Ecriture·YouTube

L’effet papillon – Chapitre 51

1er janvier 2019

Jungkook regarda son manager et son avocat quitter la pièce. Il était encore sonné de tout ce qu’il venait d’entendre. Tout ça ne pouvait pas être vrai. Il était dans un cauchemar, il allait se réveiller d’une minute à l’autre. A peine les deux hommes avaient-ils quitté la pièce que le chanteur saisit son téléphone portable. Il devait prévenir Ha-Neul immédiatement. Une nouvelle fois, cela bascula sur son répondeur. Pourquoi ne décrochait-elle pas alors qu’il avait tellement besoin d’elle ? Enervé, il balança son mobile. Celui-ci glissa sur la table et tomba par terre mais Jungkook n’y prêta pas attention. Il était bien trop préoccupé par ce qu’il venait d’apprendre pour se soucier d’avoir peut-être cassé son téléphone. Il se rassit sur son siège et se prit la tête dans ses mains, s’en voulant d’avoir laissé tout ça se produire et se demandant comment il pouvait arranger les choses.

– Tiens, ton téléphone !

Jungkook releva la tête et vit Namjoon qui lui tendait son téléphone. Il ne l’avait pas entendu rentrer. Le leader comprit que la réunion s’était mal passée rien qu’en croisant le regard perdu du garçon. Il s’installa sur la chaise libre à côté de lui. Il ne fallut pas deux secondes pour que Jungkook commença à lui parler.

– Je suis convoqué demain, au commissariat central de Séoul. J’ai frappé ce mec, l’ex de Ha-Neul.
– Je suppose que tu avais une bonne raison de le faire.
– Il parlait mal de Ha-Neul, ça m’a mis hors de moi, expliqua Jungkook. Ce mec est toxique mais je n’aurais pas dû le frapper.
– Tu n’as pas réfléchi.
– J’aurais dû ! Et si cette histoire sort dans les médias ? Putain, j’ai mis le groupe dans la merde !
– Jungkook, ton langage !

Jungkook était trop en colère pour être courtois. Il était en colère contre Sun Oh mais encore plus contre l’agence. Cette plainte était un coup dur mais le plus difficile à accepter pour le garçon, ce fût l’exigence de l’agence.

– L’agence veut que je quitte Ha-Neul, sur le champ.
– Ils ne peuvent pas t’obliger à…
– Si, c’est dans nos contrats !
– Qu’est ce que tu racontes, ça n’a jamais….

Jungkook fit glisser vers son leader un document. Une copie de son contrat qui parlait, indirectement, des relations amoureuses. Namjoon lut l’article qui avait été surligné.

– Pour préserver l’image de l’artiste ou de l’agence, l’agence se réserve le droit d’interdire les relations avec des personnes extérieures. En cas de non-respect, l’artiste pourrait se voir appliquer les sanctions disciplinaires.
– Je quitte Ha-Neul aujourd’hui ou je risque d’avoir de gros ennuis. Ils peuvent m’obliger à payer des sommes folles pour “combler les pertes”, fit Jungkook en mimant les guillemets. Le manager ne l’a pas dit clairement mais le renvoi est aussi une possibilité.


2 janvier 2019

Les bruits dans la cuisine finirent par réveiller Jimin. Il s’assit sur le canapé où il avait finalement passé la nuit. Après l’arrivée surprise du père de Lalisa, il n’eut pas vraiment le choix. Impossible de passer la nuit dans la chambre de Lalisa, ce dernier n’aurait jamais laissé la chose se faire et surtout Jimin avait trop peur de cet homme pour tenter de négocier quoi que ce soit. Il était déjà heureux qu’il ait accepté qu’il resta ici.

Il aurait pensé passer une mauvaise nuit en couchant sur le canapé mais finalement, il dormit plus bien. Surement parce qu’il s’était couché en connaissant les sentiments de Lalisa à son égard. Après s’être étiré, il décida de se rendre dans la cuisine d’où s’échappait de délicieuses odeurs. Lalisa lui adressa un large sourire en le voyant sur le pas de la porte.

– Entre donc ! Papa a préparé le petit déjeuner. Tu veux de l’omelette, du riz ? Si tu préfères, il y a aussi des fruits, fit la jeune femme en lui montrant les différents plats sur table.
– J’ai pas très faim, lui répondit Jimin.

Ce matin, il n’avait pas trop d’appétit mais n’eut pas le choix de passer à table lorsqu’il croisa le regard du père de Lalisa. Il avait pris le temps de préparer tout cela, Il sembla offusquer de le voir refuser d’y goûter. Jimin courut presque vers la table et s’installa sur une chaise libre. Ce dernier était assis au bout de la table et Jimin eut la sensation d’être jugé par le père de famille. Et pas de la meilleure des façons, le chanteur avait l’impression qu’il le détestait. Pourtant, il n’avait rien fait de mal, enfin juste embrasser sa fille.

