrait dans la salle de répétition, Namjoon intercepta Jungkook qui s’apprêtait à faire la même chose. Il semblait vouloir dire quelque chose mais resta immobile, fixant le maknae.

– Jin m’a expliqué. Je suis désolé de t’avoir juger sans savoir.
– Oh…
– Tu n’as pas tout raté. Tu as juste pris des décisions.
– J’aurais dû dire la vérité ! J’aurais dû rentrer en Corée et voir ma fille !

Bilan Dramas # 16 Juin-Juillet-Août 2021

True Beauty

J’aime beaucoup le webtoon, il fallait donc que j’y jette un oeil. De plus, les critiques que j’ai pu voir à son sujet était plutôt bonne.

L’histoire de base est la même que le webtoon, Ju-Kyun est complexée par son physique et a subit des brimades à cause de cela. Grâce au maquillage, elle devient « une déesse » mais doit à tout prix cacher son secret.

Le drama diffère un peu du webtoon par des détails mais la base reste la même. Ji-Kyun doit absolument garder son secret tandis que Lee Su Ho et Han Seo Jun se battent pour obtenir son coeur. Pour une fois, je n’ai pas trouvé de longueur dans le drama, limite j’ai trouvé cela un peu court, surtout durant les épisodes finaux, lors du bond dans le temps, après le lycée.

Dans le webtoon, je suis plutôt team Han Seo Jun mais dans le drama, Lee Su Ho a réussi à marquer des points.

En conclusion, c’est un très bon drama scolaire, c’est drôle (surtout la famille de Ju-Kyun) et il offre de jolies scènes romantiques.

A découvrir sur Viki et sur Asian Drama

We Best Love: Fighting Mr. 2nd

Suite de We Best Love: No. 1 For You, on retrouve Gao Shi et Zhou Shu Yi cinq ans plus tard, dans le monde du travail. Visiblement, cela fait un moment qu’ils ne sont plus ensemble et leurs retrouvailles sont mouvementés.

On apprend les raisons de leur éloignement au fil des épisodes. Le couple se rabiboche et offre de jolis moments.

Pour ce qui est des personnages secondaires, ils sont oubliables, je n’ai pas réussi à m’attacher à eux. Surtout toute l’histoire entre Pei Shou Yi et Yu Zhen Xuan.

En conclusion, un BL à voir pour le couple principal.

TharnType Special: Our Final Love

Un épisode spécial, se déroulant entre les deux saisons et permettant de profiter de la belle romance entre ses deux personnages.

Pas grand chose à dire, il n’y pas vraiment d’histoire, c’est un épisode fan service mais ce couple est trop mignon à voir. Si vous avez aimé la série, vous allez apprécier cet épisode. Il y aussi un peu d’humour aussi, surtout les scènes avec le père de Type.

A voir sur Asian BL Fandom, la qualité de vidéo n’est pas la meilleure mais au moins, c’est en VOSTFR.

I’m not a robot

J’ai commencé ce drama en mai je crois, j’ai tenté de le reprendre mais non, je n’ai toujours pas accroché. J’ai pourtant été jusqu’à l’épisode 7 mais depuis plusieurs semaines, il est dans ma playlist « A reprendre » dans Neflix.

Le pitch de base était pourtant sympa mais je ne retrouve pas le côté addictif, à la fin de chaque épisode qui donne envie de connaitre la suite. Je trouve la série un peu prévisible (je suis quasiment sûr qu’à la fin, ils finiront ensemble et qu’il lui pardonnera d’avoir menti, de ne pas être un robot).

Bref, j’ai décidé d’abandonner cette série. J’ai une tonne de dramas que j’ai mis de côté sur Netflix et qui méritent plus mon attention.

Move To Heaven

Geu-Ru souffre du syndrome d’Asperger. A la mort de son père, il doit continuer seul dans l’entreprise familiale, « Move to heaven ». Son travail consiste à nettoyer les maisons après le décès de son occupant. Son oncle, jamais vu et sorti de prison, devient son nouveau tuteur.

Ce drama de dix épisodes est touchant : que ce soit les histoires des défunts, la relation de Geu-Ru et de son père ou même l’oncle antipathique au passé mystérieux.

Dès le premier épisode, on comprend que la mort du père de Geu-Ru est un vrai chamboulement dans la vie organisée de son fils. Heureusement, il peut compter sur sa voisine et amie pour le protéger.

« Move to heaven » se définit comme une entreprise de nettoyage post traumatique. Autrement dit, ils rangent et nettoient la dernière demeure d’un défunt. Leurs objets révèlent souvent des secrets et habitudes. Cela ressemble presque à une enquête, surtout pour Geu-Ru qui met un point d’honneur à remettre les effets personnels importants en mains propres aux proches.

L’histoire de Sang Gu, l’oncle, au début je n’accrochais pas. Très vite, on comprend qu’il n’est pas si méchant qu’il n’est parait. S’il s’est retrouvé en prison, c’est parce qu’il a mit son adversaire dans le coma, lors d’un combat de boxe clandestin. Au fil des épisodes, on comprend pourquoi il déteste autant son frère et les derniers épisodes sont très touchants. Au bout du compte, les trois mois qu’il passe auprès de Geu-Ru l’on transformé.

L’effet papillon – Chapitre 24

24 octobre 2018 10h30 à Séoul
(23 octobre 18h30 à Los Angeles)

Après avoir répété plusieurs fois qu’elle ne devait pas se dévaloriser ainsi, Jimin attendit que la jeune femme retrouve son calme. Lalisa pleura un long moment, libérant les larmes qu’elle refusait de laisser couler depuis deux jours.

Après avoir sécher ses larmes, Lalisa s’aperçut que Jimin était toujours là. La jeune femme pouvait se vanter d’avoir des milliers de followers sur son instagram et connaitre beaucoup d’étudiants du campus, aucun ne s’était inquiété pour elle. A l’exception de Ha-Neul, Jimin était la seule personne qui se souciait vraiment de sa personne. Il méritait de connaître les raisons de son désarroi. Elle n’était pas fière de s’être faite avoir de la sorte mais le garçon ne semblait pas être du genre à la juger.

– Jimin, je vais te raconter.
– Tu n’es pas obligée.
– Je sais mais j’y tiens. J’ai besoin d’en parler de tout façon.


23 octobre 2018

La nuit était complètement tombée. La piste cyclable était éclairée par des lampadaires. Namjoon et Jungkook n’avaient pas bougé du banc. Le maknae du groupe savait que son leader allait faire des révélations, il ne s’attendait pas à ce qu’il révèle une relation secrète de deux ans. Son histoire d’amour semblait sincère mais remplie d’obstacles. L’aîné insista plusieurs fois sur la difficulté de garder tout cela secret et d’arriver à avoir une relation sentimentale malgré le planning très chargé du groupe. Le succès allant croissant, les déplacements à l’étranger aussi. La distance fût une vraie difficulté pour la survie de son couple.

– Hyung, j’ai bien compris que tu aimais Ju-Kyung mais pourquoi elle a fini par te quitter ? A cause de la distance ? De tes absences ? Elle semblait te le reprocher depuis longtemps.
– Alors, pourquoi maintenant ?
– Cela fait beaucoup de questions, fit Namjoon le sourire au coin.

Jungkook avait une question qui le taraudait encore plus. Ce qu’il avait vu dans le studio. Namjoon lui parlait de son ex petite amie mais quel était le lien avec l’objet qui faillit les mener à une bagarre ?

