Ecriture·YouTube

L’effet papillon – Chapitre 28

20 novembre 2018

Ha-Neul monta rapidement les marches de l’immeuble et arriva enfin devant la porte de l’appartement de Nathan. Elle était inquiète pour son ami. Il était rare qu’il lui demanda de l’aider et surtout au dernier moment. Ses messages étaient pleins de mystères. Elle avait séché son cours, chose qu’elle ne faisait jamais, pour en savoir plus. Arrivée au bon étage, elle reprit son souffle, après avoir gravi les marches aussi vite. Elle se demandait dans quels problèmes Nathan s’était mis puis sonna enfin. La porte s’ouvrit à la volée, elle s’apprêtait à saluer le garçon mais ce dernier sortit de l’appartement et referma promptement la porte derrière lui.

– Je t’expliquerais tout mais pour le moment, contente-toi de sourire.
– Quoi ? S’exclama l’étudiante.

Elle voulut demander plus d’explications mais la porte s’ouvrit de nouveau. Surprise, elle suivit les ordres de son ami et aperçut sur le pas de la porte un couple d’une cinquantaine d’années, peut-être plus. Ils ressemblaient beaucoup à Nathan et la jeune femme eut la confirmation de leur lien de parenté une seconde plus tard.

– Papa, maman, voici Ha-Neul. Ma petite amie.

Ha-Neul, un sourire crispé aux lèvres, se retourna soudain vers Nathan pour explication. Elle lui lança des regards insistants, cherchant a obtenir des réponses mais ce dernier se contenta de poser sa main sur la hanche de la jeune femme et la rapprocher de lui. Elle ne sut pas dans quel pétrin elle s’était mise lorsqu’elle vit le regard heureux des parents de son ami. Elle entendit ces derniers lui dire bonjour mais ne réussit pas à leur répondre, trop surprise de la situation. La mère de Nathan n’arrêtait pas de sourire, tellement heureuse de rencontrer sa belle-fille. Le père du garçon se montrait beaucoup moins expressif mais Ha-Neul sentit sur elle son regard jugeant. Elle ne le connaissait pas mais le trouvait déjà très antipathique.

Finalement, tout le monde entra dans l’appartement. Les parents de Nathan retournèrent au salon. Nathan leur annonça qu’il devait parler une minute avec Ha-Neul et entraina la jeune femme dans sa chambre. Elle s’assied sur le lit et, finalement, retrouva l’usage de la parole.

– Non mais ça ne va pas la tête ! S’écria la jeune étudiante en se levant brusquement.
– Chut ! Fit Nathan en la réinstallant sur son lit.
– Comment ça, je suis ta petite amie ? Demanda Ha-Neul presque en chuchotant.

Le garçon prit place à ses côtés et sortit de sa poche son portable. Il lui montra un cliché où figuraient Alex, Ha-Neul et lui-même. L’étudiante regarda la photo sans comprendre en quoi cette image était la raison de son mensonge.

– Je ne sais pas comment je me suis débrouillé, expliqua Nathan, j’ai publié par erreur cette photo sur Facebook. C’est le seul réseau social que mes parents fréquentent. Je n’y poste jamais rien, ça me sert surtout à communiquer avec les membres de ma famille.
– D’accord mais pourquoi tes parents sont là ? Demanda Ha-Neul qui ne comprenait pas où il voulait en venir. Et pourquoi tu prétends qu’on sort ensemble ?
– A cause de la légende.
– My love, my friend and I, lut la jeune femme en faisait défiler l’image sur l’écran.
– Alex, toi et moi, expliqua Nathan. Sauf que ma mère a pensé que my love, c’était toi.
– Je vois mais… ils sont venus du Texas à cause d’une simple photo ?
– Depuis que j’ai 16 ans, ma mère essaie de me caser. A chaque fois qu’une de ses amies connaissait une fille de mon âge, elle essayait d’organiser un rencard. Pour lui faire plaisir, j’ai essayé de sortir avec certaines d’entre elles. Cela n’a jamais marché, ça m’a juste conforté dans le fait que je préférais les garçons.
– Tu devrais leur dire la vérité, proposa la coréenne.
– Je le ferai mais après avoir terminé la fac. J’ai travaillé dur pour entrer ici, je ne peux pas me permettre de tout perdre maintenant. Lorsque je serai diplômé, je leur dirai tout.

Les deux amis restèrent quelques instants assis l’un à côté de l’autre. La voix joyeuse de la mère de Nathan s’entendait jusqu’ici. Le garçon tourna la tête vers la porte fermée, et souffla.

