Ecriture·YouTube

L’effet papillon – Chapitre 42

24 décembre 2018

Les rues de Séoul étaient illuminées, l’ambiance de Noël était perceptible. On entendait au loin, les musiques de Noël diffusées par les boutiques. Les piétons passaient près de So-Ra sans lui prêter attention. Il était courant de voir des fans attendre devant ce bâtiment dans l’espoir d’apercevoir leur idole. La jeune femme était là depuis des heures, son panneau à la main. Elle n’était pas là pour voir une célébrité, en tout cas, ce n’était pas dans l’espoir d’avoir un autographe ou un sourire de sa part. Si la jeune brune bravait le froid depuis des heures, c’était uniquement pour Ha-Neul.

Ha-Neul était sa meilleure amie, depuis toujours. Elles se connaissaient depuis qu’elles étaient enfants. Et malgré les hauts et les bas qu’elles avaient traversées dans leur amitié, elle comptait énormément, elle était comme sa soeur. So-Ra savait qu’elle lui avait fait beaucoup du mal, lorsqu’elles étaient au lycée. Elle l’avait harcelée pour des prétextes futiles et de la jalousie mal placée. Elle était jeune à l’époque, elle n’avait pas conscience de l’impact de ses mots et de ses actes. Elle regrettait encore aujourd’hui d’avoir pu être si méchante avec elle, s’en voulant encore d’avoir poussée la jeune femme au suicide.

So-Ra avait été mis au courant de cette tentative de suicide plusieurs mois après les faits. Il y avait pourtant un détail important sur cet évènement que son amie lui avait caché jusqu’ici : Jungkook. Ha-Neul ne lui avait jamais dit qu’elle avait enregistré un message vidéo d’adieu à son attention mais qu’il était arrivé par erreur sur le portable de ce jeune garçon, à l’époque, débutant dans le monde de kpop.

Ha-Neul lui avait révélé toute l’histoire seulement aujourd’hui. Elle lui détailla ainsi comment elle avait rencontré Jungkook et de quelle manière il avait réussi à l’empêcher de faire ce geste final. Elle lui raconta comment leur amitié s’était construite au fil de leurs messages et que progressivement, cette amitié s’était transformée en histoire d’amour.

So-Ra avait été un peu choquée d’apprendre la vérité. Elle était étonnée d’apprendre que sa meilleure amie sortait avec une star mondiale montante mais ce qui l’a surpris le plus, c’est qu’elle lui avait caché durant toutes ses années. La jeune femme, bien qu’un peu déçue du manque de confiance que lui accordait son amie, ne pouvait pas lui en vouloir, connaissant leur passif.

C’était d’ailleurs pour cette raison que So-Ra était là. Elle voulait prouver à son amie qu’elle ne voulait que son bien. La jeune brune n’était pas une femme très intelligente, ses professeurs du lycée ne s’étaient jamais génés de lui rappeler. Certes, elle n’avait peut-être pas les facilités de ses camarades mais So-Ra avait une qualité bien plus utile aujourd’hui : sa ténacité. Elle pouvait se battre bec et ongle pour obtenir ce qu’elle voulait. Elle pouvait se montrer extrêmement patiente si le jeu en valait la chandelle.

Elle était là depuis des heures mais elle était décidée à rester le temps qu’il faudrait. Elle resterait des jours s’il le fallait. Qu’il vente ou qu’il neige, elle ne bougerait pas tant que Ha-Neul n’aura pas eu l’occasion de se justifier auprès de Jungkook.

La jeune femme marchait de long en large, sur le trottoir, devant l’entrée de l’agence Big Hit, cherchant à se réchauffer. Elle regarda le trottoir d’en face. Il y avait un café. Elle rêvait d’y entrer et de se commander une boisson chaude mais ne voulait pas abandonner sa mission. Soudain, un van s’arrêta juste devant elle. Les portières s’ouvrirent brutalement et avant même que So-Ra ne remarqua la présence du véhicule, des hommes en sortirent et s’approchèrent. La jeune femme réalisa trop tard des intentions de ces hommes. Avant même qu’elle puisse se plaindre, deux hommes en noir la saisirent pas les bras pour l’entrainer dans la voiture. Elle n’eut pas le temps de dire ouf que que la voiture s’éloignait déjà.


Ha-Neul suivait d’un oeil le programme télévisé choisi par son père. Elle avait finalement décidé de sortir de son lit lorsque So-Ra avait quitté la maison, lui promettant qu’elle allait obliger Jungkook à venir lui parler. Ha-Neul n’arriva pas à connaître les détails du plan de son amie, elle réussit cependant à lui faire promettre de ne rien faire de dangereux ou d’illégal. Elle connaissait So-Ra, elle pouvait être capable du meilleur, comme du pire.