– Tu n’es pas obligé de me répondre mais… ce que tu as refusé que je touche dans ton studio… Commença Jungkook qui ne savait pas si le sujet était abordable.
– Je suis désolé de m’être emporté mais c’est la seule chose qu’il me reste de ma fille.
– Ta quoi ?

Jungkook faillit s’étrangler en apprenant la vérité. Il écarquilla les yeux, cette dernière révélation était plus qu’inattendue. Il fixa son leader qui accepta alors de continuer son histoire.


14 Mai 2018

Namjoon et Ju-Kyung sortaient du cabinet médical. La jeune femme venait de passer sa première échographie de grossesse. Le bébé de trois mois se portait comme un charme. Son compagnon ne pouvait s’empêcher de continuer à regarder l’échographie. Il portait un masque pour rester discret mais sous sourire était lisible sur ses yeux.

– C’est tellement petit, attends, c’est la tête ça ?
– Non, ce sont les fesses, fit la jeune femme en riant.
– C’était tellement impressionnant d’entendre son cœur tout à l’heure. Il battait si vite.

Namjoon était visiblement heureux. La jeune femme fût rassurée de voir l’implication de son petit ami dans cette grossesse. Leur couple semblait encore plus soudé depuis l’annonce de l’arrivée de cet heureux évènement.

Il finit par ranger le cliché et le couple prit la direction des rues piétonnes. Ils avaient décidé d’aller déjeuner ensemble. Ju-Kyung savait que son petit ami préparait la tournée et qu’il était très occupé. Il devait d’ailleurs retourné à l’agence plus tard dans l’après-midi mais la jeune femme tenta d’oublier ce détail et de profiter de l’instant présent. Ils marchèrent main dans la main, à la recherche d’un restaurant lorsque Namjoon s’arrêta soudain en plein milieu de la rue. Quelques instants plus tard, le garçon la tira devant la vitrine d’un magasin de chaussures.

– Regardes comme elles sont mignonnes ! S’exclama le garçon en indiquant une paire de chaussures pour bébé de couleur marrons.
– C’est vrai qu’elles sont jolies.
– Viens, on l’achète pour le bébé !
– Nam, on ne sait même pas si c’est une fille ou un garçon.
– Et alors ? Elles sont trop mignonnes ! S’il te plait…

Namjoon lui fit son regard de cocker. La jeune femme ne chercha pas à négocier. Il allait l’acheter, il en mourrait d’envie. Il rentra dans la boutique et elle finit par le suivre.


24 octobre 2018 10h30 à Séoul
(23 octobre 18h30 à Los Angeles)

Jimin était suspendue aux lèvres de Lalisa. Il ne savait pas pourquoi mais il savait qu’il n’allait pas aimer ce qu’il allait entendre. En la voyant pleurer et en l’entendant se dénigrer ainsi, son cœur se serra. Il était vraiment prêt à prendre le premier avion pour la rejoindre, c’était inconscient, excessif mais il réalisa qu’il était prêt à faire n’importe quoi pour la voir sourire.

En si peu de temps, Lalisa avait pris une place énorme dans sa vie. Taehyung était son âme-soeur amical, Lalisa avait réussi à obtenir cette même place en seulement quelques semaines. Jimin avait toujours considéré la jeune femme comme une amie mais en la voyant si vulnérable sur son écran, il voulut tellement la serrer dans bras. Il voulait la réconforter mais était-ce seulement l’ami qui parlait ?

Pour le moment, il n’avait pas le temps de penser à cela. Il y avait plus urgent à gérer. Lalisa était sur le point de se confier à lui.

– J’ai été trop naïve, c’est de ma faute tout ça.
– Lalisa, tu as reçu un coup, personne ne mérite de se faire frapper. Quelque soit la raison, personne n’a le droit de te frapper.
– Oui mais… j’ai été aveuglé par l’argent qu’il me proposait… Je l’ai mérité au fond tout ça.
– Pourrais-tu arrêter de culpabiliser et me dire exactement ce qu’il t’es arrivé ?

Jimin n’en pouvait plus de l’entendre se dénigrer ainsi. Lalisa était toujours rayonnante, la voir aussi triste était insoutenable. Il avait besoin de savoir ce qu’elle avait traversé pour la rendre aussi peu sûre d’elle.

Le chanteur réalisa qu’il avait été peut-être un peu cinglant, Lalisa le regarda quelques instants la bouche entre ouverte de surprise. Finalement, cela eut pour effet de remettre la jeune femme sur les rails et elle lui raconta tout ce qu’il s’était passé.


21 octobre 2018

Lalisa vérifia une nouvelle fois les données sur son portable. C’était la bonne adresse mais le lieu était étrange. Elle s’attendait à tomber sur un bureau mais se retrouva devant un immeuble résidentiel. Elle ne s’attarda pas sur ce détail. Elle s’approcha de la porte et trouva rapidement la sonnette qu’elle cherchait. Une voix masculine lui répondit et la porte se débloqua enfin.

Elle monta dans l’ascenseur et appuya sur le bouton du 3ème étage comme venait de lui indiquer le garçon. Elle sortit de la cabine et vit alors un homme qui l’attendait sur le palier d’un appartement. Elle le rejoignit en souriant afin de masquer sa peur. Le couloir était sombre et la seule lumière qui fonctionnait au plafond clignotait. Le lieu ne donnait franchement pas envie. La jeune femme aurait dû écouter son instinct.

Elle entra dans l’appartement. Elle fut soudain rassurée en voyant qu’il s’agissait bien d’un studio photo. Elle vit plusieurs lampes déjà allumées, un appareil photo prêt à prendre des clichés et un dans un coin de la pièce un ordinateur où elle aperçut quelques photos.

La jeune femme était là pour une séance photo. Elle avait été contactée via son compte instagram pour faire la promotion d’une marque de vêtements. Ce n’était pas la première fois que Lalisa était sollicitée de la sorte mais habituellement, elle se contentait de faire des placements de produits. Elle avait échangé pendant quelques jours avec le responsable marketing qui lui proposait de jouer les modèles.

Lalisa avait d’abord poliment refusé, n’étant pas mannequin mais il avait insisté. Il finit par la convaincre lorsqu’il indiqua le montant qu’elle allait recevoir. Lalisa était fan de la mode et elle avait beau adorer s’habiller avec de la seconde main, les fins de mois restaient difficiles. Son travail à la supérette couvrait à peine ses dépenses quotidiennes tandis que l’argent qu’elle arrivait à gagner grâce à son compte instagram lui permettait tout juste d’assouvir sa passion pour la mode. Cependant, elle manquait encore d’argent, notamment pour les frais sur la voiture qu’elle partageait avec Ha-Neul.

Les deux jeunes femmes avaient acheté ce véhicule pour une bouchée de pain mais les frais de réparation semblaient sans fin. Elles avaient pourtant besoin d’une voiture pour se déplacer à Los Angeles. Le bus était une vraie galère à prendre. La voiture roulait encore mais pour combien de temps ? La portière se verrouillait quand elle le voulait bien tandis que le moteur faisait un drôle de bruit. Elle devait soit la faire réparer, soit racheter une nouvelle voiture. Dans tous les cas, il fallait de l’argent pour cela, raison pour laquelle Lalisa avait accepté ce contrat.

Le garçon se présenta comme le photographe. Lalisa fût surprise qu’il soit seul mais la jeune femme ne voulut pas apparaitre comme une débutante en le faisant remarquer. Il lui montra une pièce qui faisait office de loge. Lalisa y trouva les tenues qu’elle devait porter pour cette séance photo.

