Ecriture·YouTube

L’effet papillon – Chapitre 53

3 janvier 2019

Quelle heure était-il ? Lalisa et Jimin l’ignoraient. Ils avaient enchaîné les verres et les danses dans une boîte près de la plage. Leur petit jeu de “suivre ses envies” s’était vite transformé en “cap ou pas cap”, surtout à cause de tout l’alcool qui coulait dans leurs veines.

– Cap ou pas de danser sur le bar ? Lança Jimin.

Accoudés tous les deux au bar de l’établissement, Jimin lança ce défi, persuadé qu’elle refuserait. C’était mal connaître Lalisa qui avala son verre de vodka avant de grimper sur le comptoir du bar. Elle se mit debout et dansa au rythme de la musique sous les yeux stupéfaits de Jimin.

Ce comportement attira l’attention du vigile. Il fit descendre Lalisa de son perchoir et l’invita à calmer ses ardeurs. N’arrivant à pas s’arrêter de rire, Jimin et Lalisa furent gentiment raccompagnés à la porte. Ils n’avaient pas arrêté de se faire remarquer tout la soirée mais comme ils dépensaient sans compter, la direction laissa passer. Les bouteilles renversées par Lalisa lors de sa danse improvisée sur le comptoir furent la goutte qui fit dépasser le vase. Ils restèrent quelques minutes devant la boîte de nuit mais le videur refusa de les laisser entrer de nouveau.

– Viens, allons-y, fit Lalisa en prenant la main de Jimin.

Déçu de voir la soirée se terminer ainsi, Jimin commença à bouder. Lalisa ne lui laissa pas le temps de s’apitoyer sur son sort. Elle lui prit la main et s’éloigna de cette boite de nuit. Il se demanda où elle le conduisait mais la suivit sans poser de questions. Ils se retrouvèrent rapidement dans une petite ruelle déserte. Au loin, la musique de la boîte de nuit se faisait entendre mais le silence se faisait de plus en plus présent tandis qu’ils avançaient.

– Tu sais où tu vas ? Demanda le garçon peu rassuré.

Jimin était éméché mais assez conscient pour voir qu’ils s’éloignaient de la rue principale. Le raccourci de Lalisa était rempli d’herbes hautes. La nuit noire n’aidait pas à se repérer. Mais visiblement, elle savait où elle allait. Elle marchait droit devant elle sans hésitation alors que Jimin faisait de son mieux pour ne pas glisser.

Deux minutes plus tard, Lalisa s’arrêta enfin. Jimin resta bouche bée, malgré la nuit, la lune éclairait la plage. Une magnifique crique s’étendait devant eux. En voyant la tête de Jimin, Lalisa sourit, ravie de le surprendre. Elle le laissa profiter de la vue un instant avant de l’inviter à descendre les quelques rochers devant eux pour arriver sur le sable fin.


La nuit commençait à tomber et le froid s’intensifiait sur Séoul. Namjoon souffla sur ses mains gantées pour les réchauffer et marcha d’un pas rapide dans le parc. Il était inquiet, il ne savait pas dans quel état il allait trouver Jungkook. Ce message lui demandant de le rejoindre l’avait intrigué. Il avait arrêté tout ce qu’il faisait pour arriver le plus vite possible.

Il aperçut la silhouette de Jungkook au loin, le long de la rivière Han. Assis sur ce banc, il fixait l’eau comme s’il était seul au monde. En s’approchant de son ami, Namjoon constata qu’il avait la même mine attristée que la veille. Il voulut lui dire une parole encourageante mais rien ne lui vint en tête. De toute façon, rien ne le consolerait. Il venait de perdre la personne qu’il aimait le plus au monde, il était dévasté. Namjoon savait ce que c’était de perdre un être cher.

Plutôt que dire une banalité, il préféra s’asseoir à ses côtés en silence. De longues minutes s’écoulèrent tandis qu’ils observaient la rivière Han. Le lieu était apaisant mais l’expérience aurait été plus agréable durant une autre saison. Namjoon avait froid et fut le premier à briser le silence.

– Jungkook, rentrons.
– Pourquoi ?
– Tu vas tomber malade à rester dans ce froid, affirma le leader en se levant, espérant que son ami le suive.
– Pourquoi elle… demanda Jungkook sans arriver à finir sa phrase.
– Tu parles de Ha-Neul ?

