L’effet papillon -Chapitre 26

29 septembre 2018

Ji-Kyung tenait dans ses bras ce petit être de quelques grammes. Ses larmes coulaient encore. Elle caressait du bout des doigts ce minuscule visage. Elle ne savait pas combien de temps elle resta ainsi. Un temps beaucoup trop court pour elle. C’était la première fois qu’elle portait sa fille et malheureusement la dernière.

– Madame Lim, fit soudain une voix douce.

La jeune femme releva la tête. Elle aperçut l’infirmière et lorsqu’elle comprit pourquoi elle était là, les larmes s’intensifièrent. Cependant, elle n’opposa pas de résistance lorsque cette dernière s’approcha. Elle embrassa une dernière fois son enfant et l’infirmière prit délicatement le petit corps inerte. A ce moment-là, elle aperçut que l’infirmière était accompagnée d’un médecin.

– Madame Lim Ji-Kyung. C’est l’heure. Les pompes funèbres attendent dans le couloir.
– Oui, d’accord, répondit la jeune femme qui était encore en état de choc.
– Je suis désolé de vous importuner mais nous devons mettre un prénom sur le certificat de décès.

La jeune femme essuya les larmes aux coins de ses yeux et tenta de se concentrer sur les mots du médecin. Elle ne sût pas quoi lui répondre. Namjoon et elle n’avaient pas encore réfléchi à cela. D’ailleurs, étant à l’étranger, il n’avait pas pu reconnaître cet enfant. La petite était donc administrativement parlant sans père et sans prénom.

Durant les 8 jours de vie de leur fille, ils s’appelaient plusieurs fois par jour. Au début, Ji-Kyung lui affirma qu’il ne devait pas abandonner la tournée. Elle savait qu’un retour brutal en Corée ferait éclater la vérité. Elle avait déjà dû mal à accepter d’avoir accouché trop, elle ne voulait pas en plus, gérer la traque des paparazzis et des saesangs. Et quelles seraient les conséquences pour Namjoon et le groupe ?

Même si leur fille était née à seulement 29 semaines, le pronostic vital était plutôt bon, en tout cas au début . Ses poumons étaient déjà formés et bien qu’elle soit sous aide respiratoire et sous sonde, elle allait plutôt bien pour une prématurée de son âge. Cependant, au bout de trois jours de vie, une infection se développa. La situation se dégrada et Ji-Kyung aurait aimé avoir Namjoon à ses côtés. Le plus difficile fut lorsqu’elle se retrouva seule dans son appartement, lorsqu’elle cessa d’être hospitalisée. Elle eut du mal à laisser son bébé dans ce service de néonatologie. Elle était autorisée à n’y passer qu’un temps limité et chaque jour, c’était un déchirement de la laisser.

– Madame Lim Ji-Kyung. Quel prénom devons-nous écrire ?


23 octobre 2018

Le couloir de l’agence n’était pas le lieu le plus sûr pour parler de Ah-Reum. Voyant que Namjoon avait besoin de se confier, Jungkook le suivit dans son studio. Cela était étrange pour le maknae de se retrouver là, lieu où leur dispute avait éclaté. Pourtant, aujourd’hui il comprenait mieux les agissements de ce dernier.

– Alors tu sais tout ? Demanda Namjoon.
-Ce que Jin a bien voulu me dire. Je suis désolé de t’avoir jugé un peu vite. Je ne savais pas que Ah-Reum était…
– Tu ne pouvais pas deviner, coupa son aîné.

Jungkook voulut dire une parole réconfortante mais ne savait pas trop quoi dire. Il n’avait pas l’habitude de cette situation ; la mort était heureusement un sujet qu’il côtoyait peu. Il resta silencieux dans le sofa tandis que Namjoon, assis à ses côtés, ne pouvait pas détacher ses yeux de cette paire de chaussures. Maintenant qu’il connaissait toute l’histoire, il comprit pourquoi Namjoon s’était tellement énervé lorsqu’il les avait touchés.

– C’est joli Ah-Reum, comme prénom, fit soudain Jungkook pour briser la glace.
– C’est une idée de Jin, expliqua le leader, le sourire en coin. Lorsque je lui ai montré sa photo, la première chose qu’il a dit c’est “elle va me faire de la concurrence, cette petite Ah-Reum” (Beauté en coréen).
– Venant de lui, pas étonnant.
– En fait, c’est Ji-Kyung qui a choisi. On attendait que je rentre en Corée pour lui choisir un prénom ensemble mais…
– Je suis désolé hyung.
– Tu te rends compte Jungkook que je n’ai jamais pu prendre ma fille dans mes bras ! Elle s’est battue pour sa vie durant 8 jours et moi j’étais à des milliers de kilomètres en train de m’amuser sur scène.
– Hyung, souffla le maknae qui ne savait pas quoi répondre.
– Je n’ai même pas été foutu d’assister à ses funérailles ! Ju-Kyung a raison de m’avoir laissé tomber. Je ne suis qu’un putain d’égoïste sans coeur !