– Il n’y a pas de maquilleuse ? Finit tout de même par demander la jeune fille.
– Inutile. Le crédo de cette marque, c’est la simplicité, le vrai visage de ses consommatrices. Le maquillage que tu portes est suffisant.

La jeune femme se contenta de cette excuse et partit se changer. Quelques minutes plus tard, elle ressortit avec la première tenue. D’abord mal à l’aise, elle se laissa prendre en photo par le garçon. La séance se déroula sans difficulté. Elle changea plusieurs fois de tenue, prenant au fur et à mesure plus de confiance. Elle commençait même à trouver cette activité amusante. La soirée était bien avancée lorsque la séance photo se termina enfin. Lalisa se rhabilla et retourna près du photographe qui rangeait son équipement. Elle aurait bien voulu être payée maintenant pour pouvoir rentrer chez elle mais ce dernier semblait avoir d’autres projets.

– Attends, tu ne veux pas prendre un verre avant de partir ?
– J’ai un cours tôt demain, expliqua Lalisa.
– Allez, juste un verre.

Lalisa finit par accepter et elle prit place dans le sofa rouge qui était placé dans un coin de la pièce. Le photographe revint avec deux verres. Ils discutèrent un peu mais Lalisa se sentit soudainement très fatiguée. Elle avait l’impression d’avoir trop bu alors qu’elle avait à peine touché ce verre d’alcool. Ses yeux se faisaient lourds, elle luttait pour ne pas s’endormir.

– Je ferais mieux de rentrer, fit la jeune femme en se levant avant de tomber sur le sofa, n’ayant même pas la force de tenir debout.

Ensuite, tout fût un peu flou dans l’esprit de Lalisa. Elle n’arrivait pas à savoir si elle était réveillée ou non. La seule chose dont elle était sûre c’est qu’elle n’arrivait pas à bouger. Un poids l’empêchait de respirer correctement. Elle finit par réussir à ouvrir les yeux pour se rendre compte que ce qui était si lourd sur elle, c’était le photographe. Ce dernier baladait sa bouche baveuse dans son cou tandis que ses mains soulevaient sa jupe et cherchaient à lui retirer sa culotte. Elle tenta de le repousser mais il était bien plus fort qu’elle. Elle se débattit encore une fois, le photographe lui attrapa les mains et les bloqua au-dessus de la tête de Lalisa. Avec son autre main de libre, il continua à déshabiller la jeune femme qui commença sérieusement à paniquer.


24 octobre 2018 10h30 à Séoul
(23 octobre 18h30 à Los Angeles)

– N’en dis pas plus ! Lalisa c’est un viol ! S’indigna Jimin les yeux révulsés en venant d’apprendre la terrible vérité.
– Non.
– Comment ça, non ? Tu n’étais pas dans ton état normal et je ne pense pas que tu aies eu envie de coucher avec lui. Cet homme est un putain de violeur, cria le chanteur.
– J’ai réussi à m’enfuir. Je lui ai donné un coup de genou dans les parties. Il n’a pas apprécié, continua la jeune femme en désignant l’hématome sur sa pommette.
– Non mais quel…
– C’est de ma faute aussi, cette histoire de séance photo, c’était trop beau pour être vrai.
– Tu n’as rien à te reprocher ! C’est lui qui t’a manipulé et drogué. Il faut que tu portes plainte, lui conseilla le garçon.
– Mais il ne m’a pas…. Bredouilla l’étudiante qui n’arrivait pas à mettre le mot sur son agression.
– Il a tenté de violer ! C’est tout aussi grave !


23 octobre 2018

Imaginer Namjoon en tant que père était une chose facile pour Jungkook. Même s’il était d’un naturel maladroit, il était aussi quelqu’un de patient et de persévérant. Il avait toutes les qualités pour faire un bon père de famille.

Le couple semblait pourtant heureux il y a encore quelques mois. Le maknae était triste d’apprendre leur séparation mais ne comprenait pas pourquoi Namjoon ne se battait pas plus. Il semblait au fond du trou lorsqu’il évoquait sa fille, pourquoi il ne se battait pas plus pour cet enfant ?

– Elle n’a pas le droit de te tenir loin de ta fille, s’exclama Jungkook.
– De qui tu parles ?
Ju-Kyung ! Elle n’a pas le droit de t’effacer de la vie de ta fille. Vous ne seriez pas les premiers parents séparés à élever un enfant. Bon, d’accord, vous n’êtes pas mariés, la situation n’est pas la plus simple mais elle n’a pas le droit de décider pour toi !
– Jungkook, c’est pas si simple, souffla Namjoon.
– Au contraire, c’est simple ! C’est ta fille ! Il faut te battre pour elle !
– C’est trop tard ! J’ai tout raté avec Ju-Kyung et encore plus avec Ah-Reum !

L’effet papillon -Chapitre 23

24 octobre 2018 00h30 à Séoul
(23 octobre 8h30 à Los Angeles)

Jimin était dans sa chambre. Il venait de finir sa journée. Il avait enfin un peu de temps pour se détendre mais n’arrivait pas à arrêter de penser à Lalisa. Il voulait croire Taehyung qui avait émis l’hypothèse qu’elle avait simplement un problème avec son portable mais cette idée ne tenait pas la route selon lui.

Lalisa était accro aux réseaux sociaux, il suffisait de voir son instagram pour s’en convaincre. Elle postait au moins une photo par jour et faisait des stories tout au long de sa journée. Jimin pouvait croire qu’elle avait un problème avec son téléphone mais il la connaissait, elle aurait emprunté le téléphone de quelqu’un pour rassurer sa communauté et expliquer son absence. Jimin ouvrit de nouveau son application Instagram. Il n’y avait aucune stories publiées Cela faisait donc plus de 24 heures que Lalisa avait déserté internet.

Jimin commençait sérieusement à s’inquiéter. Et s’il lui était arrivé quelque chose ? Avait-elle eu un accident ou était-elle malade ? Il chercha une nouvelle fois à l’appeler mais comme toutes les fois précédentes, cela sonna dans le vide. Il regarda la pendule de son téléphone, vérifiant l’heure à Los Angeles. Réalisant qu’il était huit heures là-bas, il décida d’appeler un autre numéro. Il se faisait peut-être du souci pour rien, il serait au moins fixé en appelant Ha-Neul.

– Jimin, c’est bien la première fois que tu m’appelles ! Tout va bien ? S’inquiéta la jeune femme.
– Oui enfin… Non… Je suis inquiet. Lalisa ne donne plus signe de vie.

Ha-Neul resta silencieuse à l’autre bout du téléphone. Cela angoissa encore plus Jimin.

– Ha-Neul ? Je peux lui parler ? Passes lui le téléphone, ordonna le garçon.
– Je ne peux pas.
– Quoi ? Pourquoi ? Vous partagez la même chambre, non ?
– Eh, ne t’énerves pas contre moi ! Se plaignit l’étudiante. Je m’inquiète aussi pour elle. Tu n’es pas le seul à la trouver étrange.
– Excuse-moi, souffla Jimin.
– De tout façon elle n’est pas avec moi. Elle est déjà partie. Elle s’est encore levée aux aurores. Cela fait deux matins qu’elle m’évite.
– Quoi ? Fit Jimin encore plus inquiet. Mais que s’est-il passé ?
– Je ne sais pas trop mais… hésita la jeune femme avant de dire tout ce qu’elle savait. Il y a deux soirs, elle a menti et n’est pas aller travailler. Je ne sais pas où elle était et ce qu’elle a fait mais lorsqu’elle est rentrée, elle n’allait pas bien. Elle avait pleuré et j’ai vu un hématome sur son visage.


