Ecriture·YouTube

L’effet papillon – Chapitre 60

1er avril 2019

La bibliothèque était silencieuse. Namjoon marcha à travers les allées. Il ne pensait pas qu’il y aurait autant de monde alors qu’on était un jour de semaine. Il aperçut plusieurs groupes d’étudiants assis à des tables. Il abaissa un peu plus sa casquette, ne voulant pas dévoiler son identité. Il continua sa route puis s’arrêta soudainement lorsqu’il dépassa la section romans étrangers. Son garde du corps manqua de peu de lui rentrer dedans.

– Vous êtes obligé de me coller ainsi ? Demanda Namjoon, exaspéré.
– Je dois assurer votre protection.

Namjoon leva les yeux au ciel. Cette garde rapprochée devenait étouffante. Il n’en voulait pas à cet homme, il faisait simplement le travail pour lequel il était payé. Il trouvait surtout que cette sécurité était excessive. Avec cette ombre noire collée à ses basques, Namjoon avait l’impression d’être le centre de l’attention. Lui qui cherchait à être le plus discret possible, c’était mal parti.

Le garde du corps observa quelques instants le rappeur. Il était chargé de la sécurité de Namjoon depuis plusieurs mois maintenant. Il avait appris à le connaître. Il savait que Namjoon n’était pas énervé contre lui, il était simplement stressé.

Le rappeur se pinça l’arête de son nez, ferma les yeux et souffla cherchant probablement à évacuer la tension qui montait en lui. L’homme en noir scanna du regard les lieux. Il sourit en apercevant dans un des rayonnages, la cause probable de l’impatience de son protégé.

– Très bien, je vais vous attendre ici, fit le garde du corps en indiquant un fauteuil.

Namjoon rouvrit les yeux brusquement. Il ne pensait pas qu’il obtiendrait gain de cause aussi vite. Il ne chercha pas à savoir pourquoi son garde du corps se montrait soudainement aussi conciliant, il avait mieux à faire. L’homme, tout de noir vêtu, s’éloigna pour s’asseoir dans un fauteuil. D’ici, il pouvait garder un œil sur le rappeur.

Namjoon se dirigea vers l’allée histoire de l’art. Il avait l’air de chercher un livre. En réalité, il ne venait pas pour se cultiver même s’il y avait des ouvrages très intéressants à découvrir ici. Maintenant qu’il était sûr de ne plus être entendu par son garde du corps, il était rassuré. Enfin, seulement un peu. Il se demandait bien pourquoi Ji-Kyung lui avait demandé de le rejoindre de manière urgente.

D’abord surpris du lieu de rendez-vous, il finit par trouver que c’était le meilleur endroit pour se retrouver. D’un part, le lieu était discret et peu fréquenté. Et d’autre part, le lieu collait à la personnalité de Namjoon. Il aimait les musées et les livres. Son agence ne trouverait donc pas étrange qu’il voulut se rendre dans une bibliothèque.

La jeune femme était dans l’allée d’à coté. Un livre à la main, elle semblait plongée dans ses pensées. Elle n’avait pas vu arriver Namjoon. Un chuchotement la fit lever le nez de son ouvrage. Surprise de ne voir personne, elle regarda tout autour d’elle. Elle voulut remettre le livre sur l’étagère et aperçut alors le visage de Namjoon, de l’autre côté. Surprise, elle lâcha son livre qui termina sa chute par terre.

– Tu m’as fait peur ! Fit la jeune femme en ramassant son livre.
– Désolé, je suis en retard. J’ai essayé de venir seul, mais… Commença Namjoon en tournant la tête vers la droite, indiquant son garde du corps. Tout va bien ? Tu avais l’air vraiment bizarre au téléphone.
– Je dois te dire quelque chose d’important. Je ne pouvais pas t’annoncer cela par téléphone.

Namjoon, déjà stressé, sentit sa boule d’angoisse gonflée. Ji-Kyung avait le regard fuyant, il n’aimait pas la tournure des choses. A cet instant, il se sentit tellement frustré d’avoir cette étagère entre eux. Ji-Kyung n’allait pas bien, il le voyait et ne pouvait pas la réconforter. Il voulut la rejoindre, mais la vision de son garde du corps coupa son élan.