Ha-Neul savait très bien les difficultés que Nathan traversait depuis son adolescence. Originaire du Texas, l’un des états les plus conservateurs des Etats-Unis, Nathan avait dû cacher ses préférences amoureuses pour éviter les ennuis.

Il avait raconté, à Alex et elle, l’histoire d’un élève de son lycée qui s’était fait lyncher par l’équipe de foot, en tout impunité, juste parce qu’il y avait des rumeurs sur son orientation sexuelle. Nathan savait qu’il préférait les garçons depuis l’âge de 13 ans mais le niait pour éviter le harcèlement.

Il le cachait également pour ne pas subir les foudres de son père qui aurait été capable de l’envoyer en camp militaire ou pire, pour “le faire devenir un vrai homme”. Il était même parfois sorti avec des filles, sans jamais dépasser l’étape du bisou, pour donner le change.

Il avait attendu d’être à Los Angeles, loin de chez lui, pour enfin s’affirmer. Il avait enchaîné les conquêtes lors de sa première année d’université avant de rencontrer Alex. Depuis qu’il vivait en Californie, Nathan était enfin lui-même.

– Et Alex, il est d’accord avec ça ? Il est où d’ailleurs ?
– Je ne sais pas. Il a quitté l’appart quand je l’ai présenté comme mon colocataire. J’ai essayé de l’appeler mais il refuse mes appels. Je comprends qu’il soit fâché mais je ne pouvais pas dire la vérité ! S’il te plait Ha-Neul, joue le jeu. Juste quelques heures, histoire de faire plaisir à ma mère.
– Nathan, je dois prendre l’avion dans quelques heures.
– Je t’en supplie ! Je te promets, ça te prendra qu’une heure, maxi deux !

Ha-Neul était prise entre deux feux : d’un côté elle voulait l’aider mais de l’autre, elle n’avait pas le temps. Elle devait prendre l’avion ce soir et n’avait pas terminé ses bagages. A vrai dire, il ne lui faudrait pas trois heures pour boucler sa valise. Elle était tellement impatiente de retrouver Jungkook qu’elle ne voulait qu’aucun imprévu ne puisse la mettre en retard.

Mais c’était Nathan, celui qui avait réussi, avec Alex, à lui faire admettre ses sentiments pour Jungkook. Il méritait qu’elle lui accorda du temps. Il avait passé des heures à la consoler il y a plusieurs mois lorsqu’elle avait laissé filer Jungkook. Jouer la petite amie parfaite était un pieux mensonge. Elle pouvait bien faire cela pour lui.


22 novembre 2018

Lalisa dormit presque tout le long du vol, elle se réveilla en pleine forme quelques minutes seulement avant d’atterrir. D’abord inquiète de l’absence de Ha-Neul, elle finit par trouver le sommeil après avoir reçu un message de son amie l’informant qu’elle la rejoindrait dans quelques heures.

Elle quitta enfin l’aéroport vers cinq heures du matin et rejoignit son hôtel en taxi. Elle ne s’attendait pas à être logée dans un si bel endroit mais après tout, elle aurait dû s’y attendre, sachant qu’elle était dans le même hôtel que Jimin. La jeune femme s’en voulait encore d’abuser du jeune homme. Il avait payé son billet d’avion et lui offrait également une chambre dans cet hôtel. Il disait que la voir sourire suffisait à le rembourser, elle trouvait que cela était peu cher payé.

Cela ne faisait pas trois mois qu’ils se connaissaient, et pourtant, Jimin en savait plus sur elle que la plupart des personnes qu’elle considérait comme des amis à l’université. La jeune femme s’était souvent moqué de Ha-Neul et de Jungkoook, de leur relation en ligne. Aujourd’hui, elle entretenait quasiment la même relation avec Jimin, les sentiments amoureux en moins.

La jeune femme prit possession de sa chambre, posant sa valise dans un coin. Elle se laissa tomber sur l’immense lit qui était au centre de la pièce. Elle entendit des gargouillis dans son ventre. Elle aurait bien pris un bon petit déjeuner. Elle s’approcha du téléphone pour appeler la réception, elle trouva les tarifs des services proposés par l’hôtel sur la table de chevet. Elle manqua de faire une syncope en découvrant combien l’hôtel demandait pour un simple sandwich. Cela lui coupa la faim pour un moment.