23 octobre 2018 19h30 à Séoul

Lorsqu’il raconta sa rencontre avec Lim Ju-Kyung, Namjoon ne pouvait s’empêcher de sourire. Jungkook comprit rapidement que cette femme était LA femme. La personne qu’il évoquait lors de leur dispute un peu plus tôt dans la journée. Celle qu’il avait aimé comme un fou mais qui avait fini par le quitter.

Jungkook était curieux de savoir pourquoi cela n’avait pas fonctionné entre eux. Namjoon lui sembla soudain extrêmement touché en repensant à ces moments. Il avait dû beaucoup l’aimer pour que le simple fait d’en parler le touche autant.

– Et ensuite ? Osa demander le plus jeune. Vous êtes sorti ensemble ?
– Durant deux ans.
– Deux ans ? Mais ça veut dire que… fit Jungkook en calculant les dates.
– Elle m’a largué lorsqu’on était à New York. Lorsque tu nous a présenté Ha-Neul, elle venait juste de me dire que c’était fini entre nous.
– Oh…

Jungkook comprenait un peu mieux les doutes de son ami. Difficile de croire en l’amour lorsqu’on vit une rupture soi-même.

– Whaouh, deux ans ? Et dire que personne ne savait rien.
– En fait, si. Il y a quelqu’un qui était au courant….


12 septembre 2017

– Je voulais te faire une surprise, j’ai encore raté mon effet, souffla Ju-Kyung tandis qu’elle rangeait la boite dans son sac.
– Ju-Kyung ! Cria Namjoon en lui courant après.

Les pas de la jeune femme résonnèrent à travers le parking souterrain vide de l’agence. Leur soirée était annulée, elle n’avait plus de raison de s’attarder. Namjoon finit par la rattraper, il se plaça devant elle, lui bloquant le passage.

– Pardon ! Je sais que je t’ai promis qu’on fêterait mon anniversaire mais j’ai encore…
– Du travail ! Termina la jeune femme en colère. Je le sais. Je comprends que tu sois occupé Nam mais tu m’avais promis ! Tu m’avais promis que cette fois, on passerait une vraie soirée ensemble ! Et encore une fois, tu n’es pas capable d’honorer tes engagements.
– Chaton, je suis désolé.
– Nam, tu passes ton temps à me demander pardon. C’est plus possible ! Je t’aime mais c’est trop difficile pour moi ! Tu refuses qu’on expose notre relation…
– C’est uniquement pour te protéger des saesengs, se justifia le rappeur.
– Je me demande parfois si c’est seulement pour ça !

Ju-Kyung savait que Namjoon l’aimait. Il lui disait souvent et ne cessait de faire son maximum pour lui faire plaisir. Même si elle savait que son petit-ami gardait leur relation secrète pour sa propre sécurité, une petite partie d’elle-même lui disait qu’il le faisait parce qu’il n’était pas sûr de ses sentiments. Et s’il refusait de la présenter à sa famille, ses amis ou à ses collègues juste parce qu’il ne voulait pas s’engager sérieusement avec elle ?

La jeune femme était sur le point de fondre en larmes lorsqu’elle croisa le regard de Namjoon qui semblait tellement déçu de lui faire encore faux bond. Elle sentit alors deux bras l’envelopper. Namjoon l’attira vers lui et resserra son étreinte.

– Chaton, je sais que je suis un mauvais petit ami, murmura Namjoon à son oreille. Mais ne doute jamais d’une chose : je t’aime.

Ju-Kyung le savait déjà mais l’entendre une nouvelle fois la rassura. Elle s’en voulait d’être si puéril mais Namjoon lui manquait. Le garçon était très occupé dernièrement, ils n’arrivaient pas beaucoup à se voir. Aujourd’hui, c’était l’anniversaire de Namjoon et elle attendait cette date avec impatience. Elle avait passé du temps à confectionner un gâteau, elle était tellement déçue d’apprendre qu’ils ne pourraient pas le partager ce soir.

Le couple resta accroché l’un à l’autre un moment lorsque soudain, un raclement de gorge se fit entendre. Ils tournèrent la tête ensemble, anxieux à l’idée d’être découverts. Près d’une voiture, se tenait Jin.

– Salut, fit le plus âgé du groupe en souriant, gêné. Je ne voulais pas vous interrompre mais le reste de l’équipe arrive dans quelques minutes.

Le couple se sépara brusquement et s’éloigna l’un de l’autre d’au moins deux pas. Tous les deux se sentaient gênés d’être pris en flagrant délit de câlins. Seokjin en revanche, avait l’air de trouver la situation comique. Il se rapprocha du couple qui n’arrivait plus à se regarder.

– Tu nous présentes pas ?
– Hein ? Si, bien sûr, bafouilla Namjoon.
– Kim Seokjin, fit le garçon en tendant sa main à la jeune femme sans attendre son leader.
– Lim Ju-Kyung, répondit la jeune femme en serrant la main qui lui était tendue.
– La prochaine fois, trouvez un meilleur coin que le parking de l’agence, c’est pas très romantique comme endroit.
– Hyung ! Protesta Namjoon.
– Visiblement, ça ne va pas très fort entre vous, fit le plus âgé en s’approchant de Ju-Kyung. Sachez Mademoiselle que vous trouve très jolie et si cet idiot vous laisse tomber, je serais ravi de vous consoler.
– Non mais t’as fini de dire des âneries à ma petite amie ! Cria Namjoon.

Le leader s’empressa de passer son bras autour de la taille de Ju-Kyung et de la rapprocher de lui, tentant de la protéger des griffes de Jin. Ce dernier riait aux éclats, content de mettre mal à l’aise son ami. La jeune femme sourit, Namjoon venait de dire “ma petite amie” en public.


24 octobre 2018 10h30 à Séoul
(23 octobre 18h30 à Los Angeles)

La journée avait été épuisante pour Lalisa. Elle avait assisté à ses cours mais difficile de suivre lorsque vous manquez de sommeil. Cela faisait deux jours qu’elle n’arrivait pas à fermer l’œil. Elle se débarrassa de ses chaussures et de sa veste puis lança son sac à côté de son bureau. Elle se laissa tomber sur son lit mais le moelleux de son matelas n’était pas suffisant pour la conduire au pays des songes.

Elle se tourna sur le dos et fixa le plafond. Elle s’en voulait tellement de s’être fait avoir de la sorte, elle se sentait tellement mal. Elle passa la main sur son visage, le bleu commençait à être moins douloureux. Elle avait tenté de le camoufler avec du fond de teint mais cela n’avait pas empêché les regards sur elle dans l’amphi. La jeune femme avait l’impression qu’on parlait d’elle et qu’on connaissait les raisons de cette blessure, elle se sentait encore plus mal.

Elle se tourna sur le côté et se mit en position foetale. Pourquoi avait-elle fait ça ? C’était de sa faute, elle ne pouvait que se blâmer. Elle releva la tête vers sa table de chevet, pour regarder l’heure sur son réveil. Elle vit alors un post-it collé sur l’appareil. Elle s’assit en tailleur sur son lit et prit le carré de papier entre les mains.

