Ecriture·YouTube

L’effet papillon Chapitre 49

1er janvier 2019

Jimin avait-il fait plus de cinq heures d’avion pour se retrouver à peindre un mur ? Difficile à croire mais il tenait bien un pinceau entre les mains. Il venait d’ailleurs de terminer de peindre en blanc ce mur. Il avait imaginé tout un tas de choses romantiques à faire avec Lalisa durant ce petit séjour improvisé et faire des travaux n’avait jamais figuré sur sa liste.

Et pourtant, il trouvait la chose plutôt distrayante, même s’il devait avouer que c’était surtout grâce à la présence de Lalisa. Il avait d’ailleurs passé une grand partie de son temps à regarder la jeune femme. Jimin ne put s’empêcher d’être hypnotisé lorsqu’elle se dandina au rythme de la musique qui émanait de l’enceinte bluetooth. Il avait un mal fou à se concentrer sur sa tâche mais finit par peindre l’ensemble de ce mur. Il se recula pour vérifier son travail alors que Lalisa le rejoignit.

– Hum, c’est pas parfait mais ça fera l’affaire, fit la jeune femme en jugeant le travail réalisé par son petit ami.
– Tu pourrais être plus encourageante, râla Jimin. Bon, je vais faire l’autre…
– Pas besoin, je l’ai fait.
– Quoi ? Mais il restait ce mur à…

Le garçon se retourna vers l’autre côté de la pièce, le mur qu’il devait faire ensuite était déjà peint. Il tourna sur lui-même et s’aperçut alors que l’ensemble de la pièce était terminé. Certes, il avait un grand mur à peindre mais Lalisa avait réalisé trois fois plus de travail dans le même temps.

Il était tellement obnubilé par la jeune femme qu’il n’avait même pas remarqué tout le travail qu’elle avait accompli. Il se sentit mal de l’avoir laissé abattre tout ce travail seule. Elle commençait d’ailleurs à vouloir tout ranger. Jimin voulut l’aider, après tout, elle en avait bien assez.

– Attends, je vais t’aider ! Proposa le garçon en lui courant après.

Lalisa était accroupie, refermant un pot de peinture. Elle n’entendit pas ce qu’il lui disait. Elle lui demanda de répéter tandis qu’elle se releva et s’approcha de lui, sans vraiment regarder où elle mettait les pieds. Elle ne put éviter le garçon qui lui fonça dessus, les mains remplis de pinceaux sales et d’un pot de peinture. Elle évita la chute mais son tee-shirt se retrouva maculé de peinture.

– Je suis désolé !
– C’est rien ! Rassura Lalisa.
– Attends, je vais t’aider…

Jimin s’empara d’un torchon qui traînait par là et tenta d’éponger la peinture. Il lui fallut quelques instants pour se rendre compte qu’il était littéralement en train de toucher la poitrine de Lalisa. Lorsqu’il finit par le réaliser, il sursauta. Il lâcha le linge brusquement tandis que Lalisa le regardait, confuse.

– Pardon, pardon, je ne voulais pas, bredouilla Jimin. Je ne sais pas ce qu’il m’a pris. Je t’assure, je ne cherche pas à…

Le rouge monta aux joues de Jimin. Il se recula de la jeune femme. Comment avait-il pu la toucher ainsi, sans sa permission ? Même s’il ne l’avait pas fait consciemment, il s’en voulait de pouvoir réveiller ses angoisses. Trop embarrassé, il s’éloigna le plus possible de la jeune femme. Il s’attela à ranger ses propres pots de peinture, espérant que son acte n’allait pas détruire la confiance que Lalisa lui accordait.


Un peu plus tard, Lalisa était occupée dans la cuisine. Elle découpait quelques légumes qu’elle fit revenir dans sa poêle. Soudain, une odeur de cramer arriva à ses narines. Elle sortit de sa rêverie pour s’apercevoir qu’elle avait laissé brûler son plat. Elle débarrassa le contenu de sa poêle à la poubelle puis recommença sa recette.

Cette fois, elle tenta d’être davantage concentrée et d’arrêter de repenser à ce qu’il s’était passé plus tôt. Elle repensa au visage cramoisi de Jimin. La scène aurait pu être drôle mais Lalisa la trouvait pathétique. Jimin n’était pas responsable de cette situation stupide, elle l’était. Elle s’en voulait de le mettre dans cette situation, après tout, il n’avait aucune arrière pensée dans son geste. Il avait juste voulu l’aider à nettoyer cette peinture. Et pourtant, ce moment innocent était encore gâché. Lalisa allait mieux depuis son agression, surtout grâce à la présence de Jimin mais ses peurs étaient encore présentes. Pourquoi cette horrible nuit et ce mec qu’elle tentait d’oublier lui gâchaient encore la vie des semaines plus tard ? Arriverait-elle un jour à laisser un autre homme la toucher ? Elle avait l’impression que ce jour n’arriverait jamais.