24 octobre 2018

Ha-Neul patientait sur ce banc inconfortable et en plein courant d’air. Ce commissariat n’avait rien d’accueillant mais était-ce vraiment l’objectif de ce lieu ? Il aurait dû l’être un peu se mit à penser la jeune femme, surtout pour le type d’affaires qui l’avait conduite ici.

L’étudiante coréenne tourna la tête vers le couloir qu’avait emprunté Lalisa il y a presque une demi-heure. Ha-Neul n’arrivait pas à croire que cet agent à l’accueil avait presque refusé d’enregistrer sa plainte arguant qu’il n’y avait pas vraiment eu agression. Heureusement qu’une policière un peu plus attentive aux problèmes de violences faites aux femmes revenait justement de sa pause café. La gradée avait passé un joli savon à son collègue de l’accueil avant de se charger personnellement de prendre la plainte de Lalisa.

Ha-Neul se fichait du temps que cela prendrait, elle savait que la plainte de Lalisa serait prise et traitée de manière efficace avec cette policière. Elle avait accompagné sa compagne de chambre au commissariat mais on ne l’autorisa pas être présente pour son audition. Elle restait donc à attendre son amie, se reprochant de ne pas avoir agi plus tôt.

Ce soir-là, lorsque Lalisa rentra avec ce bleu au visage, elle aurait dû poser plus de questions. Certes l’étudiante thaïlandaise n’avait pas envie de parler mais Ha-Neul aurait dû insister. Si elle ne l’avait pas fait ce soir-là, elle aurait dû l’interroger le lendemain en apprenant qu’elle avait séché le travail. Elle ne voulait pas forcer les choses. Cependant, éviter de parler des problèmes ne les effaçaient pas. Ha-Neul le savait très bien. En voulant éviter les problèmes, elle s’en était créé des nouveaux. Éviter de parler de son harcèlement scolaire l’avait conduite à tenter de suicider. Éviter de parler de ses sentiments pour Jungkook avait failli détruire sa relation avec le garçon.

Sa colocataire avait passé ses derniers jours à se sentir coupable alors qu’elle était une victime. Ha-Neul pouvait remercier Jimin. Ce dernier avait réussi à faire parler Lalisa. Elle lui avait tout raconté et ce dernier avait réussi à la convaincre d’aller porter plainte. La jeune thaïlandaise décida de passer au commissariat dès le lendemain matin. Elle n’avait pas vraiment envie de raconter une troisième fois son histoire mais elle le devait. La seconde fois étant la veille, à Ha-Neul qui ne pouvait pas croire qu’on avait pu s’en prendre aussi lâchement à son amie, en la droguant pour ensuite tenter d’abuser d’elle.

Lalisa était surtout obligé de porter plainte. Elle savait que Jimin aurait débarqué à Los Angeles pour la traîner de force au commissariat si elle ne le faisait pas seule. Il en était capable, elle en était sûre.

Ha-Neul sentit alors son portable vibrer. Elle venait de recevoir un nouveau message de Jungkook. Avec tout ce qui arrivait à Lalisa, elle faillit oublier ce que son petit ami venait de lui apprendre. Ce dernier était encore chamboulé d’apprendre que Namjoon avait entretenu une relation secrète et avait perdu un enfant.

JK 10h33 :
Tu crois que notre couple explosera comme le leur ? 😥

La jeune femme arqua un sourcil. Elle était surprise que Jungkook soit si négatif. Dans leur couple, la personne qui s’inquiétait de leur avenir, en règle générale, c’était plutôt Ha-Neul. D’ailleurs, si elle avait freiné des quatre fers lorsqu’il avait tenté de confesser la première fois, c’était en grande partie à cause de cela. Aujourd’hui, elle tentait de rester positive et de profiter de l’instant présent.

Ha-Neul :
Cela n’arrivera pas.

JK :
Toi aussi, tu finiras par me reprocher d’être loin de toi.

Ha-Neul :
Tu veux qu’on se dispute par messages ? 😡 Arrêtes d’être si pessimiste !

JK :
Je ne suis pas pessimiste. 😠
Je prends juste conscience de certaines choses.

Ha-Neul :
Comme quoi ? 😲

JK :
L’amour ne suffit pas dans un couple. Namjoon et Ji-Kyung s’aimaient mais cela n’a pas suffit.

Ha-Neul :
Je ne suis pas Ji-Kyung et tu n’es pas Namjoon.

JK :
Leur relation ressemble quand même beaucoup à la nôtre.

Ha-Neul :
Je ne vois aucune ressemblance.

JK :
Tu plaisantes ? Je pourrais te faire toute une liste.

Ha-Neul :
Alors vas-y !

JK :
Pardon ?

Ha-Neul :
S’il y a tant de ressemblances, alors vas-y. Fais moi ta liste.
Je suis sûre que tu ne pourras pas trouver autant de similitudes entre nos deux couples.