“Je vais passer la soirée à étudier à la bibliothèque. J’ignore ce qu’il t’es arrivé mais lorsque tu seras prête à en parler, je serai là. Ou bien parles à Jimin, il s’inquiète beaucoup pour toi.”

Lalisa sourit. Elle pouvait compter sur Ha-Neul. Les deux jeunes femmes étaient pourtant si différentes sur tellement de points. Au départ, si elles s’étaient rapprochées, c’était seulement pour des questions de praticité et d’économies. Lalisa était plus extravagante que Ha-Neul et pourtant, elles avaient les mêmes valeurs : le travail, la tolérance et le respect. Elles étaient aujourd’hui plus que des colocataires mais Lalisa se sentait trop honteuse pour se confier à elle.

Elle posa le post it sur la table de chevet et prit son téléphone portable. La jeune femme ne l’avait pas rallumé depuis l’incident. L’appareil était un prolongement de Lalisa, elle l’avait toujours sur elle. Sa plus grande hantise était de plus avoir de réseau ou de batterie. Elle avait passé deux jours sans lui et étrangement, cela l’avait aidé. Elle n’avait pas la force de poster sur les réseaux comme elle le faisait d’habitude et n’avait pas envie de se justifier auprès de sa communauté.

Le fond d’écran, une photo de Lalisa en soirée, tout sourire, s’afficha. Son appareil sonna une dizaine de fois, indiquant des notifications. Elle ouvrit son application Messagerie où elle lut quelques conversations rapidement. Ses amis parlaient de la prochaine soirée à venir, personne ne semblait avoir remarqué son absence durant deux jours sur internet. Le seul qui semblait vraiment inquiet, c’était Jimin. Le nombre d’appels manqués était impressionnant et il l’avait bombardé de messages texte pour avoir de ses nouvelles. Elle sourit en lisant l’un des derniers messages.

Jimin : Je vais finir par prendre un avion et venir vérifier si tu es encore en vie !

Lalisa le trouvait un peu excessif mais c’était Jimin. Il en faisait toujours des tonnes. Elle lut tous ces messages et cela eut au moins le pouvoir de lui redonner un peu le sourire. Elle s’apprêtait à fermer son application mais au lieu de cela, elle appuya accidentellement sur l’appel en visio. Le temps qu’elle s’en rende compte, Jimin avait déjà décroché. Elle lâcha son téléphone qui atterrit sur son lit.

– Lalisa ? Lalisa ?

La jeune femme n’était pas en état de parler avec le garçon. Elle n’avait pas le moral et surtout, elle ne ressemblait à rien. Ce matin encore, elle avait pris les premières choses qui lui étaient tombées sous la main. Ce n’était pas horrible mais banal à souhait.

– OK, c’est bon, j’arrive. Je l’ai rangé où mon passeport ?

Le coeur de la jeune femme manqua un battement. Le garçon allait vraiment la rejoindre. Cette histoire allait trop loin. Elle saisit son téléphone et son visage apparut enfin sur l’écran.

– Jimin, non ! Cria la jeune femme. Tu ne peux pas venir, je ne veux pas que tu aies des problèmes avec ton agence à cause de moi !
– L’agence n’a rien à me dire ! C’est une urgence !
– S’il te plait, calmes toi.
– Me calmer ? Cela fait deux jours que je dors plus à cause de toi ! Fit le chanteur visiblement mort d’inquiétude. Tu ne réponds plus, tu disparais des réseaux et Ha-Neul me dit que tu ne vas pas bien. Je suis désolé mais je m’inquiète pour les gens que j’aime.

Lalisa fixa son écran tandis que Jimin semblait se calmer doucement. Son cœur se réchauffa en voyant tout l’intérêt qu’il lui portait. Elle s’en voulait de l’avoir fait autant angoisser. Une larme se mit à couler sur sa joue.

– Je suis trop nulle, pleurnicha la Thaïlandaise alors que ses larmes s’intensifiaient.
– Quoi ? Mais non, pas du tout. Excuse-moi, je n’aurais pas dû te crier dessus.
– Je suis trop stupide. Je ne comprends pas pourquoi tu continues de t’intéresser à une fille comme moi.

L’effet papillon – Chapitre 22

23 octobre 2018

– Ne touche pas à ça ! Cria Namjoon.

La tension était perceptible à l’intérieur du studio. En quelques minutes, la discussion qui devait simplement être une mise au point, se transforma en dispute. Et pas une simple dispute, ils étaient l’un en face de l’autre, près à en venir aux mains. Tout avait dérapé à cause d’un objet. Pourquoi Namjoon perdit-il son calme lorsque Jungkook tenta de le prendre ?

Le plus jeune avait de plus en plus de mal à comprendre son aîné. Généralement, Namjoon était du genre à garder son calme en toute circonstance et à parler avec intelligence. Tout le contraire de son attitude actuelle.

Sachant qu’il pourrait dire des choses qu’il ne pensait pas, Jungkook préféra ne pas envenimer les choses. Il savait ce qu’il avait vu et même si ça soulevait encore plus de questions, il réalisa que le sujet était miné. Le leader n’avait pas envie d’en parler et surtout pas maintenant.

Le maknae finit par quitter les lieux, claquant la porte au passage pour montrer qu’il n’appréciait pas la façon dont il avait été reçu. Namjoon le regarda partir avant de souffler en se laissant tomber sur sa chaise. Il grimaça, déçu de son propre comportement. Il ne voulait pas être si froid, si brutal avec lui mais il ne pouvait pas s’en empêcher. Il baissa la tête, regardant l’objet de la discorde avant qu’une larme finisse par couler le long de sa joue.


– Jimin ! Mange !
– Oui, une seconde !

Taehuyng s’inquiétait pour son meilleur ami qui n’avait rien touché de son déjeuner. Il n’aimait pas le voir ainsi, jouant avec sa nourriture, la prenant entre ses baguettes pour la reposer dans son assiette et au bout du compte ne rien manger. Cela lui rappelait cette période où Jimin ne mangeait rien durant des jours malgré le fait qu’il passe ses journées à s’entraîner. Il n’avait pas envie de revoir son ami retomber dans ses troubles alimentaires. Il finit par lui fourrer dans la bouche une portion de samgyeopsal.

– Qu’est ce que tu fais ? Demanda Jimin la bouche pleine.
– Je connais tes trucs ! Tu m’auras pas cette fois ! Fit Taehyung en lui essayant de lui donner une nouvelle becquée.

Jimin ne le laissa pas faire. Il poussa la main de son ami qui déposa finalement le Samgyeopsal dans son assiette.

– De quel truc tu parles ? Demanda finalement Jimin après avoir fini d’avaler sa nourriture.
– Tes techniques pour nous faire croire que tu manges. Tu n’arrêtais pas de faire ça il y a deux ans. Lorsque tu étais obligé de manger avec nous, tu jouais avec ta nourriture comme aujourd’hui. On pourrait croire que tu manges mais en réalité, tu ne fais que la déplacer. Il y en a toujours autant dans ton assiette.
– Tae, j’ai arrêté de faire ça ! Je te promets, ajouta le garçon en croisant le regard inquiet de son meilleur ami.
– Vraiment ? Alors pourquoi tu ne manges pas ?
– Je suis préoccupé.

Jimin alluma de nouveau son portable et vérifia son fil instagram. Toujours rien de publié. Il commençait sérieusement à s’inquiéter. Taehyung tourna de la viande qui était sur le grill, ne pouvait pas s’empêcher de continuer à s’inquiéter pour son ami.