– Pourquoi ai-je l’impression que je ne vais pas aimer ce que je vais entendre ? Chaton, pourquoi as-tu l’air si triste ? Il s’est passé quelque chose ?
– Je…

Ji-Kyung devait lui dire mais savait que cela impacterait leur couple. Elle ignorait encore comment et cela lui faisait peur. Elle fixait ce livre qu’elle venait de poser sur l’étagère lorsqu’elle vit soudain la main de Namjoon se poser sur la sienne. Elle remonta le long du bras du garçon et s’arrêta sur son visage. Il la regardait avec sa petite moue mi-triste, mi-inquiet, en penchant légèrement la tête sur le côté. Elle pouvait lire dans ses yeux tout l’amour qu’il lui portait. En le voyant ainsi, elle trouva enfin le courage de lui dire ce qu’elle voulait lui dire depuis deux jours.

– Je suis enceinte !

A cette nouvelle, le garçon resta interloqué. Ji-Kyung se demanda même s’il avait entendu. Elle voulut continuer mais resta la bouche ouverte, n’arrivant à savoir s’il prenait bien ou non la nouvelle. Soudain, il lâcha la main de Ji-Kyung et se recula. Il la fixa quelques instants. La jeune femme eut l’impression qu’il digérait la nouvelle mais s’inquiéta en le voyant n’ayant aucune autre réaction.

– Nam…

La voix de la jeune femme le sortit de sa torpeur. Il recula encore de quelques pas. Elle n’arrivait plus à le voir à travers le rayonnage. Elle entendit des pas s’éloigner, comprenant que Namjoon avait choisi la fuite. Elle avait envisagé cette possibilité mais avait cru que le garçon l’aimait assez pour ne pas se montrer aussi lâche. Ji-kyung eut l’impression de tomber dans un gouffre sans fond.

La bibliothèque était plongée dans le silence et pourtant, c’était un vacarme sans nom dans sa tête. Des dizaines de pensées lui traversèrent l’esprit en même temps, l’empêchant de réfléchir. Devait-elle garder cet enfant ? Pouvait-elle d’ailleurs réussir à mener à bien cette grossesse ? Si elle le gardait, aurait-elle la force de l’élever seule ? Que devenait sa relation avec Namjoon ?

Elle sentit sa gorge se bloquer. Sa respiration devint soudainement plus difficile. Elle avait envisagé l’éventualité que Namjoon n’accepta pas cette grossesse. Elle s’attendait à des reproches de sa part et non pas à cette fuite. Namjoon n’était pas comme cela, il ne pouvait pas l’abandonner ainsi.

Elle avait besoin d’air, elle devait partir d’ici le plus vite possible. Elle prit la direction opposée de Namjoon, cherchant la sortie. Elle sentit soudain une main se glisser dans la sienne et la retenir. Elle se retourna et reconnut alors son petit ami. La vue floue par ses larmes, elle distingua un large sourire sur le visage de ce dernier. Elle n’eut pas le temps de réaliser que Namjoon l’étreignait. Elle profita de cet instant en fermant les yeux.

– Ji-Kyung, pourquoi pleures-tu ? C’est une bonne nouvelle, non ?
– Je.. J’ai cru que…

La jeune femme n’eut pas besoin de continuer. Namjoon comprit qu’elle pensait qu’il allait partir. Le garçon ressera son étreinte, comme pour lui prouver qu’il était là et qu’il n’avait pas l’intention de disparaître. Si la jeune femme s’était imaginé cela, c’était à cause de ses précédents comportements. Combien de fois avait-il mis Ji-Kyung en second plan, sous prétexte de son travail ou d’autres bonnes excuses ? Beaucoup trop souvent visiblement. Savoir qu’elle pouvait douter de son implication une nouvelle fois lui fendit le coeur.

Le couple resta accroché l’un à l’autre pendant quelques minutes, complètement dans leur bulle. Soudain, un raclement de gorge se fit entendre. Namjoon et Ji-Kyung réalisèrent alors la présence du garde du corps.

– Ce… Ce n’est pas ce que vous croyez, bégaya Ji-Kyung.

Namjoon jura en réalisant la présence de cet intrus. Il l’avait complètement oublié et regrettait son manque de précaution. Trop heureux d’apprendre qu’il allait devenir papa, il n’avait pas pensé que son garde du corps était quelques mètres plus loin à surveiller. Cela faisait des mois qu’il veillait à protéger sa relation, tout allait disparaître pour une seconde d’inattention. Namjoon sentit la colère montée en lui.

– Allez-y ! Dénoncez-moi à l’agence ! Je m’en fous ! J’aime Ji-Kyung et je ne la quitterais jamais !
– S’il vous plaît, calmez-vous, fit le garde du corps.

Ji-Kyung sentit son rythme cardiaque s’accélérer en voyant Namjoon monter dans les tours. Un point de non retour était atteint. Elle était heureuse de voir Namjoon aussi sûr de lui dans les sentiments qu’il lui portait. Et pourtant, cet inconnu allait peut-être détruire la carrière de son petit ami. Depuis des mois, le couple vivait avec cette épée de Damoclès au-dessus de leur tête. Elle ne pensait pas que leur secret serait si vite découvert.