Et pourtant, elle avait confiance en Jimin. Elle savait qu’il ne serait jamais comme cette ordure de faux photographe et qu’il ne tenterait jamais d’abuser d’elle. Au contraire, il était beaucoup trop protecteur avec elle. Elle aimait qu’il prenne soin d’elle mais avait eu un pincement au coeur tout à l’heure. Il se sentait tellement coupable, il n’avait plus osé la regarder à la suite de cet accident de peinture.

Lalisa avait préféré abandonner la scène de crime, trop honteuse elle aussi. Elle se rendit à la salle de bains où elle prit une longue douche chaude. Elle nettoya toute la peinture blanche qui tachait son corps. Elle profita de ce temps pour réfléchir et repenser à tout cela. Elle refit le film dans sa tête et chercha à savoir quand elle se sentit mal. Ce fût alors qu’elle réalisa que son angoisse n’était pas apparue lorsque Jimin l’avait touché. Contrairement à ce qu’il s’était passé à Osaka, les images de son agression ne lui étaient pas revenues en mémoire. Certes, elle s’était sentie mal mais pas du geste de Jimin, plutôt de la réaction qu’il avait eu juste après. Le voir si démuni et penaud à cause d’elle lui brisa le coeur.

Elle voulut lui en parler directement après sa douche mais Jimin évita une nouvelle fois la confrontation. Il s’enferma à son tour dans la salle de bains. Lalisa avait alors décidé de redescendre dans le restaurant familial. Elle voulut ranger tout le matériel de peinture mais Jimin l’avait devancé. Il avait refermé les pots de peinture, nettoyé l’ensemble des pinceaux et rouleaux puis avait tout remis à l’endroit où ils avaient pris tout cela plus tôt. Elle remonta alors à l’appartement et se rendit alors dans la petite cuisine familiale.

Elle n’était pas vraiment un cordon bleu mais elle connaissait quelques recettes. Cependant, sa concentration n’était pas à la cuisine mais à la personne qui était dans la pièce d’à côté. Elle réussit néanmoins à aller au bout de sa recette après un deuxième essai. Jimin fit son apparition justement lorsqu’elle éteignit le feu. Elle remarqua son visage toujours inquiet mais Lalisa tenta de faire diversion. Ils devaient avoir une conversation sur ce qu’il s’était passé mais ce n’était pas le bon moment. La tension était redescendue mais elle savait qu’elle ne pourrait pas réfléchir l’estomac vide.

– J’espère que tu as faim, j’ai fait un pad aux crevettes !


Jungkook entra dans le bâtiment et se rendit à l’étage où il était attendu. Il était un peu anxieux. Il avait été convoqué par son manager en urgence. Il avait bien essayé d’en savoir plus mais ce dernier resta muet. La chose était d’autant plus étonnante que le groupe avait trois jours de congés pour profiter de la nouvelle année. Jungkook se demandait bien pourquoi ce rendez-vous en urgence et surtout pourquoi il était le seul à être convoqué.

Le garçon aurait bien aimé utiliser ce temps libre avec Ha-Neul. Il espérait que cette réunion n’allait pas durer trop longtemps et qu’il pourrait vite la rejoindre. Aujourd’hui, ils devaient passé la journée ensemble. Il l’avait averti de son retard en lui envoyant un message, ne voulant pas qu’elle se retrouva à l’attendre dans le froid hivernal comme la dernière fois.

La porte de l’ascenseur se referma sur lui, Jungkook appuya sur le bouton de son étage. Tandis que l’appareil montait, il consulta son téléphone portable mais réalisa que Ha-Neul n’avait pas répondu, plus étonnant encore, elle n’avait pas lu son message. D’ailleurs, elle n’avait lu aucun message depuis la veille. C’était vraiment étrange. Surtout qu’elle était en Corée en ce moment, l’excuse du décalage horaire ne tenait pas la route.

Depuis le quiproquo avec l’ex de Ha-Neul qui avait failli les séparer, il devait avouer qu’il était aux petits soins pour la jeune fille. Il s’en voulait encore d’avoir douter d’elle et de l’avoir accusé si vite. Cette malheureuse histoire avait cependant réussi à lui faire comprendre que la communication et la confiance étaient les bases d’une relation saine. Alors plutôt que d’imaginer une raison tordue à ce manque de réactivité de sa part, il décida de s’adresser directement à l’intéressée. Il composa son numéro et attendit quelques secondes. Après quelques sonneries, une voix automatique lui indiqua que son correspondant n’était pas disponible. Il voulut appeler de nouveau mais l’ascenseur se stoppa soudain et la porte s’ouvrit sur son étage. Une jeune femme, un dossier à la main, semblait l’attendre.