– Tu attends une nouvelle importante ?
– Elle n’a rien publié, c’est étrange, fit Jimin en vérifiant encore une fois son application.
– Qui donc ?
– Lalisa ! Elle n’a rien mis sur Instagram. C’est bizarre.
– Et c’est ça qui te coupe l’appétit ?
– Elle publie tous les jours son OOTD. Elle ne l’a pas fait ce matin, c’est vraiment pas normal. En plus elle ne répond pas à mes messages.
– Son quoi ? Demanda Taehyung qui avait l’impression que son ami parlait une autre langue.
– Son Outfit Of The Day. Sa tenue du jour si tu préfères.

Taehyung eut un rictus. Était-ce vraiment la mode qui intéressait son ami ou s’intéressait-il plus au modèle ? En tout cas, son silence sur les réseaux semblait vraiment inquiéter Jimin.

– Elle doit avoir un problème avec son portable, supposa Taehyung.
– J’espère vraiment que tu as raison, fit Jimin en posant son portable et commençant vraiment à manger.

En tant que meilleur ami, Taehyung n’aimait pas le voir soucieux, il passa le reste du repas à lui changer les idées. Jimin retrouva son sourire bien qu’au fond de lui, il restait persuadé que cela n’était pas normal qu’elle ne donne plus signe de vie. Il suivit néanmoins les conseils de son ami. Il était peut-être trop collant avec elle, il était vrai qu’il échangeait des messages plusieurs fois par jour, pire qu’un couple. Lalisa en avait peut-être eu assez d’être autant sollicité. Jimin se remettait en cause bien, se demandant ce qu’il avait pu faire pour la mettre si en colère. Leurs derniers échanges, datant de la veille, ne changeaient pas beaucoup de leurs messages habituels.


Namjoon 23 oct 18 18h55 :
Je t’attends à XXX, au bord de la rivière Han. Je vais tout te raconter.

Jungkook sortit du taxi et relut une nouvelle fois le message reçu il y a quelques minutes. Il n’avait pas donné de réponse mais s’était contenté de sauter dans le premier taxi qu’il avait pu trouver.

Il avait passé la journée l’estomac noué. Il n’aimait pas se fâcher avec les membres et encore moins avec Namjoon. Il était heureux que le leader fasse le premier pas pour une réconciliation. Il était pressé d’entendre ses explications mais était aussi stressé. Namjoon avait un secret et il allait le révéler. Jungkook était flatté de sa confiance mais aussi angoissé.

Il n’avait cessé de repasser leur dispute dans sa tête et Jungkook en venait à une conclusion : Namjoon ne croyait plus à l’amour. La façon dont il parlait de Ha-Neul était étrange. Le brun était sûr de lui, le leader parlait d’une autre personne quand il disait “Tu auras beau l’aimer comme un dingue ça ne suffira pas. Elle finira par te quitter.”

Le soleil se couchait et offrait une magnifique couleur sur la rivière Han. Son vélo garé à côté de lui, Namjoon était assis sur un banc et profitait du paysage. Il aimait cette ambiance, cette tranquillité. Il adorait venir ici avant mais aujourd’hui, c’était presque difficile pour lui. Pourtant, son instinct l’avait conduit ici.

Après sa dispute avec Jungkook, Namjoon essaya de se remettre au travail. Il composa un peu dans son studio mais il ne réussit pas à produire quelque chose de convenable. Son esprit était trop embrouillé. Cela faisait des semaines qu’il faisait tout pour ne pas y penser et Jungkook avait tout fait remonté d’un seul coup.

Dans ces moments de doutes, Namjoon aimait prendre son vélo et parcourir Séoul. Il aimait sentir le vent frais sur son visage, pédaler le long de la rivière sans but précis. Il ne cherchait rien mais trouvait toujours quelque chose lorsqu’il se baladait seul sur son vélo. Il pouvait s’arrêter sur un paysage, un moment de vie qui lui donnait de l’inspiration pour une chanson. Il pouvait aussi juste avoir besoin de se défouler et avaler les kilomètres juste pour se fatiguer. Aujourd’hui, il avait pris son deux-roues pour se vider l’esprit. Il voulait tellement arrêter de penser à ce moment mais pour une raison qu’il ignorait, il finissait toujours par y être confronté.

Après avoir roulé pendant un moment, il se retrouva ici. Namjoon faisait tout pour l’oublier mais son inconscient l’avait conduit ici. Le garçon n’était pas superstitieux mais décida pour une fois, d’écouter les signes de la vie. S’il avait fini par se retrouver là, c’était peut-être parce que c’était le bon moment pour dire la vérité.

– Hyung, fit une voix étouffée derrière lui.

Namjoon se retourna et vit un jeune homme brun portant un masque et une casquette. Il reconnut Jungkook et lui montra le banc, l’invitant à s’asseoir à côté de lui. Le plus jeune s’exécuta et ils restèrent silencieux un moment, se contentant de regarder la rivière Han qui s’écoulait un peu plus loin. Les deux garçons étaient assis le long d’un chemin, quelques cyclistes et passants passèrent devant eux mais ils n’y prêtaient pas attention.

– Hyung, je voulais m’excuser, ce matin je n’aurais pas dû m’énerver contre toi, commença Jungkook.
– C’est ici que je l’ai rencontré, coupa Namjoon.

Namjoon fixait toujours un point invisible. Jungkook se retourna vers son aîné, il avait la gorge serré. Il était stressé alors que c’était pourtant Namjoon qui commençait ses révélations.


26 Août 2016

Namjoon venait de terminer son tour de vélo. Il s’était arrêté sur ce banc et profitait des derniers jours d’été. Il devait retourner à l’agence un peu plus tard mais pour le moment, il profitait simplement des lieux. Il se mit à regarder les passants et commença à faire son activité favorite : inventer une vie aux gens. Il aimait s’imaginer que ce garçon pendu au téléphone, le sourire au lèvres, écrivait à sa petite amie ou que cette vieille dame qui portait un sac de courses prévoyait de préparer un bon repas pour l’anniversaire de sa fille. Il jouait à ce petit jeu depuis un moment lorsque son attention fût attirée par un cri soudain sur le côté. Il vit alors une jeune femme à terre. Le garçon accourut vers elle et poussa le vélo qui l’empêchait de bouger. Il tendit ensuite sa main pour l’aider à se relever. Encore un peu sonnée de sa chute, elle finit par accepter son aide.

– Vous allez bien ? Se soucia le garçon.
– Oui, merci, répondit la jeune femme encore sonnée.

La jeune femme se sentait stupide d’avoir chuté de la sorte, en public en plus. Elle devait arrêter de laisser son esprit divaguer lorsqu’elle était sur un vélo. Trop occupée à penser, elle ne regardait plus où elle allait. Ce n’était pas la première fois qu’elle manquait de se prendre un panneau ou un passant mais c’était la première fois qu’en voulant l’éviter, elle se retrouva par terre.

Elle chercha à fuir rapidement cette situation gênante. Elle remercia une nouvelle fois Namjoon puis tenta de remonter sur son vélo. Elle réalisa soudain qu’il y avait un problème, le bicycle refusait d’avancer.

– La chaîne a déraillé, expliqua Namjoon.
– Oh, fit la jeune femme en regardant le problème. Je suis passée devant une boutique de vélo tout à l’heure, ils pourront sûrement m’aider. Je vous remercie encore, bonne journée.