– Monsieur, tenta de temporiser le garde du corps. Parlez moins fort.
– Si non quoi ? S’écria Namjoon qui n’était pas prêt à se taire.
– Si non, vous allez vous faire repérer. Il serait dommage que votre relation avec Mademoiselle soit révélée par les personnes présentes dans cette bibliothèque. Suivez-moi, vous serez plus en sécurité dans le van.

Il incita le couple à le suivre, mais ce dernier resta figé entre les étagères remplies de livres. La colère de Namjoon fut remplacée par de l’incompréhension. Ji-Kyung balada son regard entre son petit ami et le garde du corps, ne comprenant pas, elle non plus, la situation.

– Mademoiselle Lim, Monsieur Kim, suivez-moi, s’il vous plaît !

En entendant le garde du corps prononcer son nom, Ji-Kyung sentit le stress augmenté. Par réflexe, elle se cacha derrière Namjoon. Ce dernier n’était pas rassuré non plus. La colère du garçon se transforma soudain en inquiétude.

– Comment… Bredouilla le chanteur.
– Je suis au courant de votre relation depuis un moment déjà, expliqua l’homme en noir.
– Mais… vous n’avez rien dit.
– Et pourquoi l’aurais-je fait ?
– Vous êtes payé pour ça, non ?
– Je suis garde du corps. Je suis là pour assurer votre sécurité. Simplement pour ça.
– Mais…
– Nous ferions mieux de partir, j’ai l’impression que ce groupe d’étudiants nous regarde.

Cette fois-ci, il n’attendit pas que Namjoon et Ji-Kyung le suivirent tranquillement. Il les poussa pour avancer. Le couple n’eut pas le choix de marcher à travers la bibliothèque. L’homme en noir, préféra faire un détour par quelques allées, évitant de passer près des tables où étaient assis des étudiants. Le trio finit par quitter les lieux en toute discrétion.

Le garde du corps invita le couple à monter dans le van. Il se mit à la place chauffeur et quitta le parking de la bibliothèque. Ce fut seulement à ce moment que Namjoon retrouva l’usage de la parole.

– Vous n’allez pas nous dénoncer à l’agence ? Vraiment ? Pourquoi ? Vous voulez combien ?
– Monsieur Kim Namjoon, je n’ai pas l’intention de vous faire chanter, lui répondit le garde du corps en souriant.
– Vous voulez quoi alors ? Demanda Namjoon qui ne pouvait pas croire qu’il ne faisait pas cela par intérêt.
– Je vous l’ai dit, je suis là pour assurer votre sécurité. Uniquement pour cela. Je ne suis pas là pour jouer les mouchards auprès de l’agence. En tout cas pas si cela n’a pas lien avec votre sécurité.

La voiture roulait à travers les rues de Séoul et rapidement, se retrouva dans le quartier où vivait Ji-Kyung.

– Nam, fit soudain la jeune femme en voyant que le chauffeur prenait la direction de son appartement. Tu lui as donné mon adresse ?

Namjoon ne voulut pas inquiéter sa petite amie mais ce garde du corps lui faisait peur. Il avait l’air de tout connaître au sujet de de Ji-Kyung alors qu’il avait pourtant tout fait pour ne laisser aucune information filtrer. La voiture s’arrêta soudain devant l’immeuble de la jeune femme. Namjoon voulait quitter cette voiture au plus vite mais ne pouvait pas le faire sans connaître les véritables intentions de son chauffeur. Cet homme en savait trop, il avait beau répéter qu’il ne le dénoncerait pas à l’agence, Namjoon n’arrivait pas à le croire.

Le garde du corps jeta un coup d’œil dans le rétroviseur et remarqua que le couple était encore très mal à l’aise. Il se retourna vers eux, l’inquiétude était lisible sur leurs visages. Il tenta de dissiper tout malentendu en souriant.

– Au fait, félicitations ! Pour le bébé, continua le jeune homme en réalisant que le couple se demandait de quoi il parlait.
– Pourquoi faites-vous cela ? Demanda soudainement Ji-Kyung. Qui êtes vous au juste ?
– Je m’appelle Nam Eun-Gi, se présenta le garde du corps. Vous pouvez me faire confiance, je serais garder votre secret.
– Pourquoi ? Vous ne gagnez rien à vous taire ? Pourquoi vous…
– Vous avez du mal à faire confiance on dirait, coupa Eun-Gi. Vous avez raison d’être prudents, mais je vous assure que je ne cherche pas à vous nuire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s