Ecriture, YouTube

L’effet papillon – Chapitre 32

22 novembre 2018

– S’il te plait, sois ma petite amie.

Lalisa releva brusquement la tête, s’arrêtant sur les prunelles du chanteur. Un regard bienveillant qui conforta Lalisa dans l’idée qu’elle devait écouter son coeur.

– Jimin, tu es sûr de toi ? Tu pourrais avoir tellement mieux que moi.
– Lalisa, arrête de te dévaloriser.
– Je ne suis pas sûre de pouvoir t’offrir ce que tu attends.
– Je n’attends rien d’autre qu’un oui.
– Jimin, sois sérieux. Je t’aime beaucoup mais…

Un sourire s’illumina sur le visage de Jimin à cette révélation. Lalisa l’avait enfin dit. Elle l’aimait.

– Mais quoi ? Demanda Jimin doucement.

Son ton n’était ni agressif ni pressant. Lalisa passa ses bras autour de la taille de Jimin. Elle posa sa tête sur la poitrine de Jimin.

– Je ne suis pas sûre d’être prête à me lancer dans une relation.
– A cause de ton agression ? Osa demander Jimin.

Lalisa hocha la tête pour toute réponse. Jimin entoura ses bras autour de la jeune femme.

– Je sais que c’est difficile pour toi mais je suis prêt à t’accompagner. J’ai envie d’être là pour toi.

Lalisa se détacha finalement de Jimin. Elle examina de nouveau ses yeux, sachant déjà qu’il était sincère. Depuis son agression, le simple fait de sentir le regard envieux d’un homme sur elle la dégoûtait. Elle refusait la simple pensée qu’un homme puisse la toucher. Ce photographe avait tenté d’abuser d’elle et son estime de soi avait pris un sacré coup. Elle savait qu’elle devait avancer, refaire confiance à la gente masculine mais à chaque fois qu’elle envisageait d’être intime avec quelqu’un, les images de son agression lui revenaient en tête. S’il y avait bien un homme avec qui elle avait envie d’essayer, c’était Jimin.

– Je suis d’accord, murmura Lalisa.
– D’accord ? Répéta le garçon sans jamais la quitter des yeux.
– Pour être ta petite amie.

Jimin fut presque étonné de cette réponse. Une fois la surprise passée, un grand sourire apparut sur son visage. Lalisa ne peut que constater le bonheur que cela représentait pour lui. Elle esquissa un sourire gêné, elle s’en voulait presque d’avoir douté de lui.

– Est-ce que je peux t’embrasser ?

Lalisa fût touchée qu’il le demanda. Bien qu’elle en avait très envie, elle était aussi anxieuse. Mais elle souhaitait aller au-delà de ses craintes. Elle avait peur mais d’un autre côté, elle était rassurée que ce soit Jimin. Elle donna son accord et ce dernier s’approcha doucement d’elle.

Elle ferma ses yeux alors qu’il effleura ses lèvres. Lalisa sentit son coeur s’accélérer dans un curieux mélange de peur et d’envie. Jimin écrasa finalement ses lèvres charnues sur celles de Lalisa. Il resta ainsi, immobile, profitant simplement de la douceur de ce moment. Il attendit le feu vert de la jeune femme pour approfondir leur échange. Elle finit par le faire en tournant sa tête vers la droite tout en entrouvrant légèrement ses lèvres. Jimin fit glisser sa langue autour de sa jumelle. Le baiser devint de plus en plus intense mais soudainement des images apparurent dans l’esprit de Lalisa faisant remonter d’horribles sensations.

Pourquoi était-ce le visage de son agresseur qui lui venait à cet instant ? Pourquoi gâchait-il ce moment ? Elle tenta de faire abstraction, se concentrant sur le baiser de Jimin mais elle ne put s’empêcher de retenir une larme. Des flashs lui revinrent en mémoire. Des images de ce photographe l’embrassant sans son consentement. Elle eut l’impression de sentir les mains sales de cet homme sur elle. Un haut de coeur la saisit soudain.

– Je ne peux pas, cria Lalisa en repoussant Jimin brutalement.

Haletante, Lalisa sentit la crise d’angoisse arrivée. Elle s’en voulait tellement. Elle s’en voulait de ne pas réussir à tourner la page de son agression. Tout le monde disait d’elle qu’elle était forte et courageuse alors pourquoi n’arrivait-elle pas à dépasser ces peurs ? Pourquoi ce photographe continuait à lui pourrir la vie alors qu’il était en prison ?