En réponse, il hocha la tête puis regarda le bout de ses chaussures. Il sentit les larmes lui monter en entendant le nom de Ha-Neul. Un étrange mélange de douleur et de colère le submergèrent. Il ne voulait pas pleurer, Ha-Neul n’en valait pas la peine. Pas après ce qu’elle avait fait. Il n’arrivait toujours pas à le croire mais les faits étaient là : elle l’avait trahi.

Namjoon se rassit aussitôt comprenant que Jungkook avait besoin de parler. Il se demanda s’il était le mieux placé. En tant que leader, il prenait son rôle au sérieux, il était toujours attentif aux problèmes des membres. Il était souvent bon conseiller mais aujourd’hui, il ne se sentait pas légitime. Pour les histoires de cœur, il était loin d’être un expert, il suffisait de voir sa relation avec Ji-Kyung. Pourtant, il ne pouvait pas rester sans rien faire. Après tout, il lui avait demandé de venir.

– Tu as rencontré Ha-Neul ici ? Ce n’est pas très original !

Namjoon tentait de faire de l’humour mais regretta immédiatement en croisant les yeux médusés de son ami. Il passait du temps avec Jin mais n’avait pas réussi à avoir la même répartie que son ami. A ce moment, il se demanda bien pourquoi Jungkook l’avait appelé lui et pas Jin. Hier, l’aîné du groupe avait réussi à le calmer, il était beaucoup plus doué que lui pour gérer ce genre de situations.

– Je voulais blaguer sur le fait que j’ai moi aussi rencontré Ji-Kyung le long de la rivière mais…
– Hyung, coupa Jungkook.
– Désolé, je ne suis vraiment pas doué pour détendre l’atmosphère, fit Namjoon en se grattant la tête.
– En fait, c’est un peu ça.
– Je pensais que vous vous étiez rencontré sur une application de discussion en ligne !

Jungkook se stoppa un instant. Il hésita à révéler la vérité. Même s’il avait rapidement parler aux membres de son amitié avec Ha-Neul, il était toujours resté évasif sur le comment tout avait commencé. Au départ, il ne voulait que le groupe s’inquièta pour lui parce qu’il se liait d’amitié avec une suicidaire. Même si en réalité, l’état dépressif de Ha-Neul n’avait été que temporaire, il ne voulait pas qu’on limita Ha-Neul à cet acte désespéré. Aujourd’hui, Jungkook n’en avait plus rien à faire. Elle ne méritait plus à ce qu’il garda son secret. Pas après ce qu’elle lui avait fait.

– Le premier message que j’ai reçu, c’était une vidéo filmée ici. Elle s’apprêtait à se suicider.
– Pardon ?

Namjoon n’en croyait pas ses oreilles. Ha-Neul avait tenté de mettre fin à ses jours ? Elle respirait pourtant la joie de vivre. Comment avait-elle pu en arriver à de telles extrémités ? Il était curieux d’en savoir plus mais le maknae du groupe ne donna pas d’explications sur le passé de la jeune femme. Il se tût comme s’il en disait déjà trop. De toute façon, pour le moment, l’important n’était pas comment ils s’étaient rencontrés mais plutôt pourquoi Jungkook était aujourd’hui dans cet état.

Lorsque Namjoon sortait avec Ji-Kyung, les disputent étaient courantes mais cela ne voulait pas dire qu’il n’y avait plus d’amour, au contraire. La plupart du temps, si elle était en colère contre lui, c’était parce qu’il n’était pas là comme prévu et qu’il lui manquait. Il était souvent le responsable de leurs disputes, il le savait. Mais il savait aussi que Jungkook n’était pas comme lui. Apparemment, Ha-Neul l’avait quitté mais Namjoon était optimiste. Il était persuadé que cette rupture était liée à la découverte de l’existence de leur relation amoureuse.

– Tout va s’arranger. L’agence va se calmer et vous pourrez vous revoir. Jungkook, il faut que tu te battes !

Namjoon saisit son ami, le secouant et le forçant à le regarder. Jungkook réagissait à peine. Son âme semblait hors de son corps. Il n’était pas juste triste, il était dévasté. Il le voyait dans ses yeux. Surpris, il le lâcha tandis que Jungkook s’empressa de fuir son regard.

