L’effet papillon -Chapitre 23

24 octobre 2018 00h30 à Séoul
(23 octobre 8h30 à Los Angeles)

Jimin était dans sa chambre. Il venait de finir sa journée. Il avait enfin un peu de temps pour se détendre mais n’arrivait pas à arrêter de penser à Lalisa. Il voulait croire Taehyung qui avait émis l’hypothèse qu’elle avait simplement un problème avec son portable mais cette idée ne tenait pas la route selon lui.

Lalisa était accro aux réseaux sociaux, il suffisait de voir son instagram pour s’en convaincre. Elle postait au moins une photo par jour et faisait des stories tout au long de sa journée. Jimin pouvait croire qu’elle avait un problème avec son téléphone mais il la connaissait, elle aurait emprunté le téléphone de quelqu’un pour rassurer sa communauté et expliquer son absence. Jimin ouvrit de nouveau son application Instagram. Il n’y avait aucune stories publiées Cela faisait donc plus de 24 heures que Lalisa avait déserté internet.

Jimin commençait sérieusement à s’inquiéter. Et s’il lui était arrivé quelque chose ? Avait-elle eu un accident ou était-elle malade ? Il chercha une nouvelle fois à l’appeler mais comme toutes les fois précédentes, cela sonna dans le vide. Il regarda la pendule de son téléphone, vérifiant l’heure à Los Angeles. Réalisant qu’il était huit heures là-bas, il décida d’appeler un autre numéro. Il se faisait peut-être du souci pour rien, il serait au moins fixé en appelant Ha-Neul.

– Jimin, c’est bien la première fois que tu m’appelles ! Tout va bien ? S’inquiéta la jeune femme.
– Oui enfin… Non… Je suis inquiet. Lalisa ne donne plus signe de vie.

Ha-Neul resta silencieuse à l’autre bout du téléphone. Cela angoissa encore plus Jimin.

– Ha-Neul ? Je peux lui parler ? Passes lui le téléphone, ordonna le garçon.
– Je ne peux pas.
– Quoi ? Pourquoi ? Vous partagez la même chambre, non ?
– Eh, ne t’énerves pas contre moi ! Se plaignit l’étudiante. Je m’inquiète aussi pour elle. Tu n’es pas le seul à la trouver étrange.
– Excuse-moi, souffla Jimin.
– De tout façon elle n’est pas avec moi. Elle est déjà partie. Elle s’est encore levée aux aurores. Cela fait deux matins qu’elle m’évite.
– Quoi ? Fit Jimin encore plus inquiet. Mais que s’est-il passé ?
– Je ne sais pas trop mais… hésita la jeune femme avant de dire tout ce qu’elle savait. Il y a deux soirs, elle a menti et n’est pas aller travailler. Je ne sais pas où elle était et ce qu’elle a fait mais lorsqu’elle est rentrée, elle n’allait pas bien. Elle avait pleuré et j’ai vu un hématome sur son visage.


23 octobre 2018 19h30 à Séoul

Lorsqu’il raconta sa rencontre avec Lim Ju-Kyung, Namjoon ne pouvait s’empêcher de sourire. Jungkook comprit rapidement que cette femme était LA femme. La personne qu’il évoquait lors de leur dispute un peu plus tôt dans la journée. Celle qu’il avait aimé comme un fou mais qui avait fini par le quitter.

Jungkook était curieux de savoir pourquoi cela n’avait pas fonctionné entre eux. Namjoon lui sembla soudain extrêmement touché en repensant à ces moments. Il avait dû beaucoup l’aimer pour que le simple fait d’en parler le touche autant.

– Et ensuite ? Osa demander le plus jeune. Vous êtes sorti ensemble ?
– Durant deux ans.
– Deux ans ? Mais ça veut dire que… fit Jungkook en calculant les dates.
– Elle m’a largué lorsqu’on était à New York. Lorsque tu nous a présenté Ha-Neul, elle venait juste de me dire que c’était fini entre nous.
– Oh…

Jungkook comprenait un peu mieux les doutes de son ami. Difficile de croire en l’amour lorsqu’on vit une rupture soi-même.

– Whaouh, deux ans ? Et dire que personne ne savait rien.
– En fait, si. Il y a quelqu’un qui était au courant….


12 septembre 2017

– Je voulais te faire une surprise, j’ai encore raté mon effet, souffla Ju-Kyung tandis qu’elle rangeait la boite dans son sac.
– Ju-Kyung ! Cria Namjoon en lui courant après.

Les pas de la jeune femme résonnèrent à travers le parking souterrain vide de l’agence. Leur soirée était annulée, elle n’avait plus de raison de s’attarder. Namjoon finit par la rattraper, il se plaça devant elle, lui bloquant le passage.