Elle resta figée un moment, n’arrivant plus à réfléchir. Trop d’émotions la submergeaient d’un seul coup. Elle perdait le contrôle, elle détestait cela. Elle avait toujours été maître de sa vie, de ses émotions. Encore une fois, elle se montrait vulnérable et elle n’aimait pas cela.

– Je.. C’est juste… C’est pas toi, c’est moi.

Lalisa tentait d’expliquer son geste mais les mots se mélangeaient. Elle était tellement angoissée qu’elle n’arrivait plus à aligner trois mots. Elle voulait tellement lui dire que ce n’était pas lui qu’elle rejetait. Elle redoutait tellement sa réaction. Jimin allait l’abandonner, elle en était persuadée. Comment pouvait-il rester avec elle alors qu’elle n’était pas capable de lui rendre un simple baiser ?

Elle sentit soudain la main de Jimin se poser sous son menton. Il releva sa tête, l’obligeant à le regarder. Alors qu’elle pensait lire un regard déçu, elle fût surprise d’y lire plutôt de la bienveillance. Jimin était bien plus préoccupé par le mal-être de Lalisa plutôt que par ce baiser raté.

– On n’est pas obligé de s’embrasser. On peut très bien juste se tenir la main, fit le garçon alliant le geste à la parole.
– Jimin, tu as 23 ans. Tu ne vas pas te contenter de me tenir la main.
– Cela me suffit. Vraiment.

Jimin pensait chaque mot qu’il disait. Il était prêt à aller au rythme de Lalisa. Tant qu’elle acceptait de marcher à ses côtés, il serait capable de gravir des montagnes se mit-il à penser. Il ne pouvait pas nier qu’il était légèrement frustré de ne pas pouvoir l’embrasser ou la toucher comme il le désirait tant mais elle méritait ces sacrifices. Il tenait trop à elle pour la laisser lui échapper de nouveau. Lalisa avait pris une place si importante dans la vie du danseur, tellement vite qu’il s’en étonnait encore. Pourtant c’était une évidence.

La première fois qu’il l’avait vu, il l’avait trouvé jolie. La première fois qu’il avait entendu parler, son coeur s’était mit à battre plus fort. La première fois qu’il avait entendu son rire, il comprit qu’il voulait l’entendre jusqu’à la fin de sa vie.


– Je dois prendre cet appel !

Le père de Nathan se leva de table sans attendre l’approbation de sa famille, comme toujours. Ce genre de scène se produisit tellement souvent que l’étudiant releva à peine l’information. Il n’avait pas assez de ses deux mains pour compter le nombre de fois où son père avait annulé un repas de famille ou un anniversaire à cause de son travail. Nathan le prenait pour un manque de considération pour lui, au fil du temps, il avait bien compris que le véritable enfant de son père, c’était son entreprise. Le garçon avait fait le deuil d’un père présent et aimant depuis des années.

En réalité, il avait passé tout ce repas de Thanksgiving plongé dans ses pensées, écoutant d’une oreille son paternel se vanter de ses nouvelles acquisitions immobilières et du profit qu’il avait réalisé avec son dernier contrat.

– Nathan, chéri, tout va bien ?

La voix douce de sa mère le tira de sa rêverie. Il lui adressa un sourire pour la rassurer. Il n’arrivait pas à croire que sa mère, la douceur et la gentillesse incarnée pouvait être mariée avec son père. L’adage disant que les contraires s’attiraient leur correspondait tellement.

– Tu es resté bien silencieux. Tu t’inquiètes pour Ha-Neul ?
– Ha-Neul ?

Le coeur de Nathan se serra. Il s’en voulait de mentir à sa mère. Il avait inventé cette histoire de petite amie pour se protéger des foudres de son père. Son paternel semblait peu le porter dans son coeur, il s’en fichait bien de lui mentir. Mais sa mère, c’était différent. Elle voulait simplement qu’il soit heureux mais il redoutait tellement sa réaction lorsqu’il lui avouera qu’il préférait les garçons.

La mère de Nathan avait toujours rêvé de fonder une famille nombreuse et unie. Quelques années après la naissance de son fils, on lui avait découvert un fibrome. Elle avait réussi à combattre son cancer mais avait dû se résoudre à subir une hystérectomie, causant ainsi son infertilité. Elle n’avait pas voulu adopter et avait reporté tout son amour sur Nathan.Les relations tendues qu’entretenaient son mari et son fils avaient terminé d’enterrer son rêve de famille unie.