Elle poussa son vélo, marchant sur le côté. Namjoon la regarda faire quelques mètres avant de courir la rejoindre.

– Je vais remettre la chaîne, fit Namjoon.
– C’est inutile, je ne veux pas vous déranger davantage.
– Cela ne me dérange pas ! La boutique est à deux kilomètres au moins, je ne vais pas vous laisser marcher autant.
– Vous n’êtes pas obligé de…

Namjoon ne la laissa pas se plaindre plus longtemps. Il lui prit le vélo des mains, la jeune femme n’eut pas le choix de le suivre. Elle s’assied sur le banc où Namjoon était quelques minutes plus tôt et le regarda mettre son vélo à l’envers et remettre la chaîne sur son pignon. En moins de deux minutes, il était de nouveau utilisable.

– Et voilà, comme neuf ! S’exclama Namjoon fier de son travail.
– Tenez, dit la jeune femme en tendant un mouchoir en papier.

Le garçon regarda l’objet, ne comprenant pas pourquoi elle le lui donnait. La jeune femme lui saisit alors la main. Il sursauta légèrement puis comprit son attention en voyant qu’elle frottait sa main avec ce mouchoir. Elle retirait les quelques traces de cambouis que le garçon s’était faite en changeant sa chaîne.

– Je m’appelle Lim Ju-Kyung, indiqua la jeune femme quand elle lâcha la main de Namjoon désormais propre.

Elle lui adressa un sourire et Namjoon perdit soudain ses moyens. Il bredouilla quelques mots, n’arrivant même plus à dire son nom. Son embarras finit par la faire rire mais le garçon ne lut aucune moquerie dans ses yeux.

– Kim Namjoon, finit-il par réussir à articuler.
– Bien, Kim Namjoon, je tiens à vous remercier pour avoir réparé mon vélo. Cela vous dirait de boire un café avec moi ?

L’effet papillon- Chapitre 21

23 octobre 2018

Jungkook arriva dans les locaux de Big Hit. Il n’était pas mécontent d’être de retour en Corée. Il adorait être en tournée : être sur scène, voir les fans, c’était ce qu’il préférait le plus au monde. Mais être en tournée ça voulait aussi dire passer des heures en avion et dans les chambres d’hôtel. Ce mode de vie était épuisant.

Le garçon marchait à travers les couloirs de l’agence. Il consulta sa montre. Il était très en avance, son cours de chant ne débutait que dans une heure. Il avait fait exprès d’arriver tôt, il voulait voir Namjoon. Le manager lui avait appris qu’il passerait la journée dans son studio. Jungkook ne voulait pas le déranger dans son travail mais tenait à mettre les choses au clair.

Depuis une dizaine de jours, le maknae du groupe n’arrêtait pas de se poser des questions sur Namjoon. Yoongi lui avait appris qu’il désaprouvait sa relation avec Ha-Neul. Il s’était montré peu bavard sur les raisons qui le faisait penser que cette relation n’avait pas lieu d’être. Jungkook avait décidé d’attendre leur retour au pays pour lui parler. Il ne voulait pas créer de tensions supplémentaires durant la tournée. Il s’en voulait encore d’avoir perturbé les concerts à cause de sa blessure au pied, il ne voulait pas être responsable d’un clash au sein du groupe.

Il arriva devant la porte du studio de son aîné. Il ne voulait pas se disputer avec lui mais se doutait que cette conversation risquait de déraper. Namjoon était son modèle, celui qui l’avait poussé à rejoindre l’agence. Il ne serait pas là sans lui. Son approbation était importante pour lui. Il était plus qu’un collègue ou ami, il faisait partie de sa famille. Il devait le convaincre que Ha-Neul était la femme faite pour lui.

Quelque secondes après avoir frappé, la porte s’ouvrit sur Namjoon surpris de le voir ici. Jungkook lui indiqua qu’il souhaitait lui parler et le leader le laissa entrer. Le maknae prit place dans le sofa où traînaient plusieurs feuilles de notes. Il les lut tandis que Namjoon retourna s’asseoir devant son ordinateur. Il tourna sa chaise vers le maknae, curieux de connaître la raison de sa venue.

– Remedy, lut Jungkook. C’est pour le prochain album ?
– Oui, J-Hope vient de terminer sa partie de rap.
– J’aime bien le refrain.
– J’ai pensé que tu pourrais la chanter. Avec Jin ou Jimin, je ne sais pas ce qui rendrait le mieux. Tu voulais me parler ? Demanda Namjoon.

Jungkook leva les yeux vers son ami. Il ne savait pas comment amener la chose sans le vexer. Il se souvenait de son regard lors du brunch à New York, lors de l’annonce officielle de son couple. A cette époque, il disait être simplement surpris mais il semblait que c’était bien plus que cela.

– Tu as perdu ta langue ?
– Je… bredouilla le plus jeune.
– Tu as l’air stressé.
– C’est un truc que m’a dit Yoongi, expliqua Jungkook. Je voudrais avoir ta version parce que je dois avouer que je ne comprends pas trop ta position.
– De quoi parles-tu ? Demanda Namjoon qui ne voyait pas du tout où son ami voulait en venir.
– Il parait que ma relation avec Ha-Neul te dérange.

Namjoon resta bouche bée, ne sachant pas quoi répondre. Il avait toujours été honnête avec les membres du groupe, il n’allait pas le contredire même si cela allait blesser Jungkook.

Ce dernier le fixait, attendant un démenti. Il se rendit compte que son silence confirmait ses craintes. Il sentit la colère grandir en lui ainsi qu’une profonde tristesse. Il était heureux comme jamais, pourquoi son aîné ne voulait pas partager son bonheur ?

– Elle a dit ou fait quelque chose qui t’a déplu ? Chercha à savoir le maknae inquiet.

Namjoon ne répondit toujours pas. Il tourna la tête, ne pouvant plus soutenir le regard du plus jeune. Il fit rouler sa chaise jusqu’à son bureau et tenta de se remettre à travailler.

– J’ai du travail, je vais te demander de partir, fit Namjoon en cliquant sur sa souris d’ordinateur.

Jungkook était stupéfait par les mots qu’il venait d’entendre. Comment pouvait-il l’ignorer de la sorte ? Il se leva du canapé brusquement en balançant les feuilles volantes à travers la pièce. Namjoon ne se retourna même pas à cause du raffut.

– J’arrive pas à comprendre comment tu peux écrire de si belles paroles et être si insensible ! Cria le maknae. Je te reconnais plus hyung !
– Pourquoi ? Parce que je te trouve complètement inconscient de sortir avec cette fille ?

Namjoon perdit soudainement son calme. Il se leva brusquement de sa chaise, se plantant devant Jungkook. Au passage, il fit tomber quelques objets mais ne le remarqua même pas. Il était trop occupé à défier du regard le chanteur.

– Elle s’appelle Ha-Neul, fit Jungkook sans le quitter des yeux.
– Je me souviens de son nom. Et je me souviens aussi du mal qu’elle t’a fait l’an dernier.
– De quoi parles-tu ?
– Durant notre voyage aux Etats Unis, pour les American Music Awards. Vous vous êtes disputés et tu étais anéanti. Tu as été déprimé durant des semaines !
– C’est de l’histoire ancienne ça, fit Jungkook qui n’aimait qu’il lui rappelle cette mauvaise période.
– Elle t’a déjà fait souffrir, elle va recommencer !