De toute façon, elle n’avait rien à perdre. Jungkook refusait ses appels et Jimin lui avait gentiment fait comprendre qu’il ne voulait pas se mêler de cette histoire. Elle avait échangé par message un peu plus tôt avec lui, pour qu’il puisse parler en sa faveur mais ce dernier refusa de l’aider. Elle tenta de trouver de l’aide auprès de Namjoon. Il était désireux de lui rendre ce service mais n’avait pas vraiment la possibilité d’agir.

Ha-Neul : Oppa, parles-lui. Il t’écoutera, toi.
Namjoon : Ha-Neul, j’ai essayé de lui parler. Tu sais comment il peut être quand ça ne va pas. Il n’écoute personne et ne fais que broyer du noir.
Ha-Neul : Je sais.
Namjoon : Donne-lui un peu de temps. Il va finir par se calmer.
Ha-Neul : J’espère que tu as raison.
Namjoon : Juste par curiosité, c’est vrai ce qu’il raconte ? Tu l’as trompé ?
Ha-Neul : Quoi ? Non bien sûr que non.
Namjoon : Mais il parait qu’un mec est sorti de chez toi, Jimin l’a vu aussi.

Ha-Neul repensait à la soirée précédente. Elle avait fait deux mauvais choix : trop boire et accepter d’être raccompagnée par Sun Oh. Elle regrettait tellement ce second choix. Elle aurait dû suivre ses amis au karaoké, tout ça ne serait jamais arrivé.


23 décembre 2018

Ha-Neul venait de vomir tripes et boyaux. Elle se jura de ne plus boire une goutte de bière avant un moment. Elle n’avait qu’une idée en tête, se coucher et terminer cette journée. Elle attendit un petit moment, au-dessus de la cuvette, se demandant si les vomissements allaient reprendre. Cela ne vint pas, elle se leva donc et s’approcha du lavabo. Elle se lava les dents en se regardant dans le miroir. Son maquillage avait coulé mais elle n’avait pas la force de se démaquiller ce soir. Tout ce qu’elle voulait, c’était se coucher dans son lit. D’ailleurs, elle se déshabilla à la hâte et enfila le tee-shirt qu’elle utilisait comme pyjama. Elle quitta enfin la salle de bains, prête à rejoindre le pays des songes mais s’arrêta brusquement lorsqu’elle tomba, dans le salon, sur son ex-petit ami.

– Sun Oh ! S’écria la jeune femme.

Ha-Neul paniqua brusquement, en réalisant qu’elle portait un simple tee-shirt, lui arrivant à mi-cuisse, devant lui. Elle rechercha à la va-vite de quoi se couvrir, elle s’empara alors du plaid qui traînait sur le canapé du salon et l’enroula autour d’elle.

– Je t’ai déjà vu plus déshabillée que cela.
– Peut-être mais aujourd’hui, c’est…

Ha-Neul se débattait avec cette couverture pour se couvrir le mieux possible. Elle ne vit pas que Sun Oh s’était rapproché et qu’il essayait de passer ses bras autour de sa taille. Elle recula brusquement, le regardant d’un air choqué.

– Je peux savoir ce que tu fais ? Demanda la jeune femme.
– J’ai bien vu comment tu me regardais durant la soirée.
– Comme quoi ? Je te regardais parce que, bredouilla-t-elle.
– Tu vois, je te trouble, fit Sun Oh qui tenta de nouveau de s’approcher de Ha-Neul.

L’estomac de Ha-Neul se serra. Si durant toute la soirée, elle n’arrivait pas à identifier le sentiment qu’elle avait en revoyant Sun Oh, maintenant, elle était sûre d’elle. Elle avait peur. D’ailleurs, si elle avait bu autant ce soir, c’était probablement pour se donner du courage, inconsciemment. Visiblement, Sun Oh interprétait son malaise pour du désir, elle tenta de mettre les choses au clair rapidement.

– Je ne suis pas troublée.
– Vraiment ?

Il caressa son visage. Ha-Neul frissonna en sentant la main de Sun Oh. Elle savait très bien que cette main était capable de frapper, elle en avait fait les frais il y a deux ans. Sun Oh était tellement effrayant derrière ce visage angélique. Elle repoussa la main du garçon mais ce dernier ne semblait pas avoir abandonné l’idée de la reconquérir ce soir. Il planta son regard dans le sien mais Ha-Neul ne se laissa pas attendrir, au contraire, elle se sentait encore plus mal. La situation devenait malaisante.