– Ha-Neul va très bien. Elle te remercie encore.
– Alors pourquoi tu sembles si triste ?
– C’est rien, je m’inquiète juste pour mon ami.

Nathan s’inquiétait pour Alex. Cela faisait deux jours qu’il était sans nouvelles. Ils n’étaient jamais restés fâchés si longtemps. Il refusait ses appels et ignorait ses messages. Nathan n’avait quasiment pas fermé l’œil la nuit dernière, attendant que son petit ami finisse pas rentrer. Alex ne passa jamais le seuil de la porte, augmentant son angoisse.

Le père de Nathan revint soudainement vers eux. Il ne reprit pas sa place à table. Au lieu de cela, il sortit quelques billets de son portefeuille et les posa sur la table.

– Tu t’en vas ? Demanda Nathan qui connaissait déjà la réponse.

L’homme d’affaires ne prit pas la peine de répondre. Il se contenta de déposer un baiser sur la tempe de son épouse, lui disant qu’il serait de retour dans la soirée à l’hôtel puis quitta le restaurant. Même s’il était coutumier de ce genre de situations, Nathan ne put s’empêcher de suivre du regard son père quittant la salle, un pincement au coeur.


La chambre d’hôtel était plongé dans le noir, le soleil s’infiltra à travers les interstices du rideau. Ha-Neul était réveillée depuis un moment, observant son petit ami qui dormait profondément à ses côtés. La sonnette retentit à la porte. Elle tourna la tête vers la porte, se demandant qui cela pouvait être à cette heure matinale. Elle sortit du lit, réalisant qu’elle était nue. Elle enfila la première chose qu’elle trouva à sa portée : le tee shirt de Jungkook et se rendit à la porte. Elle posa la main sur la poignée, prête à ouvrir avant de réaliser qu’elle ignorait qui était derrière. Et si c’était un manager ? Personne ne connaissait la vérité pour Jungkook et elle à Big Hit Entertainment mise à part les membres. Et si elle faisait une bourde en ouvrant ? Jungkook avait tout fait pour protéger son couple, elle ne pouvait pas tout gâcher par un manque de prudence. Elle s’apprêtait à retourner dans le lit et faire comme si elle n’avait rien entendu lorsqu’on frappa à la porte.

– Jungkook, c’est Namjoon. Tu es là ?

Reconnaissant la voix du leader des BTS, Ha-Neul fût rassurée. Elle s’empressa de lui ouvrir. Elle se cacha derrière la porte, certes elle avait un tee-shirt sur le dos mais elle n’était pas très à l’aise à se montrer aussi peu vêtue devant lui. Elle tirait sur le bas de son tee-shirt pour cacher ses jambes.

– Namjoon oppa, il y a un problème ?
– Ha-Neul ? s’exclama Namjoon surpris de tomber sur la jeune femme.
– Jungkook dort encore. Tu veux que je le réveille ?
– Hein? Non pas besoin. Je voulais lui proposer d’aller à la salle pour s’entraîner avec moi. On a l’habitude d’y aller ensemble mais je ne veux pas déranger.
– Tu ne déranges pas, le rassura Ha-Neul.
– J’ai complètement zappé que tu étais là alors que Jungkook n’arrête pas d’en parler depuis des jours. Je suis désolé de t’avoir réveillé.
– J’étais déjà réveillée, ne t’inquiètes pas. Tu vas bien ? Tu as l’air… épuisé.

Le rappeur lui sourit pour tenter de la rassurer mais ce fût peine perdue. Les cernes sous ses yeux attestaient de son état de fatigue. Ha-Neul s’inquiétait encore plus pour lui en le voyant le regard fuyant.

– Je n’ai pas beaucoup dormi cette nuit. J’avais trop de choses en tête, expliqua le leader.
– Tu veux m’en parler ? Proposa la jeune femme.
– Je ne veux pas t’embêter avec mes problèmes.
– Si cela m’embêtait je ne te le proposerais pas.

Ha-Neul avait proposé son oreille sans réfléchir. Namjoon paraissait déprimé et, visiblement, pas fermé à la discussion, elle devait l’aider. Elle avait déjà raté le coche avec Lalisa, elle n’allait pas faire la même erreur deux fois. Elle ne voulait pas laisser le garçon sombrer dans son mal-être sans rien faire. Namjoon était important pour Jungkook, elle se devait de l’aider.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s