– Pardon ! Je sais que je t’ai promis qu’on fêterait mon anniversaire mais j’ai encore…
– Du travail ! Termina la jeune femme en colère. Je le sais. Je comprends que tu sois occupé Nam mais tu m’avais promis ! Tu m’avais promis que cette fois, on passerait une vraie soirée ensemble ! Et encore une fois, tu n’es pas capable d’honorer tes engagements.
– Chaton, je suis désolé.
– Nam, tu passes ton temps à me demander pardon. C’est plus possible ! Je t’aime mais c’est trop difficile pour moi ! Tu refuses qu’on expose notre relation…
– C’est uniquement pour te protéger des saesengs, se justifia le rappeur.
– Je me demande parfois si c’est seulement pour ça !

Ju-Kyung savait que Namjoon l’aimait. Il lui disait souvent et ne cessait de faire son maximum pour lui faire plaisir. Même si elle savait que son petit-ami gardait leur relation secrète pour sa propre sécurité, une petite partie d’elle-même lui disait qu’il le faisait parce qu’il n’était pas sûr de ses sentiments. Et s’il refusait de la présenter à sa famille, ses amis ou à ses collègues juste parce qu’il ne voulait pas s’engager sérieusement avec elle ?

La jeune femme était sur le point de fondre en larmes lorsqu’elle croisa le regard de Namjoon qui semblait tellement déçu de lui faire encore faux bond. Elle sentit alors deux bras l’envelopper. Namjoon l’attira vers lui et resserra son étreinte.

– Chaton, je sais que je suis un mauvais petit ami, murmura Namjoon à son oreille. Mais ne doute jamais d’une chose : je t’aime.

Ju-Kyung le savait déjà mais l’entendre une nouvelle fois la rassura. Elle s’en voulait d’être si puéril mais Namjoon lui manquait. Le garçon était très occupé dernièrement, ils n’arrivaient pas beaucoup à se voir. Aujourd’hui, c’était l’anniversaire de Namjoon et elle attendait cette date avec impatience. Elle avait passé du temps à confectionner un gâteau, elle était tellement déçue d’apprendre qu’ils ne pourraient pas le partager ce soir.

Le couple resta accroché l’un à l’autre un moment lorsque soudain, un raclement de gorge se fit entendre. Ils tournèrent la tête ensemble, anxieux à l’idée d’être découverts. Près d’une voiture, se tenait Jin.

– Salut, fit le plus âgé du groupe en souriant, gêné. Je ne voulais pas vous interrompre mais le reste de l’équipe arrive dans quelques minutes.

Le couple se sépara brusquement et s’éloigna l’un de l’autre d’au moins deux pas. Tous les deux se sentaient gênés d’être pris en flagrant délit de câlins. Seokjin en revanche, avait l’air de trouver la situation comique. Il se rapprocha du couple qui n’arrivait plus à se regarder.

– Tu nous présentes pas ?
– Hein ? Si, bien sûr, bafouilla Namjoon.
– Kim Seokjin, fit le garçon en tendant sa main à la jeune femme sans attendre son leader.
– Lim Ju-Kyung, répondit la jeune femme en serrant la main qui lui était tendue.
– La prochaine fois, trouvez un meilleur coin que le parking de l’agence, c’est pas très romantique comme endroit.
– Hyung ! Protesta Namjoon.
– Visiblement, ça ne va pas très fort entre vous, fit le plus âgé en s’approchant de Ju-Kyung. Sachez Mademoiselle que vous trouve très jolie et si cet idiot vous laisse tomber, je serais ravi de vous consoler.
– Non mais t’as fini de dire des âneries à ma petite amie ! Cria Namjoon.

Le leader s’empressa de passer son bras autour de la taille de Ju-Kyung et de la rapprocher de lui, tentant de la protéger des griffes de Jin. Ce dernier riait aux éclats, content de mettre mal à l’aise son ami. La jeune femme sourit, Namjoon venait de dire “ma petite amie” en public.


24 octobre 2018 10h30 à Séoul
(23 octobre 18h30 à Los Angeles)

La journée avait été épuisante pour Lalisa. Elle avait assisté à ses cours mais difficile de suivre lorsque vous manquez de sommeil. Cela faisait deux jours qu’elle n’arrivait pas à fermer l’œil. Elle se débarrassa de ses chaussures et de sa veste puis lança son sac à côté de son bureau. Elle se laissa tomber sur son lit mais le moelleux de son matelas n’était pas suffisant pour la conduire au pays des songes.

Elle se tourna sur le dos et fixa le plafond. Elle s’en voulait tellement de s’être fait avoir de la sorte, elle se sentait tellement mal. Elle passa la main sur son visage, le bleu commençait à être moins douloureux. Elle avait tenté de le camoufler avec du fond de teint mais cela n’avait pas empêché les regards sur elle dans l’amphi. La jeune femme avait l’impression qu’on parlait d’elle et qu’on connaissait les raisons de cette blessure, elle se sentait encore plus mal.