– Namjoon hyung, je suis perdu. J’aime Ha-Neul mais en même temps je la déteste. J’ai envie de la serrer dans mes bras mais d’un autre côté, si elle apparaissait devant moi…

Il s’arrêta de parler, n’arrivant à dire ce qu’il pensait vraiment. Il s’imagina devant elle. Il savait qu’il n’aurait pas pu s’empêcher de lui cracher au visage toute sa haine. Il voulait qu’elle souffrit autant que lui. C’était méchant, puéril et en réalité vain. Sur le coup, cela lui ferait sûrement du bien de la voir au plus mal mais cela serait temporaire. Il savait qu’il ne supporterait pas de la voir pleurer. Il ne comprenait pas ce sentiment qui l’habitait. Pourquoi fallait-il que ce soit si compliqué ?

– Je comprends plus rien !
– Le contraire de l’amour, ce n’est pas la haine, c’est l’indifférence, expliqua l’aîné du groupe. Ha-Neul compte pour toi donc tes sentiments sont amplifiés.
– Elle comptait, corrigea Jungkook.
– Tu ne penses pas ce que tu dis. Écoutes, laissez vous du temps pour…
– Hyung, c’est fini ! Je ne pourrais jamais lui pardonner ! Ce qu’elle a fait, c’est… Je n’arrive pas à croire que Ha-Neul ait accepté de…

L’émotion gagna Jungkook. Les mots se noyèrent dans ses larmes qu’il retenait depuis trop longtemps. Comme la veille, Namjoon se trouva pris au dépourvu lorsque Jungkook se mit à pleurnicher sur son épaule. Il le laissa faire et pendant ce temps, il sortit de sa poche son téléphone portable. Il tapa un message espérant que le destinataire accepta de l’aider.


Nathan poussa doucement la porte. Cela faisait des années qu’il n’était pas entré dans le bureau de son père. Lorsqu’il était enfant, il passait un temps fou ici. Il se souvenait qu’il jouait avec ses petites voitures sur ce canapé tandis que son père était occupé à son bureau à travailler. Une époque bénite qui semblait si éloignée pour le jeune homme.

Le lieu n’avait quasi pas changé en quelques années, Nathan eut l’impression de faire un bond dans le passé. Il s’avança dans la pièce et s’approcha du coin salon. Il baissa le regard sur le tapis et il esquissa un sourire. Une tâche d’encre était visible, cachée légèrement sous le pied de la table basse. Nathan se souvenait encore du jour où il avait fait cette tâche. Sa mère l’avait grondé comme jamais. Elle l’avait obligé à écrire cinq cent fois “je dois ranger mes affaires et ne pas courir dans le bureau de papa”. Nathan devait avoir 8 ans à l’époque. Cette punition était si longue qu’il s’était endormi sur ses écritures. Lorsqu’il s’était réveillé, il avait vu son père à ses côtés qui écrivait cette phrase en imitant son écriture.

– Papa, qu’est ce tu fais ?
– Chut ! Ce serait notre secret ! Chuchota Monsieur Taylor en mettant son index devant sa bouche. De toute façon, c’est aussi de ma faute. Si tu as renversé ce pot d’encre, c’est parce que tu courais me rejoindre.

Nathan souffla en repensant à ce souvenir. Ce père aimant et présent lui semblait être si loin. Il lui manquait tellement, encore plus depuis qu’il était dans le coma. Savoir que leur dernière conversation était une dispute restait au travers de la gorge de Nathan. Son père était loin d’être parfait mais il n’était pas si mauvais.

Ce moment de nostalgie fut interrompu par la sonnerie de son portable. Nathan sortit son téléphone de sa poche et décrocha l’appel en soufflant.

– Je te dérange ? Demanda Alex surpris du peu d’entrain de son petit ami.
– Euh… Non… Pas du tout.
– Tout va bien ? Tu as l’air bizarre.
– C’est rien.
– Tu es sûr ? Demanda-t-il peu convaincu.
– Je t’assure, je vais bien. C’est juste que je suis dans le bureau de mon père et je ne pensais pas que ça ferait remonter autant de choses.
– Nathan, il va finir par se réveiller.
– Je l’espère vraiment, répondit-il d’une voix lasse.
– Tu ressasses encore votre dernière conversation ?
– Je m’en veux. S’il ne se réveille jamais, les derniers mots que j’aurais eu pour mon père auront été « laisses tomber ».
– Nathan…
– Il n’est pas un bon père mais comme fils, je ne suis pas meilleur.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s