Namjoon cria ses mots. Jungkook était surpris de le voir si affirmatif. Comment pouvait-il être si sûr de lui ? Le leader semblait s’inquiéter pour Jungkook mais cela méritait-il d’être si sceptique sur l’avenir de sa relation avec Ha-Neul ?

Le leader souffla tandis que Jungkook restait debout, dubitatif. Il se mit alors à rassembler les feuilles griffonnées de paroles éparpillées autour d’eux. Le makane était encore sous le choc lorsque Namjoon reprit la parole plus calmement presque désabusé.

– Jungkook, je suis désolé d’être aussi dur mais je veux juste te protéger.
– On dirait Ha-Neul quand tu parles comme ça. Elle aussi voulait me protéger en refusant de sortir avec moi. Résultat : on a souffert tous les deux durant des mois. Je suis heureux avec elle, pourquoi tu n’es pas heureux pour moi ? A croire que tu n’as jamais été amoureux, tu…
– Parce que je sais que ça ne fonctionnera pas ! Le coupa Namjoon. Tu auras beau l’aimer comme un dingue ça ne suffira pas. Elle finira par te quitter en te reprochant de n’être jamais là quand il le faut ! Tu auras beau faire ton maximum, quand elle aura besoin de toi, tu seras malheureusement coincé à l’étranger sans pouvoir la soutenir dans un moment aussi difficile.

La voix de Namjoon commença à se briser. Jungkook fixa son aîné, se demandant s’il parlait encore de Ha-Neul. Il semblait vraiment prendre cette histoire vraiment à coeur, comme s’il le prenait personnellement. Le rappeur posa les feuilles qu’il venait de ramasser sur son bureau. Le plus jeune remarqua bien le désarroi de son aîné mais ne comprenait pas pourquoi il était si réfractaire au fait qu’il ait une petite amie. Il disait vouloir le protéger mais son discours racontait une autre histoire. Il lui cachait la véritable raison. Namjoon ne semblait pas vouloir en dire plus et se contenta de ramasser les objets qu’il avait fait tomber en fonçant sur Jungkook.

Le chanteur allait abandonner lorsqu’il aperçut dans les mains du rappeur un objet étrange. Un objet qui n’avait rien à faire ici. L’ainé s’aperçut qu’il l’avait vu et tenta de le cacher mais c’était trop tard. Jungkook s’approcha de son ami et tenta de lui pendre pour regarder de plus près mais Namjoon l’en empêcha, le repoussant violemment. Jungkook, encore plus curieux, essaya de nouveau de lui prendre mais Namjoon se mit encore plus en colère.

– Ne touche pas à ça ! Cria-t-il à Jungkook qui resta interloqué par le brusque changement d’humeur du garçon.


Il était presque onze heures du soir. Ha-Neul était allongée sur son lit, regardant Netflix. Il était étrange que Lalisa ne soit pas encore rentrée. L’étudiante thaïlandaise avait fini son service à la supérette à dix heures et, généralement, elle rentrait directement, surtout en semaine. Lalisa aimait faire la fête mais se limitait à sortir le weekend. Comme Ha-Neul, elle bénéficiait d’une bourse au mérite et pour la conserver, elle devait maintenir un certain niveau dans ses notes.

Ha-Neul hésita à l’appeler. Elle s’empara de son portable mais se ravisa avant de composer le numéro. Après tout, Lalisa était adulte, elle avait le droit de rester dehors la nuit. L’étudiante coréenne s’inquiétait sûrement pour rien. Elle reprit le visionnage de sa série mais n’arrivait pas à suivre l’histoire.

Finalement, la clé tourna dans la serrure et Lalisa rentra dans la chambre. Il était minuit passé. Ha-Neul la regarda fermer la porte derrière elle. Elle s’attendait à ce qu’elle lui dise pourquoi elle rentra si tard mais la jeune Thaïlandaise resta silencieuse. Habituellement, lorsqu’elle rentrait dans une pièce, Lalisa ne passait pas inaperçue, elle était ce genre de personne rayonnante et avouons-le, bruyante. Ha-Neul remarqua que quelque chose clochait, son amie ne souriait pas et pire encore, elle semblait avoir pleuré. Ses yeux étaient gonflés et les traces de maquillage sur son visage ne laissaient pas de doute.

Ha-Neul voulut lui demander si tout allait bien mais son amie ne lui en laissa pas le temps. Lalisa fonça dans la salle de bains et s’y enferma. Quelques minutes plus tard, Ha-Neul entendit l’eau couler dans la douche et crut distinguer également des pleurs mais elle n’était pas sûre d’elle. Elle finit par aller se coucher sans savoir ce qui tracassait sa compagne de chambre. La pièce était plongée dans le noir lorsque finalement Lalisa sortit de la salle de bains. Ha-Neul se retourna et aperçut dans la pénombre son amie.

– Je peux dormir avec toi ? Demanda Lalisa.

La jeune femme avait l’air vraiment déprimée, cela brisa le coeur de Ha-Neul qui se positionna sur le bord de son lit avant de soulever la couverture pour inviter Lalisa à la rejoindre. Elle laissa tomber la couverture sur son amie et ce fut seulement à ce moment qu’elle remarqua l’hématome sur la pommette de sa colocataire. Elle toucha du bout du doigt la rougeur, Lalisa grimaça. La coréenne voulut la questionner à ce sujet mais sa curiosité fut coupée net.

– On doit se lever tôt demain, on devrait dormir, conseilla Lalisa.

Ha-Neul n’eut pas le temps de dire quoi que ce soit. Lalisa se tourna sur le côté et fit mine de dormir. La jeune coréenne regarda le dos de son amie, encore plus inquiète. Qu’était-il arrivé à son amie ?

Le lendemain matin, Ha-Neul se rendait sur le campus toute seule. Elle aurait bien aimé profiter de leur trajet en voiture pour l’interroger mais Lalisa avait tout fait pour l’éviter. Elle s’était levée avant elle et avait pris soin de quitter les lieux sans un bruit. L’étudiante trouva enfin une place sur le parking réservé aux étudiants et sortit de son véhicule. Elle se reprit à deux fois avant de réussir à fermer correctement la portière, lui rappelant qu’elle devait amener la voiture au garage. Elle devait prendre un rendez-vous pour cela mais avait peur de la facture qu’on lui adresserait. En effet, la portière n’était pas le seule problème avec cette voiture.

Elle tenta d’oublier ces problèmes mécaniques et prit la direction du bâtiment principal. Son téléphone se mit soudain à sonner, elle décrocha, à l’autre bout du fil, son patron. Il était rare que le directeur de la supérette l’appelle. La jeune femme fût encore surprise lorsqu’elle comprit quel était l’objet de son appel.

– Tu pourras bien assurer ton service ce soir ?
– Oui, bien sûr, confirma la jeune femme. Pourquoi cette question ?
– A cause de la gastro de Lalisa. Elle n’est pas venue travailler hier soir. Je sais que vous êtes dans la même chambre étudiante, j’avais peur qu’elle te contamine.

Ha-Neul rassura son patron et raccrocha rapidement. Elle avait encore plus de questions qui lui tournaient dans la tête. Pourquoi Lalisa avait-elle menti à son patron ? Elle n’était pas du genre à rater un jour de travail, surtout pour une gastro. L’hiver dernier, elle avait même été travaillée en ayant la grippe. Tout cela inquiéta davantage la jeune femme qui n’arrivait toujours pas à joindre Lalisa sur son portable depuis le matin.