Elle se tourna sur le côté et se mit en position foetale. Pourquoi avait-elle fait ça ? C’était de sa faute, elle ne pouvait que se blâmer. Elle releva la tête vers sa table de chevet, pour regarder l’heure sur son réveil. Elle vit alors un post-it collé sur l’appareil. Elle s’assit en tailleur sur son lit et prit le carré de papier entre les mains.

“Je vais passer la soirée à étudier à la bibliothèque. J’ignore ce qu’il t’es arrivé mais lorsque tu seras prête à en parler, je serai là. Ou bien parles à Jimin, il s’inquiète beaucoup pour toi.”

Lalisa sourit. Elle pouvait compter sur Ha-Neul. Les deux jeunes femmes étaient pourtant si différentes sur tellement de points. Au départ, si elles s’étaient rapprochées, c’était seulement pour des questions de praticité et d’économies. Lalisa était plus extravagante que Ha-Neul et pourtant, elles avaient les mêmes valeurs : le travail, la tolérance et le respect. Elles étaient aujourd’hui plus que des colocataires mais Lalisa se sentait trop honteuse pour se confier à elle.

Elle posa le post it sur la table de chevet et prit son téléphone portable. La jeune femme ne l’avait pas rallumé depuis l’incident. L’appareil était un prolongement de Lalisa, elle l’avait toujours sur elle. Sa plus grande hantise était de plus avoir de réseau ou de batterie. Elle avait passé deux jours sans lui et étrangement, cela l’avait aidé. Elle n’avait pas la force de poster sur les réseaux comme elle le faisait d’habitude et n’avait pas envie de se justifier auprès de sa communauté.

Le fond d’écran, une photo de Lalisa en soirée, tout sourire, s’afficha. Son appareil sonna une dizaine de fois, indiquant des notifications. Elle ouvrit son application Messagerie où elle lut quelques conversations rapidement. Ses amis parlaient de la prochaine soirée à venir, personne ne semblait avoir remarqué son absence durant deux jours sur internet. Le seul qui semblait vraiment inquiet, c’était Jimin. Le nombre d’appels manqués était impressionnant et il l’avait bombardé de messages texte pour avoir de ses nouvelles. Elle sourit en lisant l’un des derniers messages.

Jimin : Je vais finir par prendre un avion et venir vérifier si tu es encore en vie !

Lalisa le trouvait un peu excessif mais c’était Jimin. Il en faisait toujours des tonnes. Elle lut tous ces messages et cela eut au moins le pouvoir de lui redonner un peu le sourire. Elle s’apprêtait à fermer son application mais au lieu de cela, elle appuya accidentellement sur l’appel en visio. Le temps qu’elle s’en rende compte, Jimin avait déjà décroché. Elle lâcha son téléphone qui atterrit sur son lit.

– Lalisa ? Lalisa ?

La jeune femme n’était pas en état de parler avec le garçon. Elle n’avait pas le moral et surtout, elle ne ressemblait à rien. Ce matin encore, elle avait pris les premières choses qui lui étaient tombées sous la main. Ce n’était pas horrible mais banal à souhait.

– OK, c’est bon, j’arrive. Je l’ai rangé où mon passeport ?

Le coeur de la jeune femme manqua un battement. Le garçon allait vraiment la rejoindre. Cette histoire allait trop loin. Elle saisit son téléphone et son visage apparut enfin sur l’écran.

– Jimin, non ! Cria la jeune femme. Tu ne peux pas venir, je ne veux pas que tu aies des problèmes avec ton agence à cause de moi !
– L’agence n’a rien à me dire ! C’est une urgence !
– S’il te plait, calmes toi.
– Me calmer ? Cela fait deux jours que je dors plus à cause de toi ! Fit le chanteur visiblement mort d’inquiétude. Tu ne réponds plus, tu disparais des réseaux et Ha-Neul me dit que tu ne vas pas bien. Je suis désolé mais je m’inquiète pour les gens que j’aime.

Lalisa fixa son écran tandis que Jimin semblait se calmer doucement. Son cœur se réchauffa en voyant tout l’intérêt qu’il lui portait. Elle s’en voulait de l’avoir fait autant angoisser. Une larme se mit à couler sur sa joue.

– Je suis trop nulle, pleurnicha la Thaïlandaise alors que ses larmes s’intensifiaient.
– Quoi ? Mais non, pas du tout. Excuse-moi, je n’aurais pas dû te crier dessus.
– Je suis trop stupide. Je ne comprends pas pourquoi tu continues de t’intéresser à une fille comme moi.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s