Finalement, après avoir envoyé un message indiquant à Jimin qu’elle était arrivée, elle fila dans la salle de bains. Après avoir profité d’un bon bain moussant, elle s’apprêtait à actionner le sèche-cheveux lorsque quelqu’un sonna à sa porte. Elle ne s’attendait pas à voir Jimin si tôt. Il était plutôt du genre à dormir, lorsqu’il en avait la possibilité. Elle pensait qu’il l’a rejoindrait bien plus tard.

– Jimin, tu es drôlement matinal.
– Euh… Ouais… Lalisa, ton peignoir…, fit le chanteur en désignant du doigt la poitrine de la jeune femme.

Il détourna le regard tandis que la jeune femme remarqua que la ceinture de son peignoir était desserrée, révélant ses sous-vêtements. Elle referma à la vite son peignoir, gênée de s’exhiber de la sorte. Elle sentit ses joues s’empourprer. Elle fila ensuite s’habiller plus convenablement. Elle claqua la porte de la salle de bains tandis que Jimin se moquait gentiment d’elle.

– Quoi ? C’était pas pour moi cette tenue sexy ?

Jimin se mit à rire, ravi d’avoir pu mettre Lalisa dans l’embarras. Vêtue d’un jean et d’un pull extra large, les cheveux encore mouillés, la jeune femme réapparut devant lui quelques secondes plus tard. Elle avait encore son visage rouge de honte, Jimin l’a trouva soudainement encore plus attirante que sur le pas de la porte. Il resta à la regarder, interloqué. Soudainement, ce fût lui le plus embarrassé.

– Pourquoi tu me fixes comme ça ?
– Pour rien, bredouilla Jimin en secouant la tête, cherchant à faire disparaître l’attirance qu’il avait de plus en plus pour son amie.
– Vas-y moques toi, s’exclama la jeune femme en grimaçant en apercevant son reflet dans le miroir. Je sais que je ne ressemble à rien.
– Arrête ! Ce n’est pas vrai !
– Je ne suis ni maquillée ni coiffée, se plaignit la jeune femme en observant son visage.
– Tu es très bien comme ça.
– Tu dis ça pour me faire plaisir, lui répondit Lalisa qui ne le croyait pas.
– Lalisa, tu es très jolie. Je le pense vraiment. Même au naturel tu es magnifique.
– Jimin-ah, je t’ai déjà dit d’arrêter d’être si gentil.

La jeune femme s’arrêta net dans sa phrase en s’aperçevant qu’elle était seulement à quelques centimètres du garçon. Elle vit alors la main du garçon sur son avant-bras. Depuis quand était-elle posée là ? Jimin lâcha soudain son amie en se rendant compte de l’intimité qu’il venait de créer. Il se racla la gorge et chercha un prétexte pour vite changer de sujet.

– Tu disais dans ton message que tu avais faim, ça te dirait de sortir manger un truc ?
– Tu as le droit de sortir ? Demanda Lalisa. Je veux dire, tu n’as pas de répétitions ou des trucs à faire avec…
– Si mais je peux annuler pour toi.
– Quoi ? Mais non ! S’écria la jeune femme. Tu ne peux pas te…
– Relax, je plaisante, fit Jimin en souriant.

Elle lui frappa le bras, n’aimant pas qu’il se moqua encore un fois d’elle. Lui proposer de manger avait redonné faim à Lalisa. Elle était pressée de goûter à la nourriture japonaise. Tout sourire, elle se dépêcha d’attraper sa veste pour vite partir à la recherche d’un bon restaurant.

– Ou pas, chuchota le chanteur en regardant son amie.

Jimin sentit soudain son estomac se nouer. Lalisa prenait ses compliments pour de l’humour et de la gentillesse. Pourquoi pensait-elle toujours qu’il n’était pas sérieux lorsqu’il lui disait qu’elle était magnifique ? Ce n’était pas la première fois qu’elle refusait ses compliments. A chaque fois, elle pensait qu’il disait ces choses juste pour lui remonter le moral. Certes, c’était un peu le cas au début mais plus maintenant. Il la trouvait très mignonne qu’elle soit apprêtée à l’extrême ou non. Il suffisait qu’elle lui sourit pour que son cœur s’emballe.

Visiblement, Lalisa ne semblait pas attiré par lui. Elle l’aimait bien, elle avait confiance en lui mais ne voyait en lui qu’un ami. Jimin comprit qu’il se retrouvait bloqué dans la friendzone. Il était encore plus difficile pour lui d’en sortir aujourd’hui. Depuis son agression, la jeune femme n’avait pas envie de se lancer dans une relation amoureuse. Jimin se contenta de la regarder se préparer, tentant d’étouffer ce sentiment qui risquerait de briser leur relation.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s