La jeune femme savait très bien que Jungkook ne pourrait pas s’empêcher de relever le défi. Cela ne tarda pas, il tomba dans son piège en deux secondes. Ha-Neul se mit à sourire devant son téléphone bien décidé à trouver un contre argument à chaque point de son petit ami. Faire des listes de pour et de contre pour chaque décision importante qu’elle devait prendre avait fini par développer son sens de la répartie. Elle espéra qu’elle réussirait à redonner le sourire à Jungkook grâce à cela.

JK :
#1
On entretient une relation secrète.

Ha-Neul :
Faux.

JK :
Comment ça faux ?
Personne n’est au courant pour nous.

Ha-Neul :
Ton groupe est au courant.
Lalisa est au courant.

JK :
Bon ok…

Ha-Neul :
Alex et Nathan sont au courant.

JK :
D’accord, je retire ce point.

Ha-Neul :
😏

JK :
Tu m’énerves !
Tu veux toujours avoir raison.

Ha-Neul :
C’est pour ça que tu m’aimes ! 😘

JK :
Tu as raison, on ne ressemble pas à Nam et sa copine.

Ha-Neul trouvait que le garçon abandonnait vite cette petite joute verbale mais finalement ce n’était pas plus mal. Si cela lui permettait d’arrêter de broyer du noir, il valait mieux qu’il s’arrêta là. Pourtant, Jungkook avait encore besoin de parler de cette histoire lorsqu’elle découvrit la suite de son message.

JK :
De toute façon, je ne ferais pas les mêmes erreurs de Namjoon Hyung.

Ha-Neul :
Il n’a pas fait d’erreurs.
Il a fait des choix qu’il regrette.
Mais il ne faut pas le juger pour cela.

Ha-Neul ne se permettrait pas de juger le leader du groupe. Elle ne savait pas trop quoi penser du garçon. En réalité, elle le connaissait peu et leur unique rencontre avait été un peu tendue. La réaction de Namjoon lors du brunch à New York ainsi que les bribes de conversations que la jeune femme avait pu entendre confirmèrent ses craintes. A cette époque, elle crut qu’il lui reprochait son indécision à affirmer ses sentiments et sa sincérité avec Jungkook. A la lueur de l’existence de Ji-Kyung, elle comprenait aujourd’hui qu’il ne voulait pas que Jungkook et elle puissent un jour, souffrir autant que son propre couple.

JK :
Moi, j’aurais pas cherché.
J’aurais pris le premier avion pour te rejoindre si cela t’était arrivé.

Ha-Neul :
Avec des « si » et des « peut-être », on pourrait mettre un cachalot dans une boîte d’allumettes !

JK :
D’où tu la sors celle-là ? 🤔

Ha-Neul :
D’un film français avec Audrey Tautou. 😉
Mais c’est vrai qu’avec des si, on pourrait refaire le monde.
Et si Namjoon n’avait pas décidé d’aider Ji-Kyung avec son vélo ?
Et si finalement, il avait annoncé publiquement sa relation avec elle ?
Et toi ? Si tu n’avais pas choisi de devenir stagiaire à la Big Hit ?
Et si tu n’avais pas débuter avec le groupe ?
Et si tu n’avais pas reçu mon message ? Et si tu n’y avais pas répondu ?

JK :
OK, je vois où tu veux en venir.
Tu as raison.

Ha-Neul :
J’aime te l’entendre dire.. 😊

JK :
Il faut toujours que tu es le dernier mot, hein ?

Ha-Neul :
A ce petit jeu, tu te défends pas mal non plus.

JK :
Aujourd’hui, c’est moi qui aurait le dernier mot.
Je suis sûr que tu ne sauras pas quoi répondre à ça.

Ha-Neul :
Te voilà bien sûr de toi.
Je demande à lire ce fameux message. 😏

JK :
Raison n°51 : Etre mon rayon de soleil.

Ha-Neul voulut lui répondre mais rien ne lui vint en tête. Jungkook se montrait souvent romantique dans ces messages mais elle ne s’attendait pas à ce qu’il le fasse maintenant. Son coeur se réchauffa brusquement en lisant ces quelques mots. Elle en oublia presque qu’il s’était vanté quelques secondes plus tôt de la laisser sans voix. Et en effet, elle restait interloquée devant son écran.

Bien sûr elle était touchée par ses mots mais ce fût de donner une nouvelle raison qui la fit fondre. Elle ne pouvait oublier le premier message qu’elle avait reçu, ce fameux 24 décembre 2014 : Tu as sûrement des dizaines de raisons de vouloir mourir. J’ai des centaines de raisons de vouloir vivre. Si tu veux les connaître, il va falloir rester en vie.

Elle se souvenait de chaque raison qu’il avait donné depuis presque 4 ans. La raison numéro 50 remontait à plusieurs mois et pourtant, Ha-Neul s’en souvenait comme si c’était hier. C’est grâce à cela qu’ils avaient réussi à se reparler, à Noël dernier. Chaque raison était motivante ou bienveillante, toujours très amicale. Cette raison romantique, c’était nouveau et ce n’était pas pour déplaire à l’étudiante.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s