– Sun Oh, arrête, s’il te plait.
– Tu es encore plus jolie qu’avant tu sais.
– Je te remercie de m’avoir raccompagné mais tu ferais mieux de partir maintenant, lui répondit Ha-Neul avec un sourire gêné.

Sun Oh ne semblait pas décidé à partir. La jeune femme comprit que les regards insistants qu’elle lui avait adressé toute la soirée avaient été mal interprétés. Elle ne savait pas comment fuir la situation mais fût sauvée par une voix venant de l’étage. Visiblement, sa mère était réveillée.

– Ha-Neul ? C’est toi ?
– Oui Maman.
– Tu ferais mieux de te coucher, il est tard.
– Je raccompagne mon ami à la porte !

Elle joint le geste à la parole et raccompagna le garçon jusqu’à la porte d’entrée. Une fois ses chaussures aux pieds, il se retourna vers Ha-Neul. La jeune femme ne pouvait pas nier qu’il avait été adorable toute la soirée mais était heureuse de le voir partir. Elle avait cette sensation étrange en sa présence, comme un mauvais pressentiment. Elle n’arrivait pas à l’expliquer mais son corps tout entier lui disait de rester le plus loin possible de Sun Oh.

– Est-ce que j’aurais la chance de te revoir ?
– Je ne pense pas, lui répondit Ha-Neul.
– Oh… Fit visiblement déçu Sun Oh. J’ai cru que…
– C’est fini entre nous et depuis bien longtemps. Si j’ai laissé penser qu’il y aurait quelque chose de possible de nouveau, ce n’était vraiment pas volontaire.


24 décembre 2018

– Laissez-moi partir !

So-Ra tomba lourdement sur le siège. Les deux hommes qui venaient littéralement de la kidnapper s’assirent autour d’elle, l’empêchant de bouger. La jeune femme commença à paniquer. Elle essaya une nouvelle fois de se relever mais l’homme à sa gauche la repoussa d’un coup sec.

– Restez tranquille ! Il ne vous sera fait aucun mal ! Lui expliqua ce dernier.

So-Ra n’était pas du genre à se laisser faire mais en voyant le regard déterminé de son ravisseur, elle comprit qu’il risquait de vraiment de lui faire mal si elle insistait. Inquiète, elle resta assise et tenta de voir où on la conduisait, en vain. Elle profita alors de l’inattention de son kidnappeur pour sortir discrètement son téléphone portable de sa poche. Elle le déverrouilla et s’apprêtait à appeler les secours lorsque le téléphone lui fut arraché des mains. Elle releva la tête et croisa le regard colérique de l’homme en noir.

– Je vous ai demandé de rester tranquille !

La peur de la jeune femme grandit. Son coeur battait à tout rompre. Pourquoi avait-elle été enlevée de la sorte ? Où la conduisait-elle ? Voulait-on obtenir une rançon ? Si tel était le cas, ils s’étaient trompés de personne. Sa famille ne roulait pas sur l’or.

– Où m’emmenez-vous ? Qui êtes-vous ?

So-Ra répéta plusieurs fois ces questions mais personne ne lui répondit. La voiture roula encore quelques minutes et finit par se garer dans un parking désert. Les deux hommes sortirent du véhicule, ordonnant à la jeune femme de pas bouger. Elle se retrouva seule dans ce véhicule.

So-Ra commençait à craindre pour sa vie. Dans quelle galère s’était-elle fourrée ? Elle regarda tout autour d’elle, cherchant un moyen de s’échapper. Elle n’allait pas attendre que ces personnes reviennent. Elle ignorait ce qu’on lui voulait et ne tenait pas à le savoir.

Elle chercha à ouvrir la portière mais elle était verrouillée. Elle s’allongea sur la banquette et chercha à briser la vitre en donnant un coup de pied. Elle essaya plusieurs fois, sans résultat. Elle respira profondément et rassembla ses forces. Elle ferma les yeux et déplia une nouvelle fois ses jambes pour tenter de briser la vitre.

– Aie ! Qu’est ce que…

So-Ra se releva, prenant appui sur ses coudes. Elle ouvrit les yeux et réalisa que la portière était ouverte. Un jeune homme se tenait devant elle, se frottant l’estomac. Dans la pénombre de ce parking, elle n’arriva pas à distinguer les traits de son visage. La seule chose dont elle était sûre : n’était pas l’un des hommes qui l’avaient conduit ici.

– Qui êtes-vous ? Demanda-t-elle tremblante.
– Ce serait plutôt à moi de poser la question. Je peux savoir ce que cela veut dire ? Demanda le garçon en montrant le panneau qu’avait brandit durant des heures la jeune femme devant l’agence Big Hit.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s