– Monsieur Jeon, veuillez me suivre.

Jungkook rangea son portable et suivit cette assistante à travers les couloirs. Il ne s’attendait pas à être accueilli de la sorte. Il pensait que c’était un simple rendez-vous avec son manager, comme il en avait si souvent. La jeune femme en tailleur noir marchait drôlement vite malgré ses hauts talons, Jungkook eut du mal à la suivre. Elle tourna à droite, Jungkook fut à deux doigts de lui dire que le bureau du manager était à gauche mais il comprit qu’elle le menait ailleurs. Elle rentra la première, Jungkook découvra alors une grande salle de réunion. La pièce était vide, juste une grande table avec des fauteuils autour.

– Souhaitez-vous boire quelque chose ? Demanda l’assistante alors qu’elle appuyait sur la télécommande, augmentant la température de la pièce.
– Non merci.

Le garçon retira son manteau et prit place autour de la table. Il espéra avoir plus d’informations sur les raisons de sa présence. Il se retourna vers l’employée de bureau mais cette dernière quittait déjà la pièce.

– Je vous remercie de patienter, tout le monde sera là dans quelques minutes.
– Tout le monde ?

Jungkook pensait avoir rendez-vous avec son manager seulement, qui était ce tout le monde ? Visiblement, l’assistante n’était pas autorisée à en dire plus, et probablement qu’elle ne savait rien. La porte se referma sur elle, Jungkook se retrouva seul. Il commença à trouver cette histoire de réunion improvisée très louche.

Il s’empressa de jeter un œil sur la conversation de groupe des membres de BTS, cherchant à savoir si l’un d’entre eux était au courant de quelque chose. Il vit alors que les deux aînés du groupe étaient en ligne.

JK :
Les gars, c’est bizarre. Je dois attendre dans cette salle de réunion.
Je pensais juste voir notre manager mais visiblement, on sera plusieurs. Vous savez quelque chose ?

Jin :
On veut peut-être te présenter un projet solo.

JK :
OK mais pourquoi me faire venir en urgence ?

Jin :
Peut-être qu’un grand artiste veut te parler et qu’il n’était disponible qu’aujourd’hui.

JK :
Mais pourquoi faire autant de mystère ?

Jin :
Il s’est passé quelque chose ?

Namjoon :
J’ai essayé d’en savoir plus mais manager-nim n’a rien voulu me dire.

JK :
Non. je ne vois pas.

Jin :
Tu es sûr ?

JK :
Hyung, je n’ai rien fait ces derniers jours, on était bien trop occupés.

Jin :
C’est vrai que c’est vraiment bizarre de te faire revenir à l’agence de cette manière.

Namjoon :
Hyung, tu vois pas qu’il est déjà stressé, arrête !

Jin :
Je dis juste la vérité ! Etre convoqué ainsi, c’est jamais bon signe.

Namjoon :
Il y a deux secondes, tu disais pas la même chose !

JK :
Les gars, ne vous disputez pas !

Jungkook releva la tête, il allait enfin connaître la vérité. Il entendit des bruits dans le couloirs. Il reconnut la voix de son manager mais n’identifia pas la voix de la personne qui l’accompagnait.

JK :
Ils arrivent.

Namjoon :
Tiens-nous au courant.

Jin :
Et ne t’inquiètes pas, c’est sûrement rien d’important.

Jungkook voulait croire son aîné mais un mauvais pressentiment l’habitait depuis son arrivée à l’agence. Enfin, les deux hommes entrèrent dans la salle de réunion. Jungkook se leva et les salua. Il connaissait assez bien son manager pour lire sur son visage qu’une mauvaise nouvelle s’annonçait.

– Voici Maitre Choi, fit le manager en désignant l’homme en costume qui l’accompagnait. Il est avocat, il a été engagé par l’agence pour assurer ta défense.

Jungkook arqua un sourcil, se demandant s’il avait bien entendu. Assurer sa défense ? Mais contre qui ? Et pour quoi ? De quoi l’accusait-on ? Le jeune chanteur n’était pas sûr de comprendre. Tout ça devait être une erreur, il ne pouvait pas avoir d’autres explications.

L’avocat sortit quelques documents de sa mallette et les remit à Jungkook. Il les lut mais il était encore plus perdu. Pourquoi son nom était-il inscrit sur cette plainte ? C’était quoi cette mauvaise blague ?Il déglutit, comprenant que tout cela était malheureusement réel.

– Il s’agit d’une plainte pour coups et blessures, expliqua l’avocat. Connaissez-vous un certain Hwang Sun Oh ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s