– Ton père est effrayant ! Pourquoi il me fixe comme ça ? Demanda-t-il à Lalisa en tâchant d’éviter de croiser une nouvelle fois les yeux de son père.
– Je suis sa petite fille adorée. Je pense qu’il n’est pas prêt de voir un autre homme lui voler sa petite fille.

Le père de famille les regardait, ne comprenant pas ce qu’ils se disaient. Lalisa lui parla, expliquant que Jimin était un garçon gentil et sérieux mais cela ne dérida pas le thaïlandais. Ils continuèrent ensuite de déjeuner dans le silence avant d’être interrompus soudainement par Jimin.

– Waouh, elle est trop bonne cette mangue !
– Ce sont celles de ma grand-mère, elle a une plantation dans le sud du pays, expliqua Lalisa.
– Je crois que je n’ai jamais mangé une mangue aussi bonne.

Le père de Lalisa sursauta en entendant la voix de Jimin. Il se retourna vers sa fille qui lui traduisit les dires de leur invité. Et pour la première fois depuis leur rencontre, Jimin vit apparaître un sourire sur le visage de son beau-père. Un sourire qui lui était destiné.

– Que se passe-t-il ?
– Je crois que tu as marqué des points en appréciant les mangues familiales !


Jungkook n’avait quasiment pas fermé l’œil de la nuit. Il avait rendez-vous à 9h00 tapantes au commissariat. Son avocat l’attendait déjà à l’entrée du bâtiment. Le garçon souffla puis sortit de la voiture pour le rejoindre. Le professionnel lui donna quelques conseils pour répondre aux questions du policier mais Jungkook l’écoutait à peine. Il avait les yeux rivés sur son téléphone.

– Monsieur Jeon, vous m’écoutez ?
– Oui, des réponses courtes et précises.
– Je n’ai pas l’impression que vous saisissiez la gravité des faits.
– Si… J’en suis bien conscient…. Une minute, je dois juste passer un coup de fil.

L’avocat souffla devant ce qu’il prenait pour du manque de responsabilité. Jungkook descendit quelques marches, une fois à l’abri de l’oreille indiscrète de son conseiller juridique, il appela une nouvelle fois Ha-Neul. Depuis la veille, il la harcelait de messages et d’appels, ils restaient tous sans réponse. Il n’y avait plus de doute, il y avait un problème, ce silence, ce n’était pas normal. Elle était sûrement au courant de la plainte de Sun Oh mais pourquoi agissait-elle ainsi ?

Il avait bien tenté de passer chez elle mais impossible, il y avait toujours un membre du staff dans les parages. Il avait interdiction de voir Ha-Neul le temps de régler cette histoire de coups et blessures. Et visiblement, l’agence avait les moyens : il y avait un garde du corps qui l’accompagnait partout, ou plutôt l’empêchait d’aller où il voulait. Jungkook n’en avait que faire de cette interdiction, il ne laisserait personne l’empêcher de voir Ha-Neul. Il finirait par trouver un moyen de fausser compagnie à son chaperon.

– Monsieur Jeon, c’est l’heure.

Jungkook tourna la tête en direction de son avocat. Un problème à la fois. D’abord, répondre à l’interrogatoire pour expliquer que cette plainte était disproportionnée et ensuite, retrouver Ha-Neul pour comprendre pourquoi elle l’ignora ainsi. Il remonta les marches puis suivit l’avocat qui entrait dans le bâtiment.

Quelques minutes plus tard, Jungkook et son avocat se retrouvèrent dans une salle d’interrogatoire. Avachi sur la table, Jungkook sentit le stress le gagner et tapotait des doigts sur la table. Le son agaça son avocat qui lui fit remarquer en se raclant la gorge et en lui adressant un regard noir. Le chanteur expira bruyamment puis se redressa sur sa chaise avant de croiser les bras.

– Monsieur Jeon, concentrez-vous !

Jungkook n’arrivait pas à croire qu’il se retrouvait là. La pièce, bien que moins glauque que ce qu’il avait imaginé, n’était pas accueillante pour autant. Dans les films, les salles d’interrogatoire étaient souvent sombres, aux murs gris et vides de tout mobilier. Ici, rien de tout ça mais l’endroit restait tout de même angoissant. Surtout parce que Jungkook ignorait ce que Sun Oh avait raconté à la police. Certes, il lui avait donné un coup de poing mais il n’était pas Mohammed Ali. Un seul coup ne pouvait pas l’avoir blessé de façon importante, comme le laissant entendre l’ex de Ha-Neul.

Après des minutes qui lui semblaient être des heures, Jungkook vit la porte s’ouvrir et un policier entrer. Il se présenta comme étant le chargé d’enquêtes. Il déposa un dossier sur la table. Jungkook sentit sa boule au ventre grossir, cet inspecteur n’était pas très grand mais il se sentit tout petit face à lui.

– Monsieur Jeon Jungkook, désolé de vous avoir fait venir pour rien, fit l’inspecteur.
– Pardon ?

L’inspecteur continua de parler mais Jungkook était tellement stressé qu’il ne comprit pas tout de suite ce qu’il se passait. Il avait l’impression d’avoir le cerveau en mode erreur 404. Le policier donna des documents à l’avocat puis quitta la pièce, laissant la porte ouverte. Le chanteur resta figé, encore sous le choc. Que venait-il de se passer ? Avait-il bien entendu ?

– On peut dire que vous êtes chanceux, dit l’avocat en rangeant ses documents dans sa mallette.
– Attendez, c’est tout ? Fit Jungkook sortant de sa torpeur.
– Que voulez-vous de plus ? Vous avez entendu ? Il a retiré sa plainte.
– Oui mais….
– Sans plainte, pas d’enquête. Vous devriez vous réjouir de cette nouvelle.

Jungkook aurait dû se réjouir mais une petite voix tournait dans sa tête lui répétant que les problèmes ne venaient que de commencer. Il connaissait Sun Oh, surtout par les dires de Ha-Neul, il était toxique. Lorsqu’il était au lycée il avait trop souvent dépassé les bornes, Ha-Neul avait failli en payé le prix de sa vie. Et les années passant, il ne semblait pas avoir évolué. Il se demandait si le silence radio de sa petite amie n’était pas en lien avec tout ça.

Jungkook se leva et suivit son avocat à travers les couloirs du commissariat. Visiblement, ce dernier lui parlait mais Jungkook ne l’écoutait pas. Il avait l’esprit beaucoup trop préoccupé. Il n’avait qu’une idée en tête : il devait voir Ha-Neul.

Il profita que son avocat décrocha un appel téléphonique pour lui fausser compagnie. Il longea le bâtiment mais aperçut son chauffeur dans la voiture. Il s’accroupit brusquement puis continua sa route. La chance semblait être de son côté, son garde du corps semblait profiter de sa pause pour jouer sur son téléphone. Il aperçut alors une station de métro et s’y engouffra. Quelques minutes plus tard, il pensait enfin être tranquille mais aperçut son garde du corps. Il remit son masque en place et remonta sa capuche sur sa tête. L’homme passa à ses côtés sans le voir. Alors qu’il revenait sur ses pas, il aperçut enfin l’idole mais trop tard, Jungkook était déjà monté dans le train qui partait vers la station suivante.


Trois notes résonnèrent dans l’entrée, signe que la porte venait d’être déverrouillée. Namjoon se leva du canapé à la seconde et accourut, perdant un chausson en route. Il était mort d’inquiétude. Il guettait depuis des heures le retour du maknae du groupe.

– Jungkook, tu étais où ? Tout le monde te cherche ! Tu pourrais au moins répondre quand on t’appelle !

Le leader râlait mais c’était le cœur qui parlait. Il ressemblait à ses parents qui hurlaient sur leurs enfants qu’ils ont perdus dans un magasin. Il ne le grondait pas, il était juste tellement inquiet de le savoir seul dans Séoul, en sachant ce qui s’était passé au commissariat. Il souffla de soulagement en le voyant franchir le seuil mais s’inquiéta de nouveau en voyant dans quel état était le garçon.

– Jungkook, ça va ?

Namjoon posait la question mais il connaissait déjà la réponse. Les yeux gonflés et rouges parlaient pour Jungkook, il avait pleuré et était sur le point de fondre de nouveau en larmes. Et cela ne manqua pas, à peine croisa-t-il le regard de son leader que les larmes roulèrent sur ses joues. Il s’accroupit tentant de cacher son visage. Il pleura un moment devant Namjoon qui ne savait pas quoi faire pour l’aider. Heureusement pour lui, il vit apparaître dans son champ de vision Jin. Ce dernier, alerté par les pleurs, venait de quitter sa chambre.

La peine sembla trop lourde et Jungkook se retrouva assis par terre. Jin se précipita à ses côtés et passa son bras sur l’épaule de Jungkook pour le réconforter. Cela ne sembla pas aider le maknae qui pleura encore plus fort. Jin continua à lui tapoter doucement l’épaule pour le calmer puis soudainement, Jungkook retira ses mains de son visage. Jin pensait qu’il commençait à se calmer mais ce dernier se retourna vers lui. Comme un enfant le ferait avec son parent, il pleura sur Jin tout en s’accrochant à lui.

– Que s’est-il passé ? Chuchota Jin en direction de Namjoon.

Le leader haussa les épaules, tout aussi ignorant que son ami sur les raisons d’un tel état. Ils n’avaient jamais vu le garçon aussi mal, en tout cas, pas depuis longtemps. Durant sa période trainee, loin de sa famille, il craquait parfois mais il avait grandi. Le voir dans cet état était déchirant pour ses deux aînés. Ce fût alors Jungkook qui lui même qui donna une explication, tout aussi déchirante.

– Ha-Neul m